Blog

  • King of Scars

    Lu en anglais!

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    «  Aux yeux de tous, Nikolai Lantsov, roi de Ravka, a tout pour plaire : jeune, charismatique, il est le héros de la guerre civile qui a déchiré le royaume.

    Installé depuis peu sur le trône, Nikolai doit pourtant faire face à une nouvelle menace : des forces ennemies semblent bien décidées à envahir le pays, dont les frontières sont affaiblies, et les coffres vides. Nikolai doit donc trouver un moyen de rétablir les finances, forger de nouvelles alliances et renforcer son armée de Grishas, cette élite magique qui a tant souffert de la guerre civile.

    Or, la plus grande menace pour le royaume n'est autre que le roi en personne ! Victime, pendant la guerre civile, d'une terrible malédiction, Nikolai se transforme presque chaque nuit en une monstrueuse créature que seuls quelques Grishas semblent pouvoir contenir.

    Hélas, les ténèbres qui habitent le jeune monarque sont de plus en plus fortes, et Nikolai craint de devenir un monstre pour toujours.

    Résolu à combattre le mal qui le ronge, il décide de partir en quête de réponses dans un lieu où règne la plus sombre des magies.. »

    __________________________________

    Avis : Ce 1er tome est un bonne lecture qui mélange l’ambiance de Grisha et le style de Six of Crows.

    Points positifs :

    Premier gros point positif de ce livre : il a le mérite d’être le seul à avoir le POV de Nikolai. C’est suffisant comme explication ou je développe ? Bon allez, je développe un peu pour les personnes qui n’ont pas eu la chance de rencontrer Nikolai dans toute sa gloire. Attention, dans 3… 2… 1… Nikolai est beau.

    Quoi ? Ce n’est toujours pas assez? Ah oui, c’est vrai. 90% des hommes dans les romans sont canons à en faire baver les filles/les mecs. Donc je suppose que le fait qu’il soit drôle, sarcastique, intelligent, charmant, persévérant et très fort pour la parlotte (c’est un roi l’air de rien) ne suffit pas à le différencier des 10 000 autres hommes dans les YA. Bon… Je vais devoir sortir ma dernière carte : c’est un excellent chien de garde. Ah oui, dents acérées, paire d’ailes qui le fait voler à une vitesse pas trop mauvaise et surtout longue distance, un physique quand même pas si ingrat que ça, jolie paire de yeux aussi, très sombre et mystérieuse, et puis le camouflage dans la nuit au top. Excellent chien de garde comme je le disais avant. Après, faut être prêt à sacrifier quelques brebis par-ci par-là. C’est ça ou votre bras… Si après ça, vous ne trouvez pas Nikolai intéressant, je ne peux plus rien faire.

    Sinon, je vous parle aussi de Zoya ? Non, je rigole. Je suppose que vous n’êtes pas là pour lire une dissertation non plus.

    Autre point, j’ai beaucoup aimé les dialogues entre les personnages, tout particulièrement les conversations entre Nikolai et Zoya. Il faut dire que ces deux-là savent jouer sur les mots et ont un humour rempli de sarcasme que j’affectionne beaucoup. Exemple : « “You’re late,” said Zoya. “I’m the king,” said Nikolai. “That means you’re early.”» traduit littérallement par mes soins comme « Tu es en retard » dit Zoya. « Je suis le roi, » dit Nikolai « Ce qui veut dire que tu es en avance ».

    Le petit moment d’anglais finit, je dois également vous parler de l’écriture de Leigh Bardugo. Cette autrice possède une plume qui rend son récit rapide et facile à lire malgré les informations assez denses. J’ai tout bonnement tourné les pages à une vitesse fulgurante. Sacré pageturner.

    Si vous aviez peur que l’univers du Grishaverse reste semblable à celui que vous avez découvert durant toute une trilogie entière, rassurez-vous, j’ai une bonne nouvelle. En effet, l’autrice développe encore plus le world-building et nous offre aussi un petit moment sympa avec des SpoilerSaints. Oui, rien que ça. On apprend que les limites fixées aux pouvoirs des Grishas ne sont peut-être pas si restreintes que ça et que surtout, il serait aussi temps de mettre à jour le système d’éducation.

    Quant à l’intrigue, elle est remplie de 10% de politique, 30% d’enquêtes, 40% d’action et de 5% de bons retournements de situation. J’avoue avoir deviné quelques unes mais ces plot twists restent malgré tout plaisantes. Et pour ceux qui se demandent où sont passés les 15% restants, ils représentent les moments où j’étais tellement captivée par ma lecture que je n’ai pas eu le temps de procéder les informations.

    Petit mot concernant Isaak, nouveau personnage qu’on rencontre dans King of scars. C’est quelqu’un de fondamentalement bon, courageux et attachant. Franchement, je suis contente de l’avoir découvert. Et sa romance avec SpoilerMayu est juste trop mignonne. SpoilerRoméo et Juliette de William Shakespeare? Pardon, je ne connais que Isaak et Mayu de Leigh Bardugo.

    Points négatifs :

    La 1ère partie du roman est assez lente. Le rappel des différents éléments du Grishaverse ne m’intéressait pas vraiment puisque je le connaissais déjà grâce à Grisha et Six of Crows. Quant au côté politique, malgré le fait que sa présence ajoute une touche de réalisme, je ne peux pas dire qu’elle m’a intriguée non plus.

    De même, malgré le fait que je sois vraiment heureuse de revoir Nina, son point de vue ne m’a pas intéressée plus que ça. L’enquête est lente, stagne un peu même et à mon avis, ne sert qu’à couper le rythme du livre.  

    Dernier point, je n’apprécie pas forcément le dernier retournement de situation. Je sais que d’autres ont sûrement crié sur tous les toits leur joie mais je ne fais malheureusement pas partie de ce groupe. SpoilerHonnêtement, je préférais le Darkling en cendres et bien mort. Voilà, c’est dit. Je me le suis tapper pendant trois tomes, je ne tenais pas à le retrouver de sitôt. Le Darkling, c’est un peu comme une chausette trouée que j’ai perdue et que je ne comptais pas revoir.

    ________________________

    En conclusion, j’en attends beaucoup du second tome et j’ai juste très hâte de retrouver Nikolai et Zoya ainsi que tous les autres personnages qui ont réussi à se creuser un petit nid dans mon cœur de lectrice.   

    Alex

  • Les chaînes du silence

    Les chaines du silenceAutrice : Céline Chevet

    Genre : fantasy

    Résumé : Après avoir sauvé la vie d’un vampire, Nathanaël est contraint de fuir son village. Réfugié au plus profond de la forêt où ces créatures gardent les ombres, il est adopté par l’une d’entre elles qu’il nomme Kael, scellant ainsi son destin. Malgré sa nouvelle condition d’animal domestique et le silence permanent de son maître, Nathanael observe la communauté qu’il intègre et dont il ignore tout. Pour la première fois, il apprend à contempler ces espaces immenses qui isolent les hommes et abritent les Bêtes, ces créatures issues d’un autre temps. Lui, l’humain fragile et sensible, symbolise tout ce que les vampires immortels ne regardent plus. Mais parce qu’il choisit de s’attacher pleinement à son maître, leur vie en est bouleversée. De ces chaînes nait un espoir. La liberté. Pour tous les deux.

    Avis : J'ai eu énormément du mal à lire le livre. La narration est sous format de journal intime, ce qui me couper et m'empecher de me plonger de dans. Ce qui est dommange car l'histoire est très belle, mais je m'ennuie en la lisant. J'aurais aimé être plongé directement dans le vif du sujet, cependant cette alleé retour entre le passé et le présent avec d'autre personnages casse tout le dynamisme. Par contre, j'ai trouvé original cette façon de présenter les vampire proche de nature, qu'il soit en symbiose. Le contraire des humains, où ils sont présenté comme se croyant superieur et détruisant la nature ainsi que les bêtes. Malgré les inconvénients et les avantages, j'ai trouvé aussi très beau la façon qu'avait à communiqué les vampire, surtout au sein de leur communauté. Quand à l'intrigue, j'ai mis plus de 100 pages pour la trouver et comprendre. Ce qui est dommage, car le l'histoire fait 300 pages environ. 

    Maë

  • Vampyria tome 1 : la cour des ténèbres

    Vampyria tome 1 la cour des tenebresAuteur : Victor Dixen

    Genre : uchronie fantasy

    Résumé : « Tu vas t’épanouir à Versailles telle une fleur exotique. Les vampyres du palais raffolent de tout ce qui sort de l’ordinaire. Mais attention : la Cour des Ténèbres a ses codes, ses pièges mortels, et le moindre faux pas s’y paye au prix du sang… » En l’an de grâce 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique. Trois siècles plus tard, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?

    Avis : Victor Dixen est un maître dans l'art des montagnes russes émotionnelles, comme pour sa saga "Phobos" où j'ai eu l'impression de voir des clins d'oeil. Mais cette fois-ci, l'histoire est très sanglante avec des descriptions peu détaillées, pourtant c'est très imagé. Je conseille aux âmes sensibles et qui n'ont pas l'habitude, de s'abstenir, car dès le début ça commence en étant sanglant. L'univers est très intéressant, car on n'y trouve pas que des vampires : mais aussi des goules, des stryges... (mais aussi du mythe des deux bouches et du monstre de Frankenstein) Au fil des pages, on se pose beaucoup de questions niveau histoire par rapport à l'uchronie. L'élément déclencheur de cette unchronie est la transformation en vampire en 1715 de Louis XIV alors qu'en vrai, il meurt. Spoiler ➡️ On apprend, qu'il a fait disparaître la religion Chrétienne dans toute l'Europe, pour la remplacer par celle de la science et des ténèbres. Qu'est donc devenu du Pape, de Mme de Maintenon, et le futur Dauphin-le Louis XV ? 

    On sait que l'histoire se passe 299 ans après le changement du roi, soit l'histoire de déroule en 2014. Ce qui est marrant, vu qu'ils n'ont pas évolué en 300 ans environ. Ils sont toujours en calèche et en robe bouffante. Cependant, le langage n'est pas celui du 18e siècle, à un moment, un personnage parle de bad boy. Alors qu'on sent bien que le monde à arrêter d'évoluer pour se figer à l'époque 1700. Ce qui vient de l'imortalité des vampire qui régissent le monde. Pourtant, on voit au fil des pages que l'héroïne n'est pas la seule à vouloir que les choses changent, et elle découvre au fur et à mesure différents personnages avec des points de vue variés de cette situation. A chaque fois, on est emporté par la réaction du personnage principale qui porte en elle de plus en plus de ténébres. C'est une évolution originale qui sort de l'ordinaire. Et les personnages secondaires, sont tous différents en étant très réaliste, avec Naoko qui est très humaine et Poppy très moderne. Et tout cela, nous mène à une fin plein d'espoir, mais avec toujours autant de question. Je suis curieuse de la suite. 

    Maë

  • Grisha #2 : Siege & Storm

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « "Je suis l’Invocatrice de lumière. Et je suis votre dernière chance."

    DÉVOTION. REMORDS. MARTYR.

    Un pays déchiré par la guerre civile.

    Une jeune femme idolâtrée, rongée par ses propres pouvoirs.

    Un corsaire flamboyant et mystérieux.

    Un soldat renégat, en proie aux doutes.

    Une menace grandissante. Un danger imminent.

    RÉSISTANCE. POUVOIR. SACRIFICE.

    Pour s’opposer au Darkling, Alina devra explorer ses propres ténèbres. Au risque d’y perdre sa lumière. »

    ____________________________

    Avis :

    J’ai mieux apprécié ce tome par rapport au précédent : il faut dire que Leigh Bardugo a su mettre plus de tension !

    Points positifs :

    Dans ce tome, l’ambiance a bien changé. Beaucoup plus sombre et plus tendue. En effet, un élément concernant Alina ajoute un côté ténébreux frôlant la folie et j’adore ça. De plus, Alina s’isole de plus en plus notamment à cause de son rôle en tant qu’Invocatrice de Lumière et donc de figure de pouvoir. Et la seule personne à qui elle fait confiance, Mal, a du mal à s’adapter à tous ces changements. Et bien sûr, le Darkling est toujours vivant et prêt à lui casser les ovaires. Bien sûr, il y a également toute cette dimension où notre héroïne ressent une sorte d’attraction par rapport à son némésis, ce qui rend la situation plus délicate.

    Je dédicace ce paragraphe entier à un personnage coup de cœur qui n’est d’autre que Sturmhond ! J’adore ce genre de personnage à l’humour sarcastique et en même temps bouffon, qui peut cependant afficher une face d’autorité et de pouvoir. Et puis, le fait qu’il arrive à jouer avec tout un arsenal de visages rend ce personnage plus profond malgré la superficialité qu’il semble exposer au monde.

    Le rythme dans ce tome est plus soutenu et puis, on alterne les moments de tension et les moments un peu plus calmes de politique et de planification face à la guerre. On développe également un peu plus les personnages et surtout Alina. Elle gagne de la profondeur et de la maturité sur certains points. De nouveaux personnages nous sont introduits comme Tamar, Tolya, Sturmhond, etc…

    La traduction est beaucoup mieux dans ce tome-ci (et pour le tome 3 aussi). C’est sûr que ça rend la lecture tout de suite plus agréable !

     

    Points négatifs :

    La romance dans ce tome est importante, notamment parce que ça affecte directement Alina et son évolution mais aussi parce que ça tisse des liens entre les différents personnages. Malheureusement, j’avoue n’avoir jamais apprécié les triangles amoureux et ne parlons même pas des carrés amoureux (ma phobie littéraire). Du coup, vous vous en doutez, la pseudo-romance entre SpoilerAlina et Nikolaï, je l’ai réduite vite fait bien fait à l’état d’amitié mélangé avec un soupçon de manipulation politique. Juste ça. C’est déjà assez difficile de gérer Alina/Mal/Darkling alors évitons d’élargir ce problème avec un autre gigolo.

    Donc… Concernant le triangle amoureux, pas beaucoup d’évolution. De ce côté-là, Leigh Bardugo a décidé que les mot-clés seraient DRAMA et ABSENCE DE COMMUNICATION. Mais que serait un YA sans ces expressions phares ? Vous le sentez la frustration doucement monter en moi ?

    Toujours pas compris d’où venait la hype pour le Darkling. Peut-être que je vais enfin pouvoir ouvrir les portes du fangirlisme dans le dernier tome. Qui sait ?

    ______________________

    Suite à ce 2ème tome bien plus satisfaisant avec une fin qui promet du lourd, je n’ai qu’une hâte, finir cette trilogie !

    Alex

  • Master of One

    Lu en anglais!

    Autrices : Jaïda Jones & Danielle Bennett

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    “Rags is a thief—an excellent one. He's stolen into noble's coffers, picked soldier's pockets, and even liberated a ring or two off the fingers of passersby. Until he's caught by the Queensguard and forced to find an ancient fae relic for a sadistic royal sorcerer.

    But Rags could never have guessed this "relic" would actually be a fae himself—a distractingly handsome, annoyingly perfect, ancient fae prince called Shining Talon. Good thing Rags can think on his toes, because things just get stranger from there...”

    ___________________________

    Avis :

    Ce premier tome a été une très bonne lecture qui a frôlé le coup de cœur !

    Points positifs :

    Tout d’abord, le style d’écriture. Ceci peut être autant un mauvais point qu’un bon point. Je m’explique. L’écriture peut être perçue comme fournie et riche par certains, et longue et lourde par d’autres : je fais partie du 1er groupe. En tout cas, pour ma part, l’écriture n’a pas été un obstacle et au contraire, j’ai réussi à me plonger rapidement dans l’histoire ! Les chapitres sont d’ailleurs généralement courts ce qui donne de la fluidité et qui pourrait éventuellement justifier pourquoi j’ai dévoré ce livre d’un coup.

    Mon plongeon express est aussi sûrement dû à la panoplie de personnages attachants présents dans ce bouquin. Et oui, c’est un autre livre avec de multiples POV/PDV et j’aime ça. Déjà avec Six of Crows, mon cerveau s’était configuré pour apprécier la diversité des perspectives. Donc vous vous doutez sûrement qu’avec pas moins de 5 POV, j’allais être gâtée.

    Comme mentionné ci-dessus, les personnages sont attachants et je ne vous cache pas que le format à multiples POV y ait pour beaucoup. Malgré tout, mon attachement ne se résume pas seulement à cela. Il faut dire que le sarcasme et le langage enflammé de Rags ainsi que la loyauté et l’innocence de Tal ont aussi pas mal aidé à les rendre sympathiques à mes yeux. En effet, je le proclame tout haut et fort, j’ADORE le sarcasme donc quand Rags se présente à ma porte en tant que personnification du genre, je ne peux que me prosterner. J’entends bien qu’il y a moult de personnages autant voir plus sarcastique que Rags *kof* Thomas Cresswell *kof* mais je n’ai jamais dit que je ne fangirler pas pour plusieurs d’entre eux.

    Je ne vous parlerai pas des autres personnages pour éviter tout spoil mais sachez qu’ils ne manquent pas non plus de qualités qui les rendront bien agréables à suivre.

    Parler des personnages revient forcément à parler relations ! Pour faire simple : slow-burn et diversité. Que ce soit pour l’amitié ou la romance, attendez-vous à de la méfiance, des doutes et de l’incompréhension au départ pour progressivement se transformer en réelle solidarité, entraide et amour. J’ai vraiment apprécié que les autrices prennent du temps pour la romance principale entre SpoilerRags et Tal. Du coup, quand ça fermente depuis pas moins de 500 pages et que le Spoiler→kiss arrive enfin, j’étais joie ! J’avais sorti le ukulélé et Riptide jouait en arrière fond.

    En ce qui concerne l’univers, je l’ai trouvé plutôt sympa même si ce n’est pas très développé. Dans ce tome, on se centre surtout sur une prophétie et la recherche des fragments du Great Paragon donc c’est vrai qu’on n’explore pas plus que ça la mythologie ou la culture du monde. Néanmoins, la jolie carte au début du livre est un bon complément pour se repérer géographiquement.

    Enfin, la fin est une réussite également de mon point de vue : la tension était là ainsi que l’action. Et puis le mini-cliffhanger n’est pas pour déplaire même si maintenant, je me retrouve bêtement à attendre une date de sortie pour le 2nd tome…

     

    Points négatifs :

    Le rythme est assez lent. Bien que cela ne m’a pas posé de problème, je reconnais que l’écriture n’aide pas et que des longueurs peuvent se faire ressentir par endroits. Surtout que certaines scènes d’action restent brouillonnes, encore plus si on n’est pas concentré.

    Au niveau de l’intrigue, malheureusement, je ne peux pas vraiment dire que l’originalité y transpire. Les retournements de situation étaient prévisibles pour peu que vous ayez déjà lu un certain nombre de YA.

    Les méchants ne m’ont fait ni chaud ni froid. Je les ai trouvé peu approfondis, fades même et j’espère que ça s’arrangera dans la suite.

    _________________________

    En conclusion, je vous recommande ce roman qui m’a bien plu et qui j’espère vous transportera autant que ça l’a fait pour moi.

    Alex

  • La duperie de Guenièvre

    Lascension de camelot tome 1 la duperie de guenievreAutrice : Kiersten White

    Genre : fantasy

    Résumé : La princesse Guenièvre arrive à Camelot pour épouser le charismatique Roi Arthur, mais elle n’est pas celle qu’elle prétend être. Son vrai nom et sa véritable identité sont un secret. La magie a été interdite dans le royaume et le sorcier Merlin qui en a été banni a trouvé un moyen de protéger le roi : faire de Guenièvre sa femme… et sa protectrice contre ceux qui veulent voir la ville du jeune souverain tomber. Pour sauver la vie d’Arthur, sa nouvelle épouse va devoir naviguer dans une cour où les anciennes valeurs qui s’opposent au changement côtoient de nouvelles voix qui se battent pour un monde meilleur. Mais au cœur de la forêt et dans les sombres profondeurs des lacs, la plus terrible des menaces attend pour récupérer ce qui lui est dû… Les chevaliers d’Arthur croient qu’ils sont assez forts pour faire face à n’importe quel danger, mais Guenièvre sait qu’il faudra bien plus que des épées pour garder Camelot libre. 
    Des joutes meurtrières aux trahisons et aux romances interdites, La duperie de Guenièvre propose une lecture inédite et fascinante de la plus grande des légendes. Le combat entre la magie et le fer, le bien et le mal. Une œuvre forte, novatrice et indispensable.

    Avis : Je suis intriguée par les mythes Arthurien, ce qui m'amène à lire ce qui touche le sujet des fois. Et ce fut le cas pour ce livre, espérant y voir un peu d'originalité niveau revisite. Ce que semble promettre le livre, avec les références de bases du mythe. Cependant, il est assez lent à démarrer, et il faut un moment pour y rentrer. Mais une fois dedans, donc aux deux tiers du livre, on le dévore. Spoiler ➡️ Les parties en italique de la Reine Noire casse le rythme lent, et rend l'histoire plus palpitante. J'ai beaucoup de question pour la suite, avec quelques hypothèses sur qui est véritablement Guenièvre. Je l'ai bien aimé. C'est une héroïne généreuse qui ne se laisse pas faire, tout en prenant à coeur son rôle. Elle ne supporte pas d'être inutile et laissée de côté. Quand à Arthur, qu'est-ce que j'ai eu envie de le baffer. Tellement pris par le côté chevalier, qu'il en oublie sa reine. Je trouve que c'est un personnage qui s'éparpille. Spoiler ➡️ Evidemment, on retrouve la trahison de Modred, mais on l'a comprend mieux. Il souffre de voir la nature et les fée détruites. Par contre, j'aurais aimé que d'autres personnage soient plus mis en avant. Et j'espère que des intrigues seront plus développées dans le prochain tome, car il a beaucoup de potentiel. Les descriptions sont intéressantes, et nous décrivent différents endroits des plus fascinants sans alourdir l'histoire. J'adore comment est décrit Camelot, on imagine facilement la beauté du lieu et son histoire. 

    Maë

  • La chronique des Bridgerton tome 5 et 6

    la chronique des Bridgerton 5 et 6Autrice : Julia Quinn

    Genre : Romance

    Résumé : Depuis que sa meilleure amie, Pénélope Featherington, a convolé en justes noces, Éloïse, la rebelle de la fratrie Bridgerton, s'interroge : les commères n'auraient-elles pas raison de prétendre qu'elle ne trouvera pas de mari ? Oh, elle en a reçu des propositions au fil des ans ! Elle les a toutes refusées, sous prétexte que ses prétendants n'étaient pas... parfaits. Une exigence ridicule, bien sûr.Inquiète à l'idée qu'il ne soit déjà trop tard, Éloïse reçoit à point nommé une invitation de la part de sir Phillip Crane, un veuf avec qui elle entretient une relation épistolaire. La proposition est d'autant plus audacieuse qu'il envisagerait de se remarier... Sans en souffler mot à quiconque, elle décide de se rendre chez cet homme qu'elle n'a jamais rencontré. De son côté, sa soeur Francesca file le parfait amour avec son mari, le comte de Kilmartin, dans leur château en Écosse. Elle n'imagine pas qu'un événement inconcevable va bouleverser le cours de sa vie, pour le pire et pour le meilleur.

    Avis : Comme avec les tomes précédents, ce fut un coup de coeur. Mais j'ai eu une grande préférence pour Éloïse, c'est un personnage que je comprend à comparer de Francesca. J'ai eu beaucoup de mal avec cette dernière. On sait peut de chose sur son caractère à comparer de sa soeur, qui a une personnalité plutôt forte. J'aurais aimais que l'épilogue parle comme les tomes précédents, pour savoir si elle put avoir un enfant ou pas. Le tome 6 puissant par ses thèmes : le deuil, la maladie. Par contre, j'ai trouvé intéressant qu'elle intégre la réalité sur les maladies de cette époque, avec en bonus des explications à la fin.

    Venant maintenant à Éloïse, qui à une histoire complètement différent des autres, en intégrant dès le début le thème du sucide. Mais cette fois-ci, dans la romance, l'autrice intégre au milieu deux enfants. Ce qui met du piquant dans l'histoire, surtout avec le caractère de l'héroïne. 

    Petit point, ça me manque un peu les chroniques de Whistledown en début de chapitre, avec le côté potin.

    Maë

  • En quête d'un grand peut-être : Guide de littérature ado

    En quete d un grand peut etre guide de litterature ado 1426425Auteur : Tom et Nathan Lévêque

    Genre : Guide littéraire

    Résumé : Au début de Qui es-tu Alaska? (John Green, 2007), le héros, Miles, quitte le domicile familial. "Pourquoi?" demandent ses parents à qui il répond : "François Rabelais, le poète, a dit sur son lit de mort: "Je pars en quête d'un Grand Peut-être." Voilà ma raison. Je ne veux pas attendre d'être mort pour partir en quête d'un Grand Peut-être." Ce Grand Peut-être, c'est celui de l'adolescence. Par extension, c'est aussi celui de la littérature ado, une littérature de l'intensité, des premières et dernières fois, dans les histoires d'amitié les plus ordinaires ou les quêtes les plus épiques. En quête d'un grand peut-être vous propose de partir, carte et lampe torche à la main, à l'exploration de ce paysage littéraire: historique, incontournables, analyses de ses grandes thématiques, portraits... Ce livre de référence vous donnera les outils et les pistes balisées pour arpenter une littérature au moins aussi riche à défricher que n'importe quel territoire littéraire. Mais comme pour tout chemin, le hors-piste est vivement conseillé !

    Avis : Un livre à mettre entre les mains de tous ceux qui souhaite explorer et décourir la littérature ado. J'ai vraiement apprécié découvrir l'évolution de cette littérature, mais aussi leur définition, qu'ils clarifient. Il est très documenté, tout en s'appuyant sur différent études, avis et expériences. On sent que le sujet passionne les auteurs, car ils le décortiquent et l'analyse. Nous avons en plus dans cette ouvrage plusieurs nouvelles de différent auteurs et autrice, tout en ayant le thème du "peut-être" avec différents genre. J'ai vraiment plaisirs à les lires. Les deux auteurs, nous font découvrir aussi de magnifique portrait de personne lié à la littérature ado mais venant de toute direction. Et si je continue, je risque de révéler tout ce qu'il contient. Et je vous assure qu'avec ce livre, votre wish-list va encore plus grossir. Ce qui est mon cas ! C'est le genre de livre, que l'on ressort souvent de notre bibliothèque, de ceux qui nous quitte plus. Le seul souci c'est l'écriture inclusive, n'ayant pas l'habitude, j'ai eu du mal à lire. Ça me déconcentrait et me perder, je devais donc relire les passages et prendre mon temps. Je met donc en garde ceux qui sont dyslexiques et autres. 

    Maë

     

  • La cité de Laiton

    Daevabad tome 1 la cite de laitonAutrice : S. A. Chakraborty

    Genre : fantasy

    Résumé : Dans les rues du Caire du XVIIIe siècle, Nahri est une jeune escroc aux talents inégalés : lecture de la main, exorcismes et un mystérieux don de guérison ; elle a fait des nobles ottomans sa cible principale dans le but de survivre. Un jour, pendant l'un de ses "?coups?", elle invoque accidentellement Dara, un mystérieux guerrier djinn, et elle va comprendre trop tard que même les stratagèmes les plus intelligents peuvent avoir des conséquences mortelles. Forcés de fuir Le Caire, Dara et Nahri voyagent ensemble à travers des sables chauds et balayés par le vent, grouillants de créatures de feu et de rivières où dorment les mythiques Marids. Des ruines de métropoles humaines autrefois magnifiques aux montagnes où les oiseaux de proie ne sont pas ce qu'ils semblent, leur périple a pour destination Daevabad, la légendaire Cité de Laiton.

    Avis : Ce livre est un sacré pavé, mais ça ne dérange nullement. On est tellement pris dans l'histoire que les mots défilent sous les yeux. Je suis happée par l'histoire qui est rafraîchissante avec son univers oriental. Ça change de la fantasy européenne habituelle. Et j'aime les univers bien travaillés et explorés qui servent à merveille l'intrigue. Les descriptions ne sont pas lourdes, elles sont plus enchanteresses comme les intègre l'autrice à l'histoire. Son style de plume est directe avec une grande finesse. Et au lieu de tisser l'intrigue comme une toile d'araignée (qui est le cas de beaucoup de livres), j'ai plus eu l'impression de voir une partie d'échec se dérouler sous mes yeux, où on appréhende le prochain coup de l'adversaire en essayant de prévoir, de contrecarrer.Coup de coeur

    Je découvrais un autre monde, une autre culture, une autre histoire de magie. Je me suis très vite attachée aux personnages, surtout à Nahri, Ali et Dara. Encore plus en voyant les relations tendues, fragiles et vulnérables se mêler dans les complots et la haine entre eux. Aucun n'est tout blanc ou noir. Au contraire, chaque personnage a ses secrets, ses doutes et essaye d'avancer. Cette histoire fut un coup de coeur, je m'imaginais à merveille les paysages, leur tenue, les combats de Dara et Ali. La fin m'a surprise de tout au tout. J'ai eu tellement peur pour certains personnages, mais quelle suprise. Je ne m'y attendais pas. Et j'ai hâte de voir le retournemant de situation avec Nahri. Je suis prête à parier qu'elle va nous réserver des surprises. C'est le style de personnage intelligente et qui n'a pas peur de se salir les mains discrètement. 

    J'apprécie énormément le glossaire et les notes en bas de page. Ça aide beaucoup à comprendre. Sans oublier que la couverture est magnifique, avec ses couleurs dans les tons maron-or et bleu. En bonus, en lisant le livre, j'écoutais la musique de "The Prince of Persia" dans les oreilles, c'était prenant. Je le conseille. 

     

    Maë

  • Lily la menteuse

    Lily la menteuse tome 1Autrice : Ayumi Komura

    Genre : manga - Shôjo

    Résumé : Hinata, 15 ans, reçoit sa première déclaration d'amour. Ravie d'avoir enfin un petit ami, elle déchante quand elle découvre que celui-ci a une fâcheuse tendance à... se travestir en fille ! Pire : le résultat est très réussi, au point de déclencher un succès fou auprès des garçons. Hinata saura-t-elle gérer l'envahissante popularité de son amoureux ? Surtout, comment pourra-t-elle filer le parfait amour ?

    Términé en 17 tomes.

    Avis : J'ai lu ce manga il a déja un moment, et il ne se prend pas au sérieux. Cependant, il aborde un sujet sensible : se travestir. Avec différentes raison et point de vue, ce que je trouve intéressant. On a donc des couples différents qu'on découvre au fils des tomes, même si on suit principale l'histoire d'Hinata et de En. Car oui, c'est principalement une histoire (ou des histoires) d'amour ! On a par conséquences beaucoup de personnage secondaire, dont certain sont pas très intéréssant ou encore je ne vois pas l'intérêt de les mettre en avant dans l'histoire. Mais comme se manga à un sacré humour, la mangaka n'hésite pas à se moquer de ses personnages et inversement, on pourrait dire. Le graphisme est assez simple, néanmoins chaque personnages est différent et ne se ressemble pas.  Il faut admettre quand sans tout les gagues, l'histoire se serait finit plutôt. Par contre, je n'ai pas compris le lien entre le titre et l'histoire.

     

    Maë

  • La descente ou la chute

    CouvAuteur : Basile CendreCoup de coeur 2

    Genre : Fantasy/Post-apocalyptique

    Résumé :

    « Sauter pour sombrer dans la brume ou descendre de son perchoir et dégringoler les montagnes de décombres, de ferrailles enfouies et hostiles. Peut-être atteindre les profondeurs obscures où dorment les titans, ces géants corrompus au sommeil éternel... et tourmenté. Il lui faudra éviter les chuchotements vicieux de la brume, l’étreinte froide et violente des Oubliés, et la tentation troublante du vertige. Mais Loup le sent, il y a un secret en bas, une liberté que le ciel plombé des hauteurs lui refuse. »

    ______________________________

    Avis :

    Ce roman a été un coup de cœur. Il y a de bons éléments comme des mauvais mais l’ensemble a malgré tout réussi à me séduire au point que je n’ai pas pu lâcher le livre à partir du 2/3.

    Points positifs :

    Je dois avouer quand lisant le résumé, je m’attendais à un monde de fantasy/post-apo banal. Mais pas du tout ! L’auteur réussit à nous livrer un monde avec des concepts originaux, très mystérieux avec des politiques différentes même si assez manichéennes. Par exemple, le concept de la brume et des Oubliés est, je trouve, génial et m’a bien plu.

    En ce qui concerne les personnages, au début, j’ai eu peur de ne pas pouvoir m’attacher à eux à cause d’une certaine impression de distance entre eux et moi, lectrice. J’avoue ne pas savoir si cette distance est dûe ou non au type de narration mais ça m’a rendue dubitative sur ma capacité à m’intéresser aux personnages. Heureusement, ce fut une crainte futile puisqu’au fil des pages, j’ai trouvé les personnages de plus en plus attachants et sympathiques. On a notamment des aperçus du passé de Loup, ce qui le rend plus humain et plus touchant, de même que pour les autres. Loup, étant le protagoniste, je me suis davantage sentie proche de lui mais la lutte intérieure de tous les personnages comme Rosemonde, Auria, Gallart ou encore Brénard (en plus de Loup), est quelque chose qui m’a fait éprouver de la compassion et de l’empathie pour leur situation.

    L’écriture de l’auteur est poétique, très prompte à l’introspection et peut paraître assez froide au début. Malgré tout, je ne l’ai pas particulièrement trouvée difficile à lire. Quant au rythme, il y a des lenteurs mais je ne les ai pas considérées comme gênantes puisqu’elles contribuent, à mon sens, à l’ambiance et au portrait de l’état psychologique du protagoniste.

    Ce roman nous transmet également de nombreuses et différentes pistes de réflexion, que ce soit sur l’environnement et l’écologie, sur l’identité, sur les dictatures et l’abrutissement par le travail. Il y a aussi cette question de contemplation sur son passé, ses peurs. En tant que lectrice/lecteur, beaucoup d’interprétations sont possibles et je pense qu’une seule lecture ne permet pas de découvrir tous les messages pouvant être captés, un peu comme Candide de Voltaire ou Le petit prince d'Antoine de Saint-Exupéry.

    Gros point positif de ce livre, à mes yeux, c’est l’ambiance. L’atmosphère sombre, lourde et oppressante est bien présente. Je l’ai ressentie tout le long de ma lecture. Je la trouve bien faite et ça m’a permis de m’immerger plus facilement dans le monde. Cette ambiance est aussi en accord avec les états d’âme de Loup, accentue soit son désespoir, soit sa lente déchéance.

     

    Points négatifs :

    Quelques éléments « brouillons » sont à signaler. Notamment certains éléments du matériel de ferrailleur de Loup. Tout d’abord, il m’a fallu 60 pages environ pour comprendre ce qu’était concrètement une lumelance. Et puis le concept du Fil, bien qu’intéressante, me semble assez flou. Si on considère le Fil comme étant une métaphore quelconque, et bien oui, il n’y a pas vraiment de problème lié à l’espace. Mais si on le considère comme un objet bien réel, qui existe dans l’espace en tant que matière, j’ai du mal à croire que ce soit possible pour le Fil de suivre Loup sans accroche. Si je commençais à déambuler dans ma maison avec un fil pendu derrière moi et tenu par une tierce personne, je suis quasiment certaine que ce fil se serait coincé au moins une centaines de fois dans des recoins de ma maison que je ne connaîtrais même pas.

    Enfin, la fin m’a paru quelque peu brusque et pressée voire insatisfaisante. C’est très subjectif mais j’aime quand on me donne des réponses à mes interrogations. Par exemple, Spoilerje ne sais toujours pas d’où sort Lutin, qu’est-ce qu’il faisait là, son passé. Comment Loup a réussi à faire rendormir un géant en lui foutant une source de lumière dans l’œil. Non mais parce que si on me faisait la même chose, je hurle et je réveille mes voisins. Je ne vais sûrement pas aller dormir à nouveau. Mais encore une fois, ce sont des questions qui n’auraient pas réellement de réponses concrètes si on les prenait dans le sens philosophique de la chose. Enfin bon, cela n’empêche pas que ça m’a frustrée et que j’aurais aimé une fin moins abrupte et peut-être, un peu plus développée.

    Le dernier bémol que je pourrais reprocher au livre ne dépend pas de l’auteur. En effet, il existe dans le texte plusieurs fautes de frappe (p.116 ; l.19) ou (p.118 ; l.6) ou même un paragraphe répété (p.171-172). Cela m’a malheureusement fait sortir momentanément de ma lecture et m’a fait douté de mon français.

    ____________________________

    En conclusion, une très bonne lecture que je conseille si vous avez envie d’une fantasy/post-apo qui change de la normale. Et puis, ça vous fera aussi réfléchir sur pleins de sujets, rien de mieux pour ouvrir son esprit et se purger de la brume !

    Alex

  • Six of Cross tome 2

    Six of crow t2Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : fantasy

    Résumé : Après avoir réussi à s’enfuir du Palais des Glaces, Kaz et ses compagnons se sentent invulnérables. Un revirement de situation va cependant changer la donne d’une partie mortelle que devront jouer les jeunes prodiges du crime. Alors que les grandes puissances Grisha s’organisent pour leur mettre la main dessus, Kaz imagine un plan, entre vengeance et arnaque, qui leur assurera la gloire éternelle en cas de réussite, et provoquera la ruine de leur monde s’ils échouent.

    Avis : Ce tome 2 est beaucoup plus prenant et stressant que le premier tome. Je m'y suis plongée d'une traite, cherchant sans cesse du temps pour le lire. A mes yeux, Kaz est un génie. Il ne cesse jamais de me surprendre. Ayant toujours plus d'un coup d'avance sur les autres. Spoiler ➡️ Même si, à un moment, j'ai cru que c'était la fin pour l'équipe, et que Peka Rollins avait surpassé Kaz. Mais non ! Cependant, Jesper reste mon chouchou. Il me captive, avec ce besoin de chercher l'adrénaline et les défis, au point de faire de belle bourde. Il adore taquiner, et rentre facilement dans les blagues de Nina. Il a une relation particulière avec chacun, mais en particulier avec Wylan. Elle passe de fascination, à la confiance puis devient plus intime.

    Je ne m'attendais pas à cette fin, qui a su me surprendre et me faire sourire. Malgré un passage triste. Spoiler ➡️ Je ne m'attendais pas du tout à la mort de Mathias. Ce qui me désola beaucoup pour Nina.  J'espère en apprendre plus sur Nina, ou la voir dans King of Scars.

    Maë

  • The Bone Season

    Bone season tome 1 saison d os 1412195Autrice : Samantha Shannon

    Genre : Science-Fiction / Fantasy / Dystopie

    Résumé : Dans un monde totalitaire et dangereux, une réveuse va démarrer une révolution. La saga dystopique évènement par Samantha Shannon, autrice du Prieuré de l'Oranger. 2059. Paige travaille pour une organisation criminelle souterraine dans les rues de Scion-Londres, où elle récolte des informations en pénétrant dans l'esprit des gens. Car Paige est une marcherêve, une clairvoyante, et selon les règles de Scion, son existence même est déjà une trahison. Poursuivie puis arrêtée, elle est déportée vers une colonie pénitentiaire sur l'ancien territoire d'Oxford secrètement occupé par les réphaïm, une race venue d'un autre monde qui récolte et utilise les clairvoyants à ses propres fins. Paige se retrouve assignée au mystérieux gouverneur Arcturus. Celui-ci devient son maître. Son formateur. Son ennemi naturel. À ses côtés, elle va devoir apprendre à développer son pouvoir pour servir ses ravisseurs, mais surtout pour s'échapper de ce sinistre endroit où elle semble promise à une mort certaine...

    Avis : L'histoire est sombre de par son univers qui empreinte à la dystopie. La vie n'est pas simple, bien au contraire. Pourtant, l'autrice sait insufler de l'espoir au lecteur. Et on se met à espérer une vie meilleure pour l'héroïne. Mais, ce qui m'a conquise par-dessus tout, c'est l'évolution de Paige. En premier lieu, elle va se battre, refuser de se soumettre pour suivre, puis après avec un début d'envie de liberté. J'espère que ça continuera dans le prochain tome, car elle a beaucoup de potentiel. Comme je souhaite en apprendre plus sur Arcturus, on sait peu sur lui et il semble en cacher beaucoup encore. La relation entre Paige et lui n'est pas centrale dans l'histoire et n'apparaît qu'à la fin. Elle est très naturelle, car au départ ils vont apprendre à se connaitre, se méfiait, puis se faire confiance. Spoiler ➡️ Je me pause beaucoup de question sur les émin ? J'ai quelque hypothèse mais rien de sûre. Et j'aimerais en apprendre plus sur le monde d'où viennent les réphaites. Je me demande si l'héroïne va réussir à faire comprendre à son gang qu'elle a changé, en raison de ce qu'elle a traversé. 

    L'écrivaine prend le temps de dérouler son intrigue pour nous expliquer l'univers et le passé de Paige sans que ce soit long ou ennuyeux. Tout l'inverse, je suis restée plongée dans ma lecture, limite hypnotisée pour rester concentrée vu la complexité. Heureusement, qu'à la fin, ils avaient le glossaire. Et en plus, avec le style de plume de Samantha Shannon, je m'imaginais à merveille Sheol I ainsi que Londres. Je ne suis pas une grande fan des grosses descriptions visuelles. Il contient à merveille ce qu'il faut pour que mon cerveau s'emballe, et imagine. Je visualise bien l'ambiance et les décors. Et je souhaite y replonger. Je zieute donc la date de sortie du tome 2, avec impatience. 

    Maë

  • Twisted tales tome 9 : Oser ses rêves

    Couv13903095Autrice : Elizabeth Lim

    Genre : Conte - Fantastique

    Résumé : Incapable de prouver qu’elle est la princesse que tout le royaume recherche, Cendrillon décide de tourner la page et de prendre un nouveau départ : elle n’acceptera pas plus longtemps d’être l’esclave de Lady Trémaine, sa marâtre. Cette période est révolue. Portée par sa nouvelle résolution, elle laisse derrière elle sa vie passée et sillonne le royaume en quête d’une place de couturière dans une bonne maison. Le Grand-Duc lui donne sa chance et la met au service de la sœur du roi, en visite au château. Seulement, rien ne se passe comme prévu… Cendrillon devient malgré elle le témoin d’un complot visant à faire tomber le roi et le prince. Pire encore, elle comprend que les fées sont depuis longtemps les victimes d’une terrible injustice – et sa propre Marraine-fée en subit elle-même les conséquences… Confrontée à de telles menaces, Cendrillon doit trouver un moyen de mettre un terme à toutes ces machinations… avant qu’il ne soit trop tard. Ceci n’est pas l’histoire de Cendrillon telle que vous la connaissez. C’est une histoire de loyauté. De courage. D’amour. Une histoire où seul un détail peut tout changer.

    Avis : J'aime bien ce Disney. Ce n'est pas mon préféré, mais je le trouv e plus intéressant que Blanche-neige et La belle au bois dormant. Je me suis donc plongé dans cette lecture, sans aucune attente. Et j'ai bien aimé. L'autrice approfondît l'instant du bal, ce qui permet de découvrir que Cendrillon et le prince se sont parlé et apprécié. Ce n'est pas un coup de foudre, mais une histoire d'amour plus réaliste. A comparer du dessin animée, ils vont prendre le temps de se connaitre et encore plus grâce à l'intigue. Ce que préfère largement, car ses plus crédible. Mais parlons un plus de Cendrillon, qu'on découvre sur un nouveau jour. C'est une héoïne qui n'a enfin de compte pas besoin de magie pour s'en sortir, juste de son esprit, de son coeur...dans les situation difficile. On s'attache donc plus facilement à elle. On retrouve la plume légère d'Elizabeth Lim, qui est tout en douceur. Je trouve qu'elle correspond à merveille pour ce conte revisité. 

    Maë

  • Six of crows tome 1

    Six of crows tome 1Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé : Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant...

    Avis : Dès le début de l'histoire, je fus surprise par l'âge des personnages. Je m'attendais à ce qu'ils soient plus vieux, vu leur maturité mais non. On sent que chacun a un passé très chargé. Je suis facinée par les personnages avec leur côté sombre et torturé psychologiquement. Ils jouent les forts, mais ils sont rongés chacun par leurs propres démons. Il est intéressant de les voir les affronter. Chacun d'eux est différent, il n'y a aucune chance de les confondre. L'autrice a su les démarquer, les travailler en profondeur. On remarque donc leur évolution dans l'histoire, et les liens qui se tissent et se renforcent entre eux. Quant à l'intrigue, on rentre directement dans le vif du sujet, pour qu'ensuite, elle ralentisse, en faisant durer le suspense. Pour au final, cueillir le lecteur avec une fin qui nous promet du pur délice dans le tome 2. On sent que l'univers est très varié avec des inspirations de la mythologie scandinave pour les croyances du peuple et Fjerda. Et Ketterdam me fait penser au bas fond des grandes villes américaines, comme New York par exemple, mais dans les années 1900. On découvre que chaque région a son histoire, ses croyances et sa façon de fonctionner, et le tout sans que le lecteur ne se perde.

    Maë

  • Anne d'Avonlea

    Anne d avonlea 1435319 jpgAutrice : Lucy Maud Montgomery 

    Genre : Classique roman

    Résumé : Anne Shirley vient d'avoir seize ans. Institutrice, elle est plus impétueuse et espiègle que jamais, commentant le monde avec cette naïveté lucide qui la caractérise, parlant poésie comme les oiseaux chantent. Avec quelques amis, elle met sur pied la Société d'amélioration du village d'Avonlea, mais il semble que cette bonne idée la plonge dasn toutes sortes de situations embarrassantes...

    Avis : Nous voici dans la suites d'Anne de Green de Gables, et le travail de la maison d'édition est toujours aussi magnifique. Une couverture en relié avec un format semi-poche, et une couverture magnifique avec des couleurs très printanières. Qui correspond à merveille à l'histoire, car elle met beaucoup en avant cette saison à comparer des autres. On ressent à merveille l'amour que porte l'héroïne à cette période de l'année qui apporte les fleurs qu'elle chérie tant. L'histoire est pleine de de douceur dans sa narration, tout en étant accompagner de description qui nous font voyager. Ce qui arrive à l'héroïne ne sont plus des bétises, mais plus des mésaventures causer par sa maladresse quand elle révasse, sans faire attention.  Elle sont plus caucasse et on en sourit toujours autant en les lisants. Les autres personnages sont toujours aussi attachant, même si certain sont moins mit en avant, pour laisser la place à de nouveau personnages. On découvre aussi de nouveaux lieu à Avonlea qui semble contenir des endroits magiques et bien caché. On sent aussi que la fin annonce un changement et une nouvelle étape pour Anne, et encore bien des aventures. J'ai très hâte de la lire, car elle promet des moments envoutants, et important pour Anne.

    Maë

  • Blanc autour

    Blanc autourAuteur : Wilfrid Lupano et Stephane Fert

    Genre : Bande dessinée historique

    Résumé : 1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l'institutrice Prudence Crandall s'occupe d'une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l'Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d'une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l'école si la jeune Sarah reste admise. Prudence Crandall les prend au mot et l'école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l'abolition de l'esclavage.

    Avis : J'avais beaucoup entendu parler de cette bande dessinée, et que des éloges. J'ai commençais la lecture avec un grand plaisirs. Une histoire très forte, qui est inspiré de fait réelle. On a en plus un bonus à la fin qui expliqué un peu plus la vie de ses jeunes filles qui fut pensionnaire dans cette école. On parle d'un sujet important, qui ne faut pas ignorer. On apprend aux fils des pages la conjoncture de l'époque avant la guerre de sécession, avec une explication entre les différents états. On s'attache très vite aux jeunes filles, et aux difficulter qu'elle rencontre. Pourtant, elle s'accroche et garde espoir, ce qui est magnifique message. Les dessins sont magnifiques avec des traits assez leger et des couleurs chaude. Le style est très épuré, pourtant il en raconte énormément. Il a pas besoin de dialogue, les planches sont très narratives.

    Maë

  • Goodbye my Rose Garden

    Goodbye my rose garden tome 1Auteur : Dr. Pepperco

    Genre : Seinen manga

    Résumé : Angleterre, année 1990... L'époque où l'amour, la famille et la société étaient semblables à des ronces... Hanako, une jeune japonaise, décide de traverser l'océan à la recherche de Victor Franks, un écrivain qu'elle admire, dans le but de lui faire lire son roman. Malheureusement, la maison d'édition avec laquelle l'écrivain collabore refuse de lui donner la moindre information. Au bord du désespoir, sans nulle part où aller, elle va trouver du réconfort auprès d'Alice, une noble qui la recueille et fait d'elle sa nouvelle femme de chambre. Mais si la demoiselle est aussi généreuse, c'est peut-être qu'elle a aussi une idée derrière la tête... " Tue-moi !" Hanako, touchée par la détresse d'Alice, décide de découvrir ses réelles intentions et de l'aider, si elle le peut...

    Terminé en 3 tomes.

    Avis : Ce manga fut un vériatble coup de coeur, avec une belle romance F-F. Elle a beau être courte, elle contient tout les éléments qui faut pour nous faire voyager. Et instaurait l'histoire à l'époque victorienne, où une romance entre rang social et de même sexe étaient interdit, met encore plus en avant la trame principale qui est l'histoire d'amour. Cependant la romance à beau être au centre du manga, on a d'autre intrigues qu'y sont emmelé, comme la passion des livres. Qu'on approuve totalement ! Le titre laisse entendre l'importance d'un jardin de rose, qu'on retrouve vite, car l'histoire se déroule principalement dans ce lieux, une des héroïne adore cette endroit et il a aussi beaucoup de métophore entre le lieux avec l'une des personnage principale. Evidement, on a le droit à un bon Happy end qui répond à toute nos question en laissant en même temps l'imagination vagabonde pour ensuite. Avec un graphisme qui captive le regard surtout avec les tenus qui représente très bien la culture Japonaise ou encore celle anglaise de l'époque victorienne.

    Maë

  • Grisha #1 : Shadow and Bone

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Orpheline, Alina ne peut compter que sur elle-même. Quand l'armée la recrute pour une expédition dans la Nappe d'ombre, un brouillard maléfique qui déchire le royaume, la jeune fille s'attend à y laisser sa peau... Les rares survivants des précédents raids racontent que des monstres s'y repaissent de chair humaine ! Seul Grisha, puissants magiciens, sont à même de lutter contre cette malédiction. Et si cette épreuve révélait aux yeux de tous la véritable nature d'Alina ? »

    ____________________________

    Avis :

    Ce premier tome commence bien la trilogie !

    Points positifs :

    Malgré son rôle de tome introductif, j’ai pris plaisir à redécouvrir le Grishaverse d’un autre point de vue, celui des grishas. Je suis toujours très heureuse de replonger dans l’univers de Leigh Bardugo même si j’avais peur de trouver sa trilogie décevante par rapport à sa duologie. Et bien, j’avais faux et raison en même temps. Déjà, c’est injuste de comparer Grisha à Six of Crows pour diverses raisons : l’expérience de l’autrice, l’ambiance et la manière d’aborder l’intrigue sont autant de points qui diffèrent entre les deux. Et puis, si je n’avais pas lu SoC avant, j’aurais adoré l’univers malgré tout.

    Les personnages sont attachants. J’ai été agréablement surprise par Alina. Je ne sais pas pourquoi mais j’étais partie du principe qu’elle serait effacée, faible et manipulable comme jamais. Bon, certes, elle est effectivement manipulable et faible physiquement mais à part ça, je faisais fausse route. Qu’est-ce qu’elle a du répondant Alina ! Bon, pas très futée des fois et naïve par moments mais rien de très grave pour une protagoniste de YA. J’ai aussi adoré Genya et j’ai apprécié le personnage de Mal. Et je dois avouer que pour l’instant, avec seulement le tome 1, je ne comprends pas pourquoi les gens détestent Mal et idolâtrent le Darkling.

    L’intrigue est assez simpliste mais efficace. Je trouve personnellement qu’il y avait un bon rythme et que les péripéties s’enchaînaient bien.

    Points négatifs :

    La traduction laisse parfois à désirer. Je ne sais pas si c’est uniquement dans l’intégrale de France Loisirs mais je dois dire que par moments, je doutais sérieusement de mon français.

    De plus, j’ai trouvé quelques passages qui m’ont frustrée dans le roman : Spoilers dans la suite, lisez à vos risques et périls !!!

    Premièrement, quand Alina découvre que non, le Darkling ne s’appelle pas le Darkling pour rien, elle est dans le déni. Et quand je dis déni, c’est la forme hardcore : le cœur qui bat aussi fort que les basses dans les vidéos « bass boosted », les glandes sudoripares qui ont décidé de reproduire les chutes du Niagara sur son visage, les mains sur les oreilles pour ne pas entendre la voix de la raison (ne faites pas semblant, je sais que ce geste ne vous est pas inconnu)… En gros, Carmina Burana jouait en arrière-plan (J’avoue, j’exagère. Mais ça fait du bien de sortir les hyperboles de temps en temps non ?) Heureusement que ça n’a pas duré des plombes mais c’était assez agaçant.

    Recontextualisation: Sa prof lui prouve que le beau gosse n’est peut-être pas aussi parfait que ça, qu’il a une morale assez douteuse mais miss Alina avait préalablement décidé que ce dernier était gentil, pas manipulateur du tout et qu’après un ou deux roulages de pelles, c’est bon, elle pouvait lui faire confiance entièrement. Pas con le Darkling ! Peux pas en dire autant pour la demoiselle.

    Deuxièment, quand Alina demande à Mal de la tuer si elle se fait attraper par le Darkling. Corrigez-moi si j’ai faux, mais avait-elle vraiment besoin de demander une telle faveur ? Non mais parce que le suicide existe aussi : un couteau dans la main, la lame sur la jugulaire, un mouvement sec et circulaire du bras et un peu de volonté aurait suffi pour avoir le même résulat avec le mélodrame inutile en moins. Si tu as les tripes d’aller contre vents et marées pour ton boyfriend, je pars du principe que tu l’aimes assez pour ne pas lui refiler un TSPT aka un truc pas sympa comme cadeau d’adieu.

    Je vous ai déjà dit à quel point je n’aime pas les triangles amoureux ? Et bien, pour Grisha, j’ai été préalablement vaccinée par Girl, Serpent and Thorn (ma lecture précédente)! Du coup, totale indifférence face à ce trio. Même le fait qu’Alina soit frustrée sexuellement ne m’a pas fait lever les yeux en l’air. Total sang-froid ! Aucune réaction ! Rien de rien !

    Nan je rigole.

    Juste une pointe d’irritation couplée d’envie de meutre. Faut me comprendre, je pars du principe que l’hypocrisie existe en chacun de nous mais Alina, tu fais fort quand même. Tu es jalouse parce que Mal couche avec des filles (et tu le lui reproches) alors que tu n’es même pas avec lui mais tu n’as aucun problème non plus à soulever ta jupe pour le Darkling après deux-trois discussions. Et franchement, ce n’étaient pas non plus des conversations très romantiques. Sérieusement, je ne juge pas (bien sûr que si), mais j’ai du mal à comprendre comment Alina arrive à se chauffer avec des dialogues qui se résument à 70% de « bla-bla-bla-politique-bla-bla-bla », 20% de « tu-es-nulle-mais-ce-n’est-pas-grave-tu-m’as-moi » et 10% de « tu-me-déçois-parce-que-tu-n’agis-pas-comme-je-voudrais ». Encore une fois, quelqu’un m’explique pourquoi le Darkling est aussi adoré ?

    __________________________

    En conclusion, un bon démarrage malgré les défauts classiques d’un YA. Je le recommande même si c’est juste pour profiter du personnage de Genya. 

    Alex

  • Cher père Noël, je voudrais un mec!

    Autrice : Caro M. Leene

    Genre : Romance

    Résumé :

    « C’est la dernière fois qu’Aly écoute les conseils foireux de sa meilleure amie ! Écrire sa liste au père Noël ? D’accord, c’était drôle comme idée, jusqu’à ce que sa poisse légendaire fasse encore des siennes et qu’Aly envoie par erreur ladite liste par mail à… son patron, Evan Sanders, qui est plutôt du genre père Fouettard. Non seulement il va savoir que son vœu le plus cher est de se trouver un mec – ou, à défaut, de découvrir de beaux sex-toys sous le sapin – mais, en plus, il va apprendre qu’elle fantasme sur lui (qu’est-ce qui lui a pris d’avouer qu’elle ne le repousserait pas s’il lui sautait dessus ?). Sa carrière professionnelle est foutue, c’est sûr. Tout compte fait, Aly ne souhaite plus qu’une seule chose pour Noël : un miracle. »

    ________________________

    Avis :

    Avec un titre pareil, vous vous doutez bien que j’avais pas mal d’attentes !

    Je pense ne prendre aucun risque si je vous décris ce roman comme étant la parfaite « romance de Noël ». Tout y est : un homme canon et gronchon mais qui possède un côté doux, une femme qui est créative mais manque de bol, elle a un job qui ne lui permet pas de s’épanouïr, un contexte romantique c’est-à-dire Noël et une partie de jambe en l’air dans le bureau du patron (entre autres).

    Sur le coup, niveau fantasme, vous êtes servi(e)s : ils s’envoient en l’air au moins 7 fois en tout et dans divers endroits : dans la salle de bain, dans le lit, sur la table de réunion et j’en passe. Et s’ils ne peuvent pas passer directement à l’action, les pensées d’Aly nous rappellent très bien que sa libido est bien active. Non que ce soit quelque chose de mal (c’est une romance duh) mais au bout de 100 pages pour un roman qui n’en fait que 300, j’aurais bien voulu avoir autre chose qu’Aly en train de baver sur son boss ou en train de se chauffer parce qu’Evan est une bombe sexuelle ! Et je tiens à souligner ce point puisque pendant 1/3 du livre (et encore je suis gentille), Aly le répète sans cesse. Je ne sais pas, peut-être que l’autrice avait peur qu’on oublie ce « détail ».

    Sinon, je ne vous parle pas d’à quel point l’intrigue était prévisible mais c’est comme les films en cette période, on sait déjà en avance tout ce qui va se passer rien qu’avec le résumé mais ça ne nous empêche pas de plonger les deux pieds dedans ! Donc, niveau drama, c’est menu complet !

    Personnellement, j’ai surtout apprécié ce roman parce qu’il a réussi à me faire passer par toute une panoplie d’émotions : hilarité (et il y en a eu, même si c’était pour diverses raisons), agacement (en même temps, quand tu te doutes fortement qu’un peu de communication aurait suffi pour t’éviter 30 pages de quiproquo répétitif), indifférence (faut pas m’en vouloir, je ne peux quand même pas éviter la case « blasée » quand je suis face à des stéréotypes), satisfaction (on pense à la fameuse réconciliation à la fin qui te permet de te dire que les personnages ont eu leur happy ending), etc…

    Justement, en parlant des personnages, je dois dire que j’apprécie particulièrement leurs dialogues et surtout ceux remplis de sarcasme et de provocation. Pour ma santé mentale, ne parlons pas trop des dialogues où un des personnages (si ce ne sont les deux) semble perdre momentanément soit l’ouïe soit le bon sens (petit clin d’œil à la spécialité d’Aly : le bouchage d’oreilles au moment où elle aurait dû les ouvrir bien grands).

    _____________________________

    En gros, comme déjà dit avant, une romance parfaite à lire si vous voulez de la légèreté, un moment de détente et des moments coquins !

    Alex