Blog

  • Les messagers des vents

    Autrice : Clélie Avit

    Genre : Fantasy

    Avis : Bizarrement, j'attendais beaucoup de cette saga, hélas, je ne suis pas arrivé à aller plus loin que le tome 2. Je fus déçu, car l'histoire commence comme si le lecteur, dès le chapitre 1, connaissait parfaitement le monde et les différents protagonistes imaginés par Clélie Avit, sauf, que non ! Nous on arrive, et on ne connaît rien, il faut nous expliquer ! Autre problème, certaines scènes sont très lentes puis d'un coup rapides. Et pourtant, je regrette de ne pas avoir continué, car l'univers est neuf, original et complet. Spoiler → Mais, j'ai eu du mal avec la relation entre Eriana et Setrian, qui tourne en rond dès le départ. Qui était prévisible soit dit en passant. Puis dans le tome2, toujours pas d'énorme avancer, c'est lent. Un peu comme le reste de l'histoire. On trouve beaucoup de clichés, surtout tous ce qui entoure les prophéties, ce qui rend l'histoire prévisible. Le point positif sont les personnages, tous différents, même chez les antagonistes, on en trouve des toutes les couleurs. Après, je dois bien l'admettre, je n'ai pas lu le tome 3 et 4, donc je juge selon les 2 premiers tomes. 

    Maë

    Lire la suite

  • La Dernière Empathe

    Autrice : Jupiter Phaeton

    Genre : Urban fantasy

    Résumé :

    « A New York, une ville démolie par les guerres des magiciens, Ryvenn, seize ans, apprend à maîtriser son pouvoir. C'est une empathe : elle est capable de ressentir les émotions des personnes autour d'elle. C'est bien moins impressionnant que télépathe ou télékinésiste, mais ça n'empêche pas le gouvernement de s'arracher son don. Quand elle n'est pas à l'école ou avec sa famille, Ryvenn utilise son pouvoir lors des interrogatoires des prisonniers pour une agence du gouvernement, qui la paie grassement en retour. Jusque-là, tout se déroulait parfaitement, elle n'avait pas commis une seule erreur qui aurait pu la trahir. C'était sans compter sur Leo, un prisonnier pas comme les autres. Ryvenn plonge par accident dans ses souvenirs à l'aide de son deuxième pouvoir, celui qu'elle essaye tant bien que mal de cacher aux yeux du monde entier, et elle met le pied dans un engrenage qu'elle ne peut plus freiner qui implique l'une des familles les plus puissantes des cartels magiques ! Obligée de maîtriser son don en un temps record et de fréquenter l'élite des magiciens, Ryvenn doit faire face à un complot d'une ampleur qui la dépasse. Saura-t-elle s'en sortir indemne ? » (Livraddict)

    ___________________________

    Avis :

    ►Ce que je n’ai pas trop aimé :

    ⇒Il ne faut pas s’attendre à ce que ce livre soit spectaculaire ou qu’il vous marque. Ce roman ressemble dans sa structure et dans son intrigue à beaucoup d’autres YA.

    ⇒Le système de magie ou politique ne sont pas spécialement complexes et originaux.

    ⇒L’intrigue n’avait rien de très surprenant à quelques retournements de situation près, qui encore une fois, sont assez prévisibles. Je ne dis pas que je suis médium -encore heureux- mais j’avais deviné dans les grandes lignes ce qui allait se passer.

     

    ►Ce que j’ai aimé :

    ⇒Le livre était facile et rapide à lire. Il y avait de l’action quasiment tout le temps et puis, c’était simple d’entrer dans l’histoire. L’écriture est d’ailleurs fluide ce qui, à mon avis, aide beaucoup sur l’impression générale.

    ⇒J’ai adoré l’humour sarcastique des personnages durant certains passages.

    ⇒Même si le système magique et politique restent simples comme je l’ai déjà mentionné, ça a au moins l’avantage d’être facile à comprendre. Et puis, les différents pouvoirs sont quand même très sympathiques à découvrir !

    "Spoilers"

    ⇒Je remercie Jupiter Phaeton de ne pas avoir tué la mère – pas encore en tout cas- parce que je suis en overdose de personnages principaux qui voient l’un de ses parents et voire les deux mourir sans qu’ils ne puissent rien faire. C’est triste et ch*ant à la longue. En plus, la mère est hyper badass et j’adore son côté « Mama-Terminator » ! Et franchement, c’est beaucoup plus motivant de voir Ryvenn devenir forte aux côtés de sa famille -RIP le père.

    ⇒La romance est mignonne sans être lourde. Elle est aussi progressive et ça suit le cliché « ennemies to lovers » ! Je suis juste un peu dégoûtée que le love interest ne soit pas plus développé que ça mais bon, j’attends de lire la suite avant d’établir un réel avis dessus.

    ___________________________

    Conclusion :

    Au final, La dernière empathe est une lecture agréable et les personnages sont attachants. Et la fin donne envie de savoir la suite, d’autant plus que les enjeux deviennent plus importants encore.

    Alex

  • Les malheurs de Sophie

    Autrice : La Comtesse de Ségur

    Genre : Classique (enfant ou pas)

    Avis : Je ne peux dire aucun mal de cette histoire, elle a bercé mon enfance et m'a donné le goût de la lecture ainsi que de l’écriture. On suit l’enfance de Sophie et, comme beaucoup, je me suis identifiée à elle. Spoiler → Petite, j’ai aussi joué à la dinette avec de la terre, comme elle. Je l’admets, c’est une histoire pour enfants, mais n’avons-nous pas tous une part d’enfant en nous ? À travers cette histoire, la Comtesse de Ségur montre l’innocence des bêtises d'enfants. Une histoire touchante et douce. Il est vrai que ce tome commence sur Madeleine et Camille qui sont de petits anges, mais on retrouve notre chère Sophie. Malgré les bêtises de Sophie, je suis toujours sous son charme, d'autant plus avec la belle-mère qu’elle a. Ce n’est cependant pas une histoire triste, car Sophie a des personnes qui veillent sur elle et ne veulent que son bonheur. Cette histoire est remplie d’amour et de tendresse. Spoiler → On retrouve avec bonheur les chers cousins, que j’adore, surtout Jean. Une histoire pour petits et grands. Le dernier tome de la trilogie se conclu avec brio. Le plus dur est de donner mon avis, sans ne rien révéler de l’histoire. On retrouve avec joie, tout le monde, Paul, Sophie, Madeleine, Jean, Léon, Camille, Jacques et Marguerite. Pour ceux qui connaissent le dessin animé, certaines choses changent au fil de l’histoire. Cela n'enlève pourtant rien au charme de l’histoire, où l'on découvre une Sophie grandit et assagie.

    Maë

    Lire la suite

  • Circle of Shadows

    Ce livre n’est disponible qu’en anglais

    Autrice : Evelyn Skye

    Genre : Fantasy

    Résumé : “Sora can move as silently as a ghost and hurl throwing stars with lethal accuracy. Her gemina, Daemon, can win any physical fight blindfolded and with an arm tied around his back. They are apprentice warriors of the Society of Taigas—marked by the gods to be trained in magic and the fighting arts to protect the kingdom of Kichona.

    As their graduation approaches, Sora and Daemon look forward to proving themselves worthy of belonging in the elite group—but in a kingdom free of violence since the Blood Rift Rebellion many years ago, it’s been difficult to make their mark.

    So when Sora and Daemon encounter a strange camp of mysterious soldiers while on a standard scouting mission, they decide the only thing to do to help their kingdom is to infiltrate the group. Taking this risk will change Sora’s life forever—and lead her on a mission of deception that may fool everyone she’s ever loved.
    Love, spies, and adventure abound as Sora and Daemon unravel a complex web of magic and secrets that might tear them—and the entire kingdom—apart forever.” (Balzer + Bray)

    ________________________________________

    Avis : Ce livre possède de nombreuses qualités avec quelques défauts mais en général, j’ai aimé lire l’aventure de nos protagonistes et je recommande ce YA pour les fans de fantasy et de cultures asiatiques.

    Ce que je n’ai pas aimé :

    J’ai eu du mal à m’attacher à Sora alors que c’est la protagoniste. Vous voyez venir le problème ? C’était juste pénible au début de lire le livre et heureusement que Daemon était là parce que sinon, je l’avoue, mon avis aurait été beaucoup plus amer.

    Par moments, j’ai souvent levé les yeux en l’air. Et pas de manière discrète ou rapide. Non, mes yeux avaient vraiment envie de faire un tour sur le plafond. Parce que : soit, un personnage me tapait sérieusement sur les nerfs (*tousse* Hana * tousse*) soit le choix d’un personnage (*tousse* Sora *tousse*) m’énervait énormément. Du coup, vous vous imaginez bien que cela peut se passer sur une bonne partie du roman et que ce n’est pas agréable. Au moins, les muscles de mes yeux ont bien travaillé.

    Certains personnages m’ont fait réagir de cette façon : Sérieusement ?

    Prince Gin = ne m’intéresse pas plus que ça.

    Sora = très bête sur les bords des fois, tellement que j’ai envie de fermer le livre et d’arrêter de lire

    Spoiler→Hana = ça se voit qu’elle et Sora sont de la même famille parce que niveau agacement, elles ne sont pas très loin d’être des génies. Quand je pense aux excuses lamentables que la petite sœur donne à sa grande sœur pour justifier son hostilité, OMG j’ai envie de pleurer tellement c’est casse-pieds. Il faut me comprendre, les stupidités du genre « je te hais parce que tu n’étais pas à mes côtés quand j’en avais besoin et même le fait que tu pensais que j’étais morte ne t’excuse pas pour autant » ; voilà, ça a du mal à passer personnellement et si je pouvais, je tuerais moi-même cette Hana qui attention, se nomme Virtuoso. Tout va bien du côté des chevilles ? Pas trop gonflées ?

    Ah ah ah… La romance dans Circle of Shadows, c’est comme un yaourt auquel on aurait ajouté du sable. C’est un très mauvais mélange. Et bien c’est pareil pour la romance entre nos personnages.

    Spoiler→Je m’explique : tout le long du roman, soit 98% du livre, Daemon était fou amoureux de Sora. Il l’admire, il rougit en sa présence, ne pense qu’à elle, la connaît mieux que personne. Mais ! Parce que sinon, ça ne serait décidément pas drôle. A la fin, il embrasse Fairy (la meilleure amie de Sora) et « tombe amoureux » de cette dernière la trouvant hyper courageuse, blablabla. Sora, quant à elle découvre qu’elle éprouve des sentiments pour Daemon mais c’est trop tard et son cœur est brisé en mille morceaux. Bouh !

    Comme je le disais auparavant, c’est une grosse blague. Et pas celle du genre à faire rire mais plutôt celle qui donne envie de grincer des dents ou de sauter par-dessus la falaise. A voir selon la préférence de chacun.

     

    Ce que j’ai aimé : Et heureusement qu’il y en a parce que j’aurais pleurer de frustration sinon.

    Le rythme est rapide, il y a beaucoup d’actions. L’alternance entre les différents points de vue est une bonne idée. Et l’écriture d’Evelyn Skye est facile à lire.

    Le personnage de Daemon sauve le roman. Au sens propre. Sans lui, j’aurais lancé mon exemplaire par-dessus la fenêtre, jolie couverture ou non. Il est tellement chou, fort, courageux, fidèle Spoiler→(à part à la fin : changer de love interest n’est pas forcément une idée de fou surtout si c’est complètement incohérent avec ce que tu ressentais deouis des années) et en plus, c’est un demi-dieux qui peut prendre la forme d’un loup bleu magnifique. Hiiii ! Je ressemble à une fangirl, c’est normal.

    L’impératrice Aki, je l’aime tellement. Faute de pouvoir à peine supporter Sora, j’ai jeté mon dévolu sur la généreuse impératrice. Disons que c’est l’une des seules à réellement se bouger le derrière pour son peuple. Spoiler→Et aussi l’un des seuls personnages avec du pouvoir  à avoir agréé et participé au plan des héros dans l’univers des YA ! Cela fait 100 points en plus pour elle. Pas besoin de débat pour savoir que je l’adore.

    Le dernier point que j’ai particulièrement apprécié dans Circle of Shadows, c’est l’univers. C’est très bien construit. C’est vaste, inspiré de cultures asiatiques et particulièrement japonaise et je suis gaga de ça. Le concept de « ninjas » avec des pouvoirs permettant de croître les capacités physiques à partir d’animaux, je trouve ça original et génial !

    Aussi, les pouvoir des ryuus sont aussi très cool, pas besoin de le cacher.

    _____________________________________

    En conclusion, j’ai eu le droit à une lecture qui globalement m’a plue mais qui malheureusement, possède énormément de défauts marquants. Cependant, la tournure qu’a pris l’intrigue est vraiment intriguante et j’ai hâte de découvrir la suite !

    Alex

  • Le souffle de Midas

    Autrice : Alison Germain

    Genre : Fantasy

    Résumé : « Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.

    Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.

    Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction… » (Editions du Chat Noir)

    ________________________________

    Avis : Attention, unpopular opinion juste ici!

    ⇒C’était une lecture agréable mais sans plus malheureusement.

     

    Ce que je n’ai pas aimé :

    Ce livre ressemble à des dizaines d’autres. C’est rempli de stéréotypes et de personnages typés. L’intrigue aussi n’est pas surprenante. Les retournements de situation se voient dès le début, il n’y a aucun suspens. Le niveau d’originalité est quasiment à 0.

    Il n’y a pas de réel développement que ce soit au niveau de l’intrigue ou des personnages. Dans le sens où c’était prévisible au point où j’ai pu prévoir dès le début quelle sorte d’évolution il y aurait.

     

    Ce que j’ai aimé :

    Le roman a rythme rapide, c’est rempli d’actions et donc, c’est facile à lire. On tourne les pages sans difficulté. On ne s’ennuit pas.

    Les personnages restent attachants malgré les défauts que j’ai pu relevé ci-dessus.

    L’univers autour du mythe de Midas est orginal. J’ai vraiment aimé découvrir comment l’autrice avait exploité ce monde mythologique.

    La fin donne quand même envie de savoir la suite.

    ________________________________

    J’ai le droit à une déception avec cette lecture et j’hésite à acheter la suite avec la peur qu’encore une fois, tout soit extrêmement prévisible. Et je trouve cela tellement dommage parce que malgré tout ça, l’action est là, les personnages sont attachants et puis un livre sur la mythologie grecque, c’est toujours bien à lire pour moi.

    Alex

  • Agatha Raisin #2 : Remède de Cheval

    Autrice: M.C. Beaton, plus connue sous le nom de Marion Gibbons et Marion Chesney.

    Genre: Policier

     

    Résumé: Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l'affaire de La Quiche fatale, il s'agit bien d'un meurtre. A l'étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l'avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives-amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu'ils ne l'imaginaient...

     

    Avis: Comme avec le premier tome, je dois avouer que je suis assez divisé quant à mon opinion sur ce livre. Il faut dire aussi que j’avais lu le premier juste après avoir fini le troisième tome des Détectives du Yorkshire qui reste, pour moi, l’un des meilleurs livres que j’ai lu en 2018. On repassera donc pour l’objectivité.

    Dans ce tome-ci, on retrouve notre chère et insupportable Agatha Raisin dans son cottage de Carsely, petite ville de la campagne anglaise. Mention particulière, d’ailleurs, pour l’ambiance que je trouve particulièrement attirante.

    Je dois dire que le style même d’écriture du premier tome m’avait passablement insupporté, ce que je n’ai étrangement pas retrouvé dans celui-ci. Ou alors mes standards ont juste été revus à la baisse, allez savoir. Je l’ai lu en moins de deux jours, l’écriture y étant fluide et l’action plutôt prenante. Le fait que le livre fasse seulement 267 pages avec une écriture plutôt épaisse et de larges marges a dû aussi beaucoup y jouer. Voilà d’ailleurs l’un des points que je trouve particulièrement important de souligner : le prix du livre, comparé au temps de lecture. Certes, me direz-vous, un livre ne se juge pas à son épaisseur, mais à son contenu. Ce à quoi je vous répondrais que, tout de même, si en plus on doit ajouter les frais d’envoi pour l’étranger, et bien une fois à la caisse, ça fait mal. Mon portefeuille a très peu apprécié.

    L’un des problèmes majeurs que j’ai aussi rencontré est le manque de développement des personnages secondaires. Excepté nos deux détectives, ainsi qu Bill le policer, Mrs. Bloxby, la femme du pasteur et Freda, l’une des suspectes, j’ai été complètement perdu tout le long du livre, obligée de faire des allers-retour dans l’histoire pour me rappeler qui était qui. J’ai même été tentée de me faire une fiche, mais ma fierté personnelle m’en a empêché.

    Outre ces quelques points négatifs, je dois tout de même avouer que je me suis plutôt bien amusé à suivre les aventures de nos deux apprentis détectives, l’insupportable mais attachante Agatha Raison et James Lacey, colonelle à la retraite qui ne cesse de fuir les avances de la première. Il faut dire aussi que Madame Raisin est loin d’y aller avec le dos de la cuillère, si je puis dire. Ce second tome nous a par ailleurs permis d’en apprendre un peu plus sur Lacey, l’une des raisons le faisant fuir Agatha étant par ailleurs révélée la toute fin du livre.

    Parlons d’ailleurs un peu de notre chère Agatha. Cette dernière est l’un des exemples parfait des personnages horripilants, insupportable et exécrables que l’on souhaiterait pouvoir étriper si l’on en avait l’occasion, mais -eh oui, il y a toujours un mais dans l’histoire-, je l’ai trouvé étrangement de plus en plus attachante au fil du roman. Elle ne m’est pas sympathique, loin de là, mais l’autrice nous donne assez d’éléments pour comprendre chacune de ses réactions et pensées, des éléments provenant tout droit de son enfance. A la fin du livre, je l’ai par ailleurs presque trouvée attendrissante. Oui, j’ai bien dit attendrissante. Vous trouvez ça étrange ? Ça tombe bien, moi aussi.

    Une petite dédicace, par ailleurs, aux couvertures de la série des Agatha Raisin que je trouve absolument magnifiques et qui collent parfaitement à l’ambiance du roman.

    Malgré les points négatifs dont j’ai fait la liste ci-dessus, je dois cependant vous faire une confidence : j’ai craqué. Oui, j’ai commandé le tome 3. Oui, je suis faible. Oui, ma curiosité me perdra. Tout ça pour dire que vous devriez rapidement retrouver mon avis sur Agatha Raisin #3 – Pas de pot pour la jardinière, sur le blog.

     

    Bref, pour faire un petit résumé de ce que j’ai dit ci-dessus :

     

    + description et ambiance dans la campagne anglaise

    + lecture facile et style agréable

    + couverture et format du livre

    + personnage principale qui devient de plus en plus attachante

    + développement des personnages semi-secondaires

     

    - trop de personnages secondaires peu marquants

    - rapport prix/temps de lecture

     

    Amy

  • Hunting Prince Dracula

    Ce livre n’est diponible qu’en anglaisCoup de coeur 2

    Autrice : Kerri Maniscalco

    Genre : Enquête/Historique/Romance

    Résumé : “In this New York Times bestselling sequel to Kerri Maniscalco's haunting #1 debut Stalking Jack the Ripper, bizarre murders are discovered in the castle of Prince Vlad the Impaler, otherwise known as Dracula. Could it be a copycat killer...or has the depraved prince been brought back to life?
    Following the grief and horror of her discovery of Jack the Ripper's true identity, Audrey Rose Wadsworth has no choice but to flee London and its memories. Together with the arrogant yet charming Thomas Cresswell, she journeys to the dark heart of Romania, home to one of Europe's best schools of forensic medicine...and to another notorious killer, Vlad the Impaler, whose thirst for blood became legend.
    But her life's dream is soon tainted by blood-soaked discoveries in the halls of the school's forbidding castle, and Audrey Rose is compelled to investigate the strangely familiar murders. What she finds brings all her terrifying fears to life once again.” (Little, Brown & Company)

    ___________________________________

    Avis : C’est un gros coup de cœur pour moi, encore plus que le 1er tome !

    Ce que je n’ai pas aimé :

    Le rythme du livre peut être lent par moments, surtout dans la première partie. Il faut le temps qu’on rentre dans l’univers, l’intrigue. J’ai un peu trouvé long les passages où les personnages ne faisaient que parler du folklore roumain.

    La raison des meurtres me semblent un peu bancale. Spoiler→Je trouve ça peu pausible qu’Anastasia ait pu être ambitieuse au point de devenir une meurtrière de sang froid. Il faut dire qu’elle avait l’air tout à fait saine mentalement. Mais je pense pouvoir tout de même trouver un côté positif à tout cela… Rendez-vous de l’autre côté !

     

    Ce que j’ai aimé : Attention, il y en a beaucoup !

    L’univers est fait à partir d’un mélange du XIXème siècle et des légendes de Roumanie avec tout simplement la fameuse légende de Dracula ! J’adore le fait que l’histoire tourne autour de mythes aussi célèbres et puis, Dracula n’est pas le seul impliqué ! Et la description du château à Braşov, c’est trop bien !

    J’ai aussi beaucoup apprécié le retour dans le monde de la médecine et plus précisement de la « médecine post-mortem ». Les autopsies m’ont toujours intriguées.

    L’ambiance est toujours aussi lugubre, sombre et énigmatique. Il y a des moments où j’ai eu un peu peur avec Audrey-Rose et Thomas, je dois bien l’avouer (^^’).

    L’intrigue est bien construite et le retournement de situation à la fin : je ne m’attendais vraiment pas à ça !!! L’identité du coupable m’a étonnée et le fait que l’intrigue ait été menée avec brio explique en partie ma surprise.

    Les personnages sont tellement attachants surtout notre duo scientifique !

    Audrey-Rose est incroyable danc ce tome. Que ce soit pour sa volonté d’être libre, indépendante ou pour son intelligence, je l’adore !

    Quant à Thomas, je l’aime encore plus qu’avant. Il flirte, il est beau mais surtout, il est tellement respectueux envers Audrey-Rose. Dans cette suite de Stalking Jack the Ripper, Thomas montre un côté de lui que les lecteurs/lectrices ne connaissaient pas avant. Il est plus maladroit, vulnérable. Il sait ses faiblesses et communique avec Audrey-Rose pour arranger les choses. Mais surtout, il apprend ! (Cela va de même pour notre courageuse héroïne)

    La romance entre ces deux-là est l’un des points forts de ce roman. C’est une relation saine où les deux partenaires sont égaux. Pour cela, ils ont travaillé sur eux-mêmes tout en étant ensemble dans les épreuves. Ils communiquent ! Et puis malgré leurs différents, ils savent qu’ils s’aiment et ça leur donne du courage et de la détermination !

    J’adore voir le développement de leur couple, c’est tellement bien fait. C’est progressif et vrai.

    Spoiler→Le personnage d’Anastasia est un personnage pour lequel j’ai du mal à me faire un avis. Tout d’abord, je l’aime beaucoup notamment parce que c’est une femme forte, ambitieuse et qui veut être autant libre qu’Audrey-Rose. Mais je dois avouer que la fin a quelque peu changé mon opinion sur elle. Bon, c’est la meurtrière, c’est sûr que je ne vais pas éprouver de la sympathie pour elle à cause de ça. Mais à part cela, sur le moment où j’ai lu le passage, j’ai surtout trouvé cela incohérent avec la personnalité qu’Anastasia nous avait habitué tout au long de notre aventure. Mais après mure réflexion, je trouve ça très bien. Cela montre qu’elle était à la fois une manipulatrice mais aussi, ça m’a rappelé que je lisais à partir du point de vue d’Audrey-Rose. Pour elle, Anastasia était une amie qui avait tout l’air d’une simple victime enfermé et restrainte par son oncle. Pas une sanglante héritière d’Elizabeth Bathory, la « comtesse Dracula » avec des problèmes mentaux.

    _______________________________

    En conclusion, go allez lire ce deuxième tome si vous avez déjà lu le premier. Je le recommande en anglais, même pour ceux qui ont quelques difficultés dans cette langue parce que de 1, vous pourrez vous améliorer et de 2, lire la version originale avec la plume de l’autrice, c’est toujours un plus ! (Et puis surtout, ce n’est toujours pas édité en français)

    Quant à moi, je cours acheter le 3ème tome !

    Pour ceux que cela intéresse, la saga sera terminée avec le 4ème tome qui sortira en septembre !

    Alex

  • Les héritiers d'Avalon

    Autrice : Béatrice Mary 

    Genre : Fantasy

    Avis : Je salue grandement l'autrice d'avoir eu le courage décrire autour du mythe arthurien, surtout en en changeant la trame. C'est un mythe tellement revisité, qu'il faut beaucoup de volonté pour écrire dessus. Elle a du potentiel,mais, à mon avis, il va falloir qu'elle retravaille les petits détails car hélas, c'est ce qui ma gêné dans ma lecture. Spoiler → Par exemple : Gabriel a 11 ans, et n'a jamais fait d'équitation, on le met sur un cheval qui est dans un box (soyons d'accord un box s'est fermé de chaque côté), puis d'un coup le héros et le cheval ne sont plus dans le box. Il y a un petit souci. À aucun moment, l'écrivaine ne nous informe qu'il est sorti, en sachant qu'il n’a jamais fait de cheval. Cee n'est pas tout ! Notre héros a 11 ans, et il ne semble avoir aucun jouet, rien de ses 11 longues années d'enfance. On dirait que toute sa vie d'avant a disparu. Spoiler → Ce qui m'a perturbé aussi, c'est que, après son accident en voiture, où il a perdu ses parents, accident qui l'entraina à l'hôpital, il n'a aucun suivi psychologique, et part vivre avec une grand-mère qu'il ne connait presque pas, tout juste réveillé. Ce qui n’est pas possible, car un enfant qui a perdu ses parents est placé, avant de choisir si un membre de sa famille devient son tuteur ou tutrice. Bref, il y a beaucoup de petits détails comme ceux-ci, qui m'ont dérangé et gêné durant la lecture. Ce qui aurait pu être évité, si l'autrice avait été bien guidée pour une relecture par une maison d'édition ou un(e) bêta-lecteur-trice.

    Maë

    Lire la suite

  • L'Enchanteur

    Auteur : Stephen Carrière

    Genre : Psychologique/ Fantastique

    Résumé : « Une bande inoubliable d'adolescents décide de lancer un défi à la mort.

    Stan s'est taillé une place de choix au lycée. Ses camarades viennent le voir avec leurs problèmes et il élabore des stratagèmes insensés pour les résoudre. Aidé de sa bande d'amis fidèles, Daniel, Jenny, David et Moh, il est devenu un artiste en manipulation de la réalité. On l'appelle l'Enchanteur et, cette année, il va devoir réaliser son chef-d'oeuvre. Car Daniel est malade. Daniel va mourir. Comme il est fan de comédies musicales, il a demandé à Stan de transformer sa mort en un spectacle si grandiose qu'il lui offrira un peu d'immortalité. Il ne reste que neuf mois à l'Enchanteur et ses comparses pour accomplir ce " miracle ". Mais, dans les ruelles du centre-ville, un Mal ancien et féroce se répand... et, même s'ils préféreraient l'ignorer, nos héros semblent être plus impliqués qu'ils ne le souhaiteraient. » (PKJ)

    ___________________________________________

    Avis : Cette lecture est particulière. Je suis à la fois confuse et touchée par ce roman que j’ai apprécié en général.

    Ce que je n’ai pas aimé :

    Le livre est très dense. Par moments, c’était compliqué de suivre parce que tout est expliqué de manière très vague pour garder l’ambiance mystérieuse et voilée du roman. Mais du coup, des fois, j’ai dû relire des passages pour être sûre d’avoir bien lu, être sûre que je n’avais sauté des pages.

    L’intrigue n’est pas incroyable. Classique et simple. Heureusement que ce n’est pas un point très important.

    Les personnages m’ont l’air très matures, même un peu trop. Après c’est probable qu’ils ont dû grandir plus vite à cause de certains événements mais bon, je me pose toujours la question.

     

    Ce que j’ai aimé :

    L’ambiance sinistre et énigmatique de l’intrigue. Cette atmosphère m’a tout de suite plongée dans le livre et j’ai bien aimé ce trait malgré le fait qu’il soit à l’origine de moments de confusion.

    Le réalisme de l’environnement décrit dans le roman est quelque chose à pointer. Je ne vis personnellement pas dans ce genre de quartiers ou de villes mais je peux reconnaître que les descriptions semblent quand même très vrais.

    Les nombreuses problématique de Stephen Carrière à décider de soulever. Que ce soit le racisme, la descriminination religieuse, le harcèlement scolaire, l’orientation sexuelle, et tellement pleins d’autres sujets qui ont été traités dans ce roman. Je dois insister sur le fait qu’il n’y a pas de jugement direct, c’est subtil la plupart du temps.

    Ce qui m’a frappée, c’est que les personnages semblent bien prendre ce genre de problèmes. Enfin… Relativement bien. Ils ont l’air blazés mais je me demande si ce n’est pas une façon de montrer qu’à force, on laisse passer ce genre de questionnements pour être « tranquille ». Cela devient en quelque sorte normal.

    En tout cas, ça a été un plaisir de lire ce livre avec toutes les remises en questions. Et puis, c’est très cru, franc. L’auteur ne passe par quatre chemins pour nous dire ce qu’il veut.

    La psychologie des personnages est vraiment intéressante. Ils se posent des questions existentielles et essayent de vivre leur adolescence dans un milieu bouleversé par des tragédies. Je trouve que tous les personnages ont le droit à une évolution détaillée, cohérente mais complexe. C’était intriguant et j’avais toujours hâte de savoir comment nos protagonistes allaient surmonter les obstacles qui se présentaient à eux.

    L’écriture mais j’ai un avis mitigé dessus. En soit, c’est facile à lire, moderne et parfois très beau avec des métaphores philosophiques. Mais la vulgarité m’a un peu surprise, disons que je n’ai pas l’habitude d’en voir dans un livre YA. Après, je dis moi-même des gros-mots, pas besoin de le cacher mais voilà, je ne m’y attendais pas. Ca fait un joli contraste avec les belles paroles (-_-‘ ).

    Spoiler→-La touche de fantastique à la fin peut rendre encore plus confus certains. Mais pour moi, elle ne fait que représenter d’une façon plus inimaginable, improbable, la noirceur de notre société contemporaine. Après tout, cela passe « mieux » quand on peut accuser quelqu’un ou quelque chose en particulier. C’est plus facile que de montrer que c’est de la faute de tout le monde indirectement ou non. Après, c’est une interprétation complétement subjective donc il ne faut pas la prendre à cœur.

    _______________________________________

    En conclusion, je suis globalement satisfaite de cette lecture qui m’a pas mal secouée quand même et cette fin est juste sublime. Si ça avait été adaptée en film, je n’imagine même pas les plans et le décor. Et puis les différentes morales que l’on peut ressortir de cette lecture sont multiples malgré certains défauts.

    Alex

  • Mortal Engines : mécaniques fatales

    Auteur : Philip Reeve

    Genre : Fantasy/ Dystopie

    Résumé : « Dans un futur lointain où les cités montées sur roues se pourchassent, affamées, Londres, l'immense locomopole, est en quête de nouvelles proies ! La jeune Hester Shaw, elle, est tenaillée par une autre faim : la vengeance. Accompagnée de Tom, un apprenti Historien, parviendra-t-elle a retrouver l'assassin de sa mère ? Un incroyable monde postapocalyptique où les villes s'entre-dévorent pour survivre. » (Gallimard Jeunesse)

    ____________________________________________

    Avis : Comme certains le savent, il y a eu une adaptation au cinéma de ce livre « récemment » sortie. Voici donc la raison pour laquelle j’ai commencé à lire le 1er tome de cette saga. Après l’avoir lu, je n’ai qu’une hâte, le voir sur le grand écran ! Mais…

    Ce que je n’ai pas aimé :

    Premièrement, l’intrigue me semble plat. Aucun moment ne m’a marqué (à part la mort de certains personnages et encore).

    Je n’ai pas pu m’attacher aux personnages. Vraiment pas et c’est tellement dommage. Ils ont du potentiel mais j’ai l’horrible sensation de regarder de loin ce qu’il se passe et du coup, impossible pour moi de vivre l’expérience avec eux. Il y a une distanciation qui n’a pas réussi à disparaître malgré le développement des personnages.

    La traduction en français m’a peut-être posé un problème aussi. Je n’ai pas réussi à apprécier l’écriture malheureusement.

    La romance ne m’a pas vraiment déplue. Disons plutôt que j’en n’avais rien à faire puisque personnellement, les personnages sont moyens. Au moins, la romance a le mérite de se développer progressivement Spoiler→(dans le cas de Cath et Bevis parce qu’entre Hester et Tom, je ne sais pas si on peut parler de romance).

    Ce que j’ai aimé :

    Le livre se lit rapidement et relativement bien. Il y a beaucoup d’actions.

    L’univers et le concept des villes mobiles, j’adore et j’approuve. J’ai adoré découvrir ce monde unique et les enjeux présent dans ce premier tome.

    __________________________________

    En conclusion, je donnerai peut-être une chance au 2ème tome mais ce n’est pas une priorité. En général, malgré l’action et l’univers, je n’ai pas pu apprécier le roman comme je l’aurais voulu. C’est dommage et j’en ressors avec une déception.

    Alex

  • Devenir

    Devenir de Michelle ObamaAutrice : Michelle Obama

    Genre : Auto-Biographie, Mémoire

    Résumé : " Il y a encore tant de choses que j'ignore au sujet de l'Amérique ,de la vie, et de ce que l'avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m'a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix. Tous les deux ensemble, dans notre petit appartement du quartier du South Side de Chicago, ils m'ont aidée à saisir ce qui faisait la valeur de notre histoire, de mon histoire, et plus largement de l'histoire de notre pays. Même quand elle est loin d'être belle et parfaite. Même quand la réalité se rappelle à vous plus que vous ne l'auriez souhaité. Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. À vous de vous en emparer." -Michelle Obama

    Avis : Je ne suis pas une grande lectrice de biographies ou autobiographies, j'ai en général du mal à lire le récit de la vie d'autres personnes, surtout lorsqu'ils sont encore vivants. J'ai l'impression de violer l'intimité de ces personnes. Comment je me suis mise à lire ce livre dans ce cas ? 

    C'est très simple : 1- J'en ai vu d'excellentes chroniques sur Instagram. 

                                  2- Ma mère a aquis le livre, l'a lu, et elle n'a pas arrêté de m'en parler.

                                  3- Michelle Obama est une personne que j'admire.

    Bien, mais qu'en ai-je pensé ? J'ai vraiment adoré le livre. Elle raconte sa vie et ses points de vue avec honnêté, partageant ses sentiments avec simplicité. J'ai eu l'impression qu'elle voulait qu'on comprenne qui elle est et ce qui l'a conduit à ce qu'elle est devenue. Le style d'écriture est simple et direct.

    En lisant le livre, j'ai appris à mieux la comprendre, elle et sa famille. Ce que j'ai trouvé un plus, ce sont les photos avec légendes, elles permettent d'illustrer ce qu'elle raconte au fil des pages. Ce qui est incroyable, c'est qu'elle semble avoir une excellente mémoire, elle partage ses souvenirs comme s'il s'agissait d'évènements récents, alors que certains remontent à son enfance. Ce qui m'a finalement conquise, c'est que le livre nous parle de force, d'espoir, d'amour et de courage.

    Maë

  • Beastly Bones [VO] / Jackaby 2

    Titre VF : Jackaby 2 – Sur les traces de la bête

    Auteur : William Ritter

    Genre : Fantasy / Enquête

    Résumé : « Certaines jeunes filles sont vendeuses ou fleuristes. D'autres trouvent des maris et restent à la maison. Je suis l'assistante d'un détective fou qui enquête sur des phénomènes inexpliqués...

    Je m'appelle Abigail Rook, et tel est mon métier. »

    Jackaby et Abigail, détectives du surnaturel, doivent élucider un nouveau mystère : le chat de Mrs Beaumont s'est transformé en poisson. Alors que l'excentrique enquêteur suspecte l'animal d'être une créature qui change de forme pour dévorer ses proies, la pauvre femme est retrouvée morte avec d'étranges marques dans le cou. Celles-ci font écho à un autre décès suspect, mais aussi à la disparition d'un précieux fossile, dans la petite ville de Gad's Valley. Jackaby et Abigail y retrouvent l'inspecteur Charlie Cane pour tenter d'élucider cette énigme. Leur enquête prend bientôt des allures de traque lorsqu'une bête féroce multiplie ses attaques, semant la mort sur son passage… » (Bayard)

    ________________________________________

    Avis : J’ai vraiment adoré lire cette suite de Jackaby ! Vraiment, je ne suis pas déçue de cette lecture et je pense que ce deuxième tome de la série Jackaby n’est que le début d’une intrigue encore plus incroyable !

    Ce que je n’ai pas aimé :

    Il y a des longueurs dans certains passage du livre. Cependant, ces longueurs ne m’ont pas marquée plus que ça. En effet, ces longueurs sont majoritairement dues aux recherches d’indices qui sont la plupart du temps sur le site archéologique. Or, puisque j’adore tout ce qui est archéologie ou paléontologie, et bien je n’ai pas eu de problème.

    Le manque de développement de Jackaby. Attention, je ne dis pas qu’il aurait dû changer du tout au tout en un seul tome ; je veux juste pointer le fait que contrairement aux autres personnages principaux, c’est-à-dire Abigail et Jenny, Jackaby n’a pas beaucoup évolué ou en tout cas, on ne sait rien de plus sur lui. Je comprends le fait qu’il représente le personne mystérieux mais bon, c’est frustrant de ne presque rien savoir sur lui au bout de deux tomes.

    Ce que j’ai aimé :

    Toujours cette ambiance si caractéristique de cette série. J’adore toujours autant cet univers fantasy mélangé au XIX° siècle. En plus, il me permet de rentrer plus facilement dans le roman.

    Les nouveaux personnages introduits. En effet, je me suis prise d’affection pour certains des nouveaux personnages qui apparaissent dans ce 2ème tome. Malheureusement, je ne pense pas qu’ils seront présents dans les tomes suivants, ce que je trouve dommage Spoiler→(je parle notamment de Hank Hudson ou Nellie Fuller, RIP à son âme).

    L’intrigue est bien plus fournie dans ce 2ème tome et j’approuve. Eh oui ! On a le droit à notre enquête habituelle mais en parallèle, une autre affaire bien plus énigmatique est introduite. Je trouve l’histoire bien ficelée quoiqu’un peu prévisible. Surtout si on est capable de croire au surnaturel.

    Le personnage de Jenny. Elle devient réellement intéressante car on découvre une face nouvelle d’elle. De plus, la prochaine affaire la concerne. De quoi la rendre encore plus digne d’intérêt !

    La romance dans ce livre qui n’est pas un point omniprésent et ne représente qu’une toute petite partie du livre. Toutefois, elle reste mignonne et sympathique à lire. Et puis, à mon avis, lui donner une petite place seulement est une bonne décision. Le roman n’a pas besoin de romance en abondance pour être bon.

    Le livre est assez court et rapide à lire. L’action est là. L’écriture est fluide (je l’ai lu en anglais donc je n’en sais rien pour la traduction française). Donc personnellement, ce n’était pas difficile de finir Beastly Bones rapidement.

    Les messages véhiculés par le livre. Bon, c’est vrai. Niveau pédagogie, il y a mieux que Beastly Bones mais de mon point de vue, on retrouve quand même quelques leçons à travers les personnages et surtout à travers Abigail. En effet, elle va devenir de plus en plus autonome, sûre d’elle et déterminée tout le long du livre. Et cela est possible grâce aux épreuves qu’elle affronte et aux conseils de son entourage. Il y a d’ailleurs de belles citations que l’on peut noter.

    La fin. Vraiment, les dernières pages du roman me donne tellement envie de lire la suite !

    ____________________________________

    En conclusion, je vous conseille de lire cette suite de Jackaby parce qu’elle ne m’a pas déçue et puis, vous pourrez retrouver les personnages et l’univers sympathique de cette série. Rien que pour ça, je pense que vous pouvez arrêter d’hésiter et allez le lire.

    Alex

  • Les vrais amis ne s'embrassent pas sous la neige

    Autrice : Juliette Bonte

    Genre : Romance

    Résumé : « Ils n’étaient pas censés s’aimer…

    Dès leur première rencontre, une complicité naturelle les relie.

    Dès leur premier fou rire, leur amitié devient une évidence.

    Mais, lorsque le désir s’immisce entre eux, tout se complique…

    Depuis qu’elle a menacé Luke avec une fourchette lors de leur première rencontre – épique –, Allison le considère très naturellement comme son meilleur ami. Il aime se moquer de son obsession pour les cookies maison et de sa façon de manger les hot-dogs ; elle adore l’écouter parler d’architecture et le remettre à sa place. Mais plus ils passent du temps ensemble, et plus Allison prend conscience que Luke est bien plus qu’un ami… À ses côtés, elle découvre de nouveaux sentiments, plus intenses, plus troublants. Des sentiments qu’elle ne devrait pas éprouver. Car Luke est le seul homme qu’elle n’a pas le droit d’aimer. » (Harlequin)

    ________________________________________________

    Avis : Ce petit roman a été vraiment sympa à lire. Une petit romance pour laquelle je suis contente d’avoir laissé une chance bien que certains détails m’ont un peu gênée. Je le conseille à tous ceux qui veulent passer un bon temps sans prise de tête.

    Ce que je n’ai pas aimé :

    -Le caractère et les décisions de la protagoniste Allison au début de l’intrigue m’insupportaient. Je ne pouvais pas apprécié ma lecture au début à cause de cela. J’avais vraiment peur de retrouver une héroïne niaise et sans cervelle. Je ne dis pas qu’Allison est d’une intelligence extrême mais elle n’est pas non plus l’écervelée qu’on voit assez souvent dans les séries ou les romans à l’eau de rose.

    -La personnalité des personnages me semble assez typée. On pourrait retrouver ces mêmes personnalités dans des personnages différents dans d’autres romances.

    -Spoiler→Le retournement de situation avec Carl qui devient hyper violent. Je ne trouve pas ça très réaliste. Après, je ne suis pas psychologue et la mentalité des gens n’est pas mon domaine. Cependant, je trouve ça trop forcé. Comme s’il fallait que l’autrice donne une bonne raison pour laquelle Allison devrait définitivement détester Carl. Je ne pense pas que ce revirement soit potable si on prend en compte la psyché de Carl qui est décrite tout le long du livre.

    -Spoiler→Cela ne dérange personne qu’Allison a quasiment trompé son copain. Certes, Carl n’est pas là souvent mais est-ce que c’est une raison de le tromper ? Allison finit par casser avec lui mais cela a duré assez longtemps. En soit, Carl est un c*nnard de l’avoir frappée mais on ne peut pas dire que la fille est immaculée de pureté. C’est sûrement très dure de rompre des liens et surtout dans ses circonstances, mais je pense ça assez étrange qu’on ne fasse pas de remarque sur le comportement d’Allison.

    Ce que j’ai aimé :

    -La romance est bien menée. Elle est fluide et on comprend comment elle apparaît. Il faut dire que même les personnages secondaires ont quand même le droit à un peu de développement.

    -Bien que je pense que leurs caractères sont assez peu originals, les personnages ont tout de même un développement que je trouve cohérent. On apprend les connaître et à s’attacher à eux au fil des pages.

    -Le livre se lit vite puisque c’est plutôt court en terme de nombre de pages. On peut lire ce roman pour se détendre sans prise de tête. On rentre facilement dans l’intrigue et l’ambiance est zen.

    -Je dois dire que les paillettes sur la couverture sont en grande partie la raison pour laquelle j’ai décidé de tenter cette lecture (désolée pour la superficialité mais je n’y peux rien. J’ai du mal à résister à une couverture qui tape à l’œil \_(-_-‘)__/ )

    -J’ai vraiment bien aimé la fin qui donc finit en happy ending. Et puis, il y a de belles citations que l’on peut tirer de ce livre. De ce fait, la plume de l’autrice est fluide, plaisante à lire et semble avoir un certain charme même.

    -Il y a de l’humour et ce n’est pas excessif au point d’en être lourd !

    ______________________________________

    Je finis mon avis en précisant que c’est PERSONNEL et que donc, chacun son avis. Dans l’ensemble, à part les points que j’ai mentionné ci-dessus, j’ai trouvé le livre sympathique et je me suis prise à apprécier les personnages pour leur humour et leur personnalité. La romance est mignonne avec ses hauts et ses bas (je vous rassure, il y a plus de hauts que de bas !). N’hésitez pas trop à vous tourner vers ce petit roman qui mérite qu’on le lise !

    Alex

  • L'envol du moineau

    L envol du moineauAutrice : Amy Belding Brown

    Genre : Historique

    Résumé : D'après des faits réels, le superbe portrait d'une femme découvrant la liberté au milieu des Indiens.

    Colonie de la baie du Massachusetts, 1672. Mary Rowlandson vit dans une communauté de puritains venus d'Angleterre. Bonne mère, bonne épouse, elle souffre néanmoins de la rigidité morale étouffante qui règne parmi les siens. Si elle essaie d'accomplir tous ses devoirs, elle se sent de plus en plus comme un oiseau en cage. Celle-ci va être ouverte de façon violente lorsque des Indiens attaquent son village et la font prisonnière.
    Mary doit alors épouser le quotidien souvent terrible de cette tribu en fuite, traquée par l'armée. Contre toute attente, c'est au milieu de ces "sauvages" qu'elle va trouver une liberté qu'elle n'aurait jamais imaginée. Les mœurs qu'elle y découvre, que ce soit le rôle des femmes, l'éducation des enfants, la communion avec la nature, lui font remettre en question tous ses repères. Et, pour la première fois, elle va enfin pouvoir se demander qui elle est et ce qu'elle veut vraiment. Cette renaissance pourra-t-elle s'accoutumer d'un retour "à la normale", dans une société blanche dont l'hypocrisie lui est désormais insupportable ,

    Cette magnifique épopée romanesque, inspirée de la véritable histoire de Mary Rowlandson, est à la fois un portrait de femme bouleversant et un vibrant hommage à une culture bouillonnante de vie, que la "civilisation" s'est efforcée d'anéantir.

    Avis : La fin d'un livre est vraiment importante, et ce livre le prouve grandement. En effet, plus j'avançais dans ma lecture, plus je la trouvais longue et, donc, plus j'avais du mal à lire le livre. Cependant la fin m'a conquise. Le livre est inspiré d'une histoire vraie, celle de Mary Rowlandson, qui a publié un livre parlant de sa captivité chez les Indiens pendant 11 semaines. Je n'ai pas lu son livre ni étudié cette histoire, je ne peux donc pas dire ce qui est historique ou romancé, par contre, je confirme que l'autrice à rapporté à merveille les croyances et les mœurs de la société de cette époque. On ressent bien l'inflleuence de la religion puritaine du XVIIsiècle, et qu'elle était le statut de la femme durant cette période. Cela m'a permis d'admirer le courage de Mary, ainsi que d'apprécier son caractère. Tout le long du texte je n'espérais qu'une  seule chose, qu'elle trouve le bonheur après toutes ses épreuves. Ce qui arrive, heureuesement à la fin pour mon plus grand bonheur -j'avais presque cru que cela serait impossible. L'un des autres points positifs de ce livre est le fait qu'il nous permette d'en apprendre plus sur ce pan de l'histoire américaine, une période bien triste et sombre. Parlons maintenant du style d'écriture de l'écrivaine, il est fluide, avec peu de descriptions des paysages et une mise en avant des sentiments et impressions de Mary. Il se lit très vite : en trois jours, je l'avais fini.

    Mais pourquoi ce livre ne fut pas un coup de cœur ? C'est simple, je n'aime pas les idées de cette époque : la place de la femme qui doit être soumise à son mari, le massacre des Indiens, l'esclavage... et j'en passe. Ce que j'ai malheureusement trouvé trop mis en avant dans le livre et a fait que je me suis plus énervé après les personnages que je n'ai savouré le livre. Ce qui est dommage, car Mary Rowlandson est une pionnière de son époque, en avance sur son temps avec ses idées. J'aime et je n'aime pas ce livre, ce qui est complètement fou.

    Je conseille grandement ce livre à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur cette période de l'histoire, et qui sont assez fort pour supporter les bêtises de l'être humain.

    Maë 

     

  • Fire & Heist

    Ce livre n'est disponible qu'en anglais

    Autrice: Sarah Beth Durst

    Genre: Fantasy

    Résumé:

    “In Sky Hawkins's family, leading your first heist is a major milestone--even more so than learning to talk, walk, or do long division. It's a chance to gain power and acceptance within your family, and within society. But stealing your first treasure can be complicated, especially when you're a wyvern--a human capable of turning into a dragon.

    Embarking on a life of crime is never easy, and Sky discovers secrets about her mother, who recently went missing, the real reason her boyfriend broke up with her, and a valuable jewel that could restore her family's wealth and rank in their community.

    With a handpicked crew by her side, Sky knows she has everything she needs to complete her first heist and get her boyfriend and mother back in the process. But then she uncovers a dark truth about were-dragon society--a truth more valuable and dangerous than gold or jewels could ever be.” (Crown)

    _______________________________________________________

    Avis : Mon impression finale ? De la déception… Je n’aime pas trop écrire un avis après une lecture que je considère décevante donc cela sera court.

    Ce que je n’ai pas aimé :

    -Le livre est trop court malheureusement et cela est sûrement la cause indirecte de tous les défauts que je trouve à ce livre. Il n’y avait pas assez de pages pour développer progressivement le caractère des personnages, l’intrigue, l’ambiance et le petit truc qui fait qu’on tombe amoureux d’un roman.

    -Je n’ai pas pu m’attacher aux personnages, j’avais vraiment un regard distancier. Je n’ai pas pu m’identifier ou ressentir de l’affection pour eux et c’est dommage. L’évolution des personnages me semble plat, faite en surface sans approfondissement. Ils m’ont l’air trop typés.

    -L’intrigue est bien mais j’ai l’impression qu’elle ne met pas en valeur les personnages. Je ne suis tout simplement pas rentrer dedans. Je pense que l’autrice a décidé de décrire des scènes qui ne m’intéressaient pas du tout et de faire rapidement les scènes que justement, j’aurai voulu voir davantage développées. La fin est satisfaisante si on prend en compte qu’elle ne répond absolument pas à toutes les questions. Je pense qu’il y a un second tome. Toutefois, si le 1er tome ne m’a pas plu, je ne perdrai pas de temps à lire sa suite.

    -La plume de l’autrice ne m’a pas particulièrement déplu mais elle ne m’a pas plu non plus. Sa façon d’écrire n’est pas assez travaillée pour être appréciée à sa juste valeur.

    Ce que j’ai aimé :

    -Le concept et l’univers créés dans ce livre : les personnages mi humains, mi dragons est une idée originale. Les cambriolages me plaisent aussi, surtout si c’est bien écrit et que l’ambiance s’y prête.

    -Le rythme est soutenu quoique parfois, ça ralentissait à des moments. Mais cela ne m’a gênée plus que ça. Il y avait de l’action quasiment tout le temps.

    -Pour une fois, la romance n’est pas décrite à ses débuts. En gros, on ne voit pas les deux personnages tombaient amoureux et avoir tous les pépins qui suivent. Sky et son mec sont ensemble depuis longtemps et ont déjà construits des liens solides. Ils savent qu’ils s’aiment et savent pourquoi. Il n’y a de problème lié à un énième individu qui fait douter le ou la partenaire de ses sentiments. Les deux amoureux agissent par amour. Il n’y a pas trop de drama. Et c’est tellement rafraîchissant ! Vraiment, dans certains livres, la romance est trop dramatique, trop de complications (pour des malentendus la plupart du temps en plus).

    _____________________________________________

    Je conclus mon avis en précisant que c’est MON avis et que c’est donc personnel. Je préfère que vous vous fassiez un avis par vous-mêmes mais comme je sais qu’il n’y a que 24h par jour, et bien j’espère que mes ressentis seront utiles !

    Alex

  • A curse so dark and lonely

    Ce livre n’est disponible qu’en anglaisCoup de coeur 2

    Autrice : Brigid Kemmerer

    Thème : Fantasy / Réécriture

    Résumé : « Fall in love, break the curse.

    It once seemed so easy to Prince Rhen, the heir to Emberfall. Cursed by a powerful enchantress to repeat the autumn of his eighteenth year over and over, he knew he could be saved if a girl fell for him. But that was before he learned that at the end of each autumn, he would turn into a vicious beast hell-bent on destruction. That was before he destroyed his castle, his family, and every last shred of hope.

    Nothing has ever been easy for Harper Lacy. With her father long gone, her mother dying, and her brother barely holding their family together while constantly underestimating her because of her cerebral palsy, she learned to be tough enough to survive. But when she tries to save someone else on the streets of Washington, DC, she's instead somehow sucked into Rhen's cursed world.

    Break the curse, save the kingdom.

    A prince? A monster? A curse? Harper doesn't know where she is or what to believe. But as she spends time with Rhen in this enchanted land, she begins to understand what's at stake. And as Rhen realizes Harper is not just another girl to charm, his hope comes flooding back. But powerful forces are standing against Emberfall . . . and it will take more than a broken curse to save Harper, Rhen, and his people from utter ruin. »

    ____________________________________________________

    Avis : Ce livre est devenu l’un de mes livres préférés en réécriture ! Je vous le recommande pour ceux qui savent lire en anglais !

    Ce que je n’ai pas aimé : Peu de choses pour être honnête.

    Même les moments que je pourrais qualifier de niais dans les romances, je ne les ai pas trouvés particulièrement désagréables dans ce roman. Peut-être parce qu’il y a toujours un fond profond en signification derrière ces moments.

    L’intrigue est assez prévisible dans les grandes lignes. On se doute de la tournure que va prendre le livre tout le long de l’histoire. On peut aussi deviner ou se douter un peu en avance des retournements de situation Spoiler→(exemple : lorsque la fille, donc Harper, doit retourner chez elle pour sa famille). Mais en même temps, A curse so dark and lonely est une réécriture donc il faut comprendre que l’histoire doit ressembler un minimum au conte original.

     

    Ce que j’ai aimé :

    Enfin, il y aura beaucoup plus à dire ici. En effet, il faut quand même qu’il y ait une raison pour laquelle je considère maintenant ce roman comme étant l’un de mes préférés.

    L’univers est digne du conte, très magique et simple pour se repérer.

    L’intrigue, malgré sa prévisibilité, possède tout de même des retournements de situation que je n’ai pas vu venir. Elle est aussi bien construire. Le rythme est assez lent au début mais commence à accélérer vers la deuxième moitié du livre. Cependant, il ne faut pas trop s’inquièter pour la 1ère moitié parce que l’autrice a le don de mettre beaucoup d’informations en quelques pages mais de façon claire. Du coup, je ne me suis pas du tout ennuyée puisque l’histoire continuait d’avancer mais de façon plus consistante. Je n’ai pas non plus eu de difficultés à rentrer dans le roman car en 2 chapitres seulement, j’ai compris la situation. Je voudrais parler de la fin maintenant mais je vais attendre plus tard pour bien montrer mon ressenti.

    Les personnages sont attachants Spoiler→(sauf Lilith, faut pas se foutre du monde non plus). Ils ont chacun leur caractère, leurs convictions et leurs états d’esprit. Ils ont le droit à un développement tout le long du roman de façon progressive. Et j’adore ce genre de progression. Franchement, j’ai du mal avec les personnages qui deviennent tout à coup courageux, charismatiques ou puissants.

    Aussi, la compatibilité entre les personnages est très bien faite. Elle n’est pas forcée du tout. De même pour les relations entre les 3 protagonistes Rhen, Harper et Grey. Leur confiance mutuelle, le respect qu’ils ont pour chacun et leur affection sont tellement plaisants à lire.

    Je tiens à dire que j’ai été agréablement surprise de voir que l’un de nos protagonistes est atteint de paralysie cérébrale (c’est Harper au cas où vous ne le saviez plus). Je pense que la représentation de cette maladie est correctement faite dans ce roman et c’est un bon point.

    Quant à la romance, pendant longtemps, j’ai cru à un triangle amoureux. Ce qui m’a un peu gênée sachant que ce type de romance ne me plaît pas du tout. Mais au fil des chapitres, j’ai davantage vu de l’amitié pour un binôme que de la romance et vice versa pour l’autre binôme.

    La romance Spoiler→entre Rhen et Harper : le truc que j’adore ! Contrairement à beaucoup d’autres livres, cet amour s’est construit progressivement et avec beaucoup de méfiance, notamment dû aux circonstances. Et puis surtout, la romance est apparu après la confiance, le respect et la compréhension. En plus, les deux personnages sont badass à leur manière Spoiler→: Rhen avec la stratégie et Harper avec sa personnalité de combattante.

    Spoiler→Grey est quant à lui un personnage qui incarne la fidélité et le concept de meilleur ami. Je le veux à mes côtés, sans rire. Il garde toujours une part de mystère en lui (à la fin, on comprend son grand secret que lui-même ne savait pas) et c’est très intéressant d’essayer de savoir ce qui se passe dans sa tête. Sa relation avec Harper est adorable, on dirait son mentor et son ami en même temps bien que j’ai suspecté une once de romance également. La relation entre Rhen et Grey est vraiment touchante. On ressent qu’ils tiennent l’un à l’autre et l’amitié qui les relie est admirable. Après avoir lu l’épilogue, je pense pouvoir dire que leur relation est tout à fait fraternel. Lol.

    Le fait que la famille de Harper lui manque terriblement et qu’elle ne l’oublie pas me serre le coeur. Je comprends à quel point cela doit être dure d'être loin de ceux qu'on aime s'en rien pouvoir y faire.

    Pour finir en beauté, je me dois de parler de cette fin qui me fruste tellement. En effet, c’est une fin en cliffhanger. Ce qui signifie que je vais devoir attendre janvier 2020 pour savoir la suite. Ce qui signifie que je vais passer un an à ruminer les mêmes questions jusqu’à avoir les réponses dans le deuxième tome. Ce qui est horrible ! Mais bon, si vous n’avez pas peur de ce genre de fin, tant mieux pour vous. Moi, je vais aller me consoler en réduisant ma PAL. 

    Alex

  • La danse hésitante des flocons de neiges

    Autrice : Sarah Morgan

    Genre : Romance

    Résumé :

    « Noël, les guirlandes qui scintillent à vous en faire mal au crâne et le vent d'hystérie qui s'abat sur Manhattan... Pour Kayla Green, c'est tout simplement l'horreur. Alors, quand elle est embauchée par Jackson O'Neil pour redorer l'image de sa station de sports d'hiver de luxe, c'est comme un petit miracle : l'occasion de fuir la ville et de se noyer dans le travail. Enfin,c'est ce qu'elle croyait jusqu'à sa rencontre avec Jackson O'Neil et son encombrante famille...

    Les O'Neil sont bruyants, attentionnés, charmants. Bref... la famille qu'elle n'a jamais eue. Et quant à Jackson, sa voix grave et son sourire assuré, il approche un peu trop la perfection pour ne pas être dangereux pour le cœur de glace qu'elle s'est si difficilement façonné. » (HarperCollins France)

    Avis : Alors… Par où commencer ?

    Ce que j’ai aimé :

    C’est une belle lecture en période de Noël. Le livre se lit rapidement, les chapitres ne sont pas trop longs et l’écriture ne pas poser de problème.

    La romance dedans est vraiment mignonne. Les relations entre les différents personnages sont variées et on voit facilement les autres couples potentiels dès le 1er tome sans compter le couple principal.

    Cependant, ce n’est pas une romance qui m’a marquée. C’est la relation père et fille avec Tyler et Jess. Leur situation est émouvante à mon avis et j’adore ça. Bien sûr, je pense aussi que Kayla et Jackson sont adorables ensembles. En tout cas, j’appelle ça une relation saine.

    Individuellement, les personnages sont plutôt réalistes. Je parle de Jackson dans ce cas-là précisément. Je le trouve réaliste parce que ses problèmes le sont, ses réactions le sont également. Ce n’est pas un personnage « parfait » (je mets ça en guillemets parce qu’en réalité, si on pouvait rencontrer des hommes comme lui dans la vie de tous les jours, on aurait le jackpot).

    Quant à Kayla, je trouve son passé très touchant. C’est vraiment à prendre par des pincettes parce qu’il faut considérer les différents points de vue. Spoiler→si on prend le point de vue de Kayla, ce que ses parents ont fait est juste ignoble et irresponsable. Mais si on essaye de se placer à la place des parents, personnellement, je pense juste qu’ils essayaient de la rendre heureuse mais qu’ils devaient aussi penser à eux. C’est maladroit mais cela partait d’une bonne attention. Ce n’est pas pour autant pardonnable de détruire la famille d’une personne à un âge aussi fragile mais les circonstances sont à prendre en compte.

    De plus, la famille O’Neil en elle-même est vraiment agréable à découvrir. On ne voit que le tableau d’ensemble et une partie de la famille en particulier mais c’est tout de même déjà très sympathique. C’est une famille qui a ses propres problèmes et qui a du mal à les résoudre mais elle ne perd pas son côté chaleureux pour autant.

    Ayant lu ce roman à Noël, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance festive présente tout au long de l’intrigue.

    Enfin, l’intrigue n’est pas mal. Elle est assez prévisible mais ce n’est pas gênant en soit. Elle nous permet quand même d’avoir une histoire romantique et addictive sans souci.

    Ce que j’ai moins aimé :

    Comme je l’ai dit ci-dessus, l’intrigue est prévisible, elle ne sort pas de l’ordinaire. J’ai l’impression de lire une romance que j’aurai pu trouver dans un autre livre. Cependant, il ne faut pas prendre cette remarque trop à cœur. En effet, pour moi, quasiment toutes les romances que j’ai pu lire jusqu’à présent se ressemblent. Donc cela ne me dérange plus vraiment.

    Le deuxième point que j’ai moins apprécié, c’est le sexe presque omniprésent dans la deuxième partie du roman. Ils s’enverraient en l’air toutes les pages s’ils le pouvaient et ça me gêne parce que je ne trouve pas ça intéressant à lire. Une ou deux fois maximum mais là, c’était un peu trop. Après, c’est selon les goûts de chacun mais pour moi, cela faisait trop kinky.

    En conclusion :

    Malgré quelques défauts de mon point de vue, je conseille ce livre malgré tout pour passer un bon moment de détente les jours de fête.

    Alex

  • The afterlife of Holly Chase

    Ce livre n'est disponible qu'en anglais

    Autrice : Cynthia Hand

    Genre : Fantasy/ Romance

    Résumé :

    « On Christmas Eve five years ago, Holly was visited by three ghosts who showed her how selfish and spoiled she'd become. They tried to convince her to mend her ways.

    She didn't.

    And then she died.

    Now she's stuck working for the top-secret company Project Scrooge--as the latest Ghost of Christmas Past.

    Every year, they save another miserly grouch. Every year, Holly stays frozen at seventeen while her family and friends go on living without her. So far, Holly's afterlife has been miserable.

    But this year, everything is about to change. . .” (Harper Teen)

    Avis:

    Etant une réécriture du fameux conte de Charles Dickens, je me suis dit que lire ce livre quelques jours après Noël serait vraiment pas mal. Je tiens à dire que j’ai bien fait car je me suis tout de suite imprégnée de l’ambiance très caractéristique qu’il y a autour de Noël.

    Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’est pas essentiel d’avoir lu le conte original pour comprendre ce roman. En effet, c’est vraiment agréable de savoir que l’autrice à penser à nous, lecteurs qui n’avons pas lu l’œuvre de Dickens. Cynthia Hand a eu la gentillesse d’écrire son histoire tout en nous expliquant celle de Dickens en même temps. Bien sûr, elle fait de nombreuses références au conte mais sans que cela ne soit gênant (je pars du principe que bien que vous ne l’ayez pas lu, vous sachiez un minimum le déroulement global du conte).

    Je dois également souligner l’aisance de l’autrice à m’emporter dans son univers. Ce n’était vraiment pas dur à rentrer dedans. En soit, ce n’est pas vraiment un monde de fantasy mais il y a quelques éléments que j’aurais pu trouver confus si ça n’avait pas été bien expliqué par l’autrice.

    Les personnages sont attachants. J’ai bien aimé Holly bien qu’elle peut avoir des comportements que l’on peut qualifier de « méchants ». Pareil pour Ethan. En général, j’ai aimé tous les personnages secondaires aussi. Et c’est bien pour ça que l’intrigue m’a un peu gêné.

    Je m’explique. Tout le long du livre, l’histoire est assez banale. Les personnages font ce qu’ils doivent faire, etc. Le bémol se trouve dans la fin à mon avis. Je précise que c’est personnel et que beaucoup ont tout de même beaucoup apprécié la fin que l’autrice a choisi d’écrire. Pas moi. En effet, cette fin Spoiler→du genre « retour en arrière » ne m’a pas vraiment plu. J’ai été d’abord choquée puis frustrée. Spoiler→Je n’aime pas cela pour la bonne raison que ça donne l’impression que tout ce qui s’est passé dans le livre n’a jamais existé ou en tout cas, seulement dans la tête d’une seule personne ; ce qui revient en gros à rien. Le fait que je me suis attachée aux personnages et aux relations qu’ils entretenaient peut expliquer ma réticence. J’ai un goût d’inachèvement et ce n’est jamais une bonne nouvelle, surtout s’il n’y a pas de suite. Après, je ne trouve pas que la fin soit totalement mauvaise. Elle fait aussi passer un message assez touchant.

     La romance est mignonne, un peu niaise quand même et en soit, pas si incroyable que ça. Mais ce ne m’a pas déplu non plus. Ce n’est pas une romance parfaite néanmoins. J’ai senti une certaine distanciation à chaque fois qu’on avait une scène romantique parce que j’avais juste l’impression d’être simple spectatrice. Et franchement, vu comment les événements se finissent, la romance ne s’est pas bien terminée dans mon cœur.

    En conclusion, je conseille ce livre en période de Noël parce que c’est toujours cool de lire ce genre de livre. Et si vous aimez en plus le conte de Dickens, ne vous gênez pas. Mais ne vous attendez pas non plus à une lecture coup de cœur si vous n’aimez pas les romances niaises et Noël.

    Alex

  • Déracinée

    DeracineeAutrice : Naomi Novik

    Genre : Fantasy

    Résumé : Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu'il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d'un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d'échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c'est uniquement grâce aux pouvoirs du "Dragon". Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l'accompagne dans sa tour pour le servir. L'heure de la sélection approche et tout le monde s'est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu...

    Avis : Un livre envoutant, de par sa couverture et son histoire, mais aussi par son style : j'ai ressenti l'impression d'être dans un conte.

     Le style d'écriture de l'autrice est énergique, et ne s'encombre pas de choses inutiles. Je fus captivée dès les premières lignes du texte. Sur le coup, je ne comprenais pas entièrement le titre de l'histoire, et en arrivant vers la fin, j'ai compris entièrement le sens du titre. Spoiler → Déracinée pour le Bois, les arbres qui essaient d'endiguer la contamination, ais aussi Déracinée, pour ces jeunes filles que le Dragon enlèvent tous les 10 ans, en leur coupant leurs racines liées à la terre,  qui les empêche de partir. CLe double-sens du titre est vraiment génial.

        Maintenant, parlons des personnages ! Ce sont eux qui m'ont donné le sentiment d'être dans un conte, de par le caractère de certains, mais aussi par les situations où ils se trouvaient. De tous, c'est l'héroïne qui remporte mon coup de cœur, car Agnieszka n'est pas parfaite (belle, impeccable, adroite...), loin de là, elle est maladroite, assez sale, préfère largement être dans la nature qu'être belle, mais c'est une héroïne au grand cœur qui n'en fait qu'à sa tête, préférant éviter la violence si possible, avec une grande ouverture d'esprit et qui accepte les différences. Bref, elle sort des clichés habituels. Spoiler → Elle m'a fait penser à Raiponce, lorsque j'ai lu le passage où elle est enfermée dans la Tour, seule, et qu'elle voit les feux de détresse. Pour sortir, elle s'est confectionné une corde avec les robes en soie, et les a passés par la fenêtre, car la porte en bas est fermée.Coup de coeur

    Quant aux autres, les personnages de la cour (le Roi, la reine, les princes...) sont les parfaits exemples des personnages de cour, de par leur ambition, leur caractère qui les définit. Spoiler → La reine qu'on secoure, qui devient par la suite la méchante reine, un prince bon et un rêvant de pouvoir, un roi qui se sent trahit et les enfants princiers en danger car leur oncle veut d'emparer de la couronne. Quant aux sorciers et sorcières, je trouve que ce qui leur donne de l'intérêt sont les échanges avec Agnieszka, surtout le Dragon et Alosha.

        Pour l'histoire, je suis allée de surprise en surprise, à part quelques petits détails prévisibles, le reste n'est que délice. Je suis passé de l'inquiétude, à l'espoir, puis de la peur au soulagement, j'ai voyagé, et j'ai ressenti beaucoup d'émotion au fil de la trame. La fin, surtout, laisse au lecteur le loisir d'imaginer la suite, tout en indiquant ce qui arrive aux personnages. Ce fut un livre qui m'a transporté, me faisant vivre une bien belle aventure. 

    Maë

  • Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

    Autrice : Virginie Grimaldi

    Genre : Romance/ Contemporain

    Résumé : « Je ne t’aime plus. »

    Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.

    Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.

    Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.

    Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

    Avec une extrême sensibilité et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi parvient à faire revivre des instantanés de vie et d’amour et nous fait passer du rire aux larmes. Une histoire universelle. (Fayard)

    Avis : Wow ! Ce roman est autant émouvant que drôle. Virginie Grimaldi m’a embarquée dans des montagnes russes émotionnelles avec ce livre que j’ai adoré lire.

    L’intrigue prête bien au développement des relations entre les personnages et leur propre évolution. J’ai été bluffée de voir à quel point j’ai été happée dans l’histoire de Pauline et de sa famille. Je dois avouer qu’au début, je ne m’attendais pas à être aussi subjuguée par les relations entre eux. Cependant, je pense que l’autrice a su les décrire avec une justesse et une touche d’humanité impressionnantes. Je ne pensais pas que l’intrigue allait se diriger dans cette direction et j’ai encore moins deviné le retournement de situation Spoiler→(avec l’histoire de fausse-couche). L’intrigue en soit est assez lente, Grimaldi développe bien ses personnages mais le rythme du roman ne m’a pas gêné du tout. Je pense d’ailleurs que ce rythme est un facteur majeur dans l’impression que fait ressortir le livre. Aussi, je n’ai pas pleuré mais je n’étais pas non plus très loin. Je recommande aux personnes ayant la larme facile de prévoir tout de même une boîte de mouchoirs à côté, on ne sait jamais.

    Plusieurs messages sont transmis dans ce livre mais c’est fait d’une façon entre le cru et le nuancé. La façon avec laquelle l’autrice a traité l’alcoolisme, le divorce, Spoilerles fausses couches et l’homosexualité est touchante. J’ai senti qu’elle l’avait fait d’une manière délicate, dans le sens où même si ces sujets sont assez polémiques, elle a trouvé une sorte de justesse que j’apprécie. De plus, on a les points de vue de plusieurs personnages ce qui permet de voir aussi qu’une expérience peut être vécue de différentes manières.

    Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, c’est la manière dont Virginie Grimaldi à réussi à donner tout le long du roman une once d’espoir. Une petite lumière de soleil dans un ciel nuageux. Je pouvais très bien lire un passage où tout allait mal, dans lequel Pauline n’arrivait plus à avancer, et pourtant il y avait ce quelque chose qui m’indiquait que peu importe ce qui se passait, on continue d’avancer. La fin, d’ailleurs, représente plutôt bien mon impression Spoiler(ils ont divorcé, Pauline n’a pas réussi à le « retenir » mais elle continue de vivre pour son fils).

    Les relations entre Pauline et ses proches sont authentiques. Ce genre de relation existe partout j’ai envie de dire. Les tensions créées par des incompréhensions, par la jalousie, par l’éloignement, par tout simplement les aléas de la vie sont représentées ici. Le portrait que nous fait Grimaldi de cette famille est impressionnant tout de même. Quand je lis ce livre, je vois une peinture avec des liens, entre toutes les figures, variés qui se transforment au long de l’intrigue et qui se mêlent et démêlent. Et je trouve qu’il y a une dimension carrément magique un peu. Ce qui me renvoie au fait qu’il y a un lien (autre que celui de la famille) que j’ai vraiment adoré découvrir à travers la plume de Grimaldi, celui de la romance.

    Normalement, j’aurais trouvé les moments décrits dans les lettres assez niais. C’est adorable, joyeux et nostalgique. Si on réunit toutes les lettres et qu’on les développe en un roman, ça aurait fait un livre « cosy ». Et c’est pour ça que j’ai vraiment trouvé ça étrange que de couple hyper heureux, on passe à un divorce où les deux concernés ont l’air complétement torturés. J’étais vraiment dans le pourquoi et j’ai essayé de deviner un peu la raison d’un tel retournement. Limite, ce qui est écrit dans ces lettres ressemble à un rêve avec pleins de paillettes et je me suis même demandé si ça s’était réellement produit. Après le plot twist, je ne pense pas avoir bien compris forcément la raison de ce revirement n'ayant jamais fait face à cette situation mais j'ai pu au moins apercevoir les conséquences que cela peut produire. C’est totalement un drame qui les a séparés et en plus, on rajoute le temps passé à s’éloigner et voilà, ça donne le résultat final. Et la romance dans ce livre ne se passe que dans ces lettres et je trouve ça particulier. Avec le contexte, l’opposition entre le passé et le présent est bien montré et c’est choquant de voir qu’en si peu de temps, une situation peut drastiquement changer. C’est choquant mais aussi très émouvant.

    Je ne parlerai pas de la relation entre Pauline et son fils parce que ça va être très long sinon mais l’essentiel, c’est qu’ils s’aiment très fort et qu’ils se donnent mutuellement de la force. Sans le petit Jules, il n’y aurait pas eu de développement. Il est le ciment et en même temps, le rouage qui fait avancer indirectement l’intrigue puisque Pauline va vers l’avant pour lui.

    Pour finir avec une petite note plus joyeuse, je tenais à dire que j’adore l’humour des personnages surtout celui de Pauline. Elle a un sens de l’humour qui contraste pas mal avec sa dépression, ce qui la rend encore plus attachante.

    Je compte vraiment lire d’autres livres de Virginie Grimaldi et j’espère que ces prochaines lectures seront aussi bien que celle-ci. J’avais aussi aimé lire Il est grand temps de rallumer les étoiles mais il manquait quelque chose pour m’attacher réellement à l’histoire et heureusement, ce quelque chose, je l’ai trouvé dans Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie.

    Alex