Créer un site internet

fantasy

  • The Gilded Ones - Deathless #1

    Lu en anglais!

    Autrice : Namina Forna

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    “Sixteen-year-old Deka lives in fear and anticipation of the blood ceremony that will determine whether she will become a member of her village. Already different from everyone else because of her unnatural intuition, Deka prays for red blood so she can finally feel like she belongs.

    But on the day of the ceremony, her blood runs gold, the color of impurity--and Deka knows she will face a consequence worse than death.
    Then a mysterious woman comes to her with a choice: stay in the village and submit to her fate, or leave to fight for the emperor in an army of girls just like her. They are called alaki--near-immortals with rare gifts. And they are the only ones who can stop the empire's greatest threat.

    Knowing the dangers that lie ahead yet yearning for acceptance, Deka decides to leave the only life she's ever known. But as she journeys to the capital to train for the biggest battle of her life, she will discover that the great walled city holds many surprises. Nothing and no one are quite what they seem to be--not even Deka herself.”

    _______________________

    Avis : Ce roman fut une belle découverte !

     

    Points positifs :

    J’ai trouvé que la mythologie présente dans ce livre était intéressante. Les multiples filles qu’on rencontre au cours de l’histoire croivent en des dieux/concepts différents et je trouve cette diversité des pensées vraiment belle. Ce mélange de cultures et de religions donne un côté réaliste mais prouve aussi que des liens peuvent très bien se former entre des personnes aux croyances divergentes.

    L’amitié est un thème important dans ce roman et je suis totalement conquise par cet aspect du livre. L’amitié entre les filles mais aussi entre les filles/garçons est juste un plaisir à lire. Bien sûr, il y a des désaccords, des moments de doute mais je pense que ça rend bien. Au final, je me suis attachée aux filles comme aux garçons et leurs relations me donnent le sourire.

    Outre l’amitié, The Gilded Ones est aussi un roman qui aborde des thématiques très dures comme la torture, le sexisme, la misogynie, la maltraitance, la violence dans quasiment toutes ces formes. Les passages de torture et de punitions administrées aux filles m’ont beaucoup touchée. J’avais vraiment du mal à lire de telles atrocités. Mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est nécessaire de montrer que ce genre d’horreur existe vraiment. Ce livre est engagé et la plupart des messages transmis sont très beaux même si très difficiles pour certains (confiance en soi, solidarité, etc...).

    Le personnage de Deka a été agréable à suivre. Je trouve que c’est une jeune femme qui a énormément changé et mûri tout le long de l’intrigue. Je trouvais déjà qu’au début du roman, on avait une Deka qui avait du potentiel en terme d’évolution et je ne me suis pas trompée. Deka est quelqu’un qui m’a fait éprouvé de nombreuses émotions :  de l’inquiétude, de l’exaspération, de la sympathie, de l’excitation mais surtout de la compréhension. C’est une protagoniste qui n’a pas eu un passé facile et encore moins un présent plaisant mais elle reste forte avec ses moments de faiblesses. J’ai beaucoup aimé de voir comment ses pensées et croyances se transformaient au fur et à mesure de la lecture.

    La fin de The Gilded Ones est satisfaisante quoiqu’ouverte. La romance fait partie du livre mais ne prend pas une grande place, ce que j’ai apprécié.

     

    Points négatifs :

    Je pense que certains éléments de l’intrigue tombent un peu du ciel. Je trouve notamment que Spoiler→la mort de Katya ainsi que l’apparition d’Ixa sont un peu aléatoire. Il y a bien un semblant d’explication à la fin mais ça n’a pas réussi à me convaincre complètement.

    Le gros problème que je pourrais reprocher à ce roman est sa temporalité ainsi que les incohérences qui en découlent (cela reste bien sûr très subjectif). Par exemple, Deka va passer d’une jeune fille qui croyait dur comme fer en des croyances sexistes et qui était juste passive, attendant que les choses lui tombent dessus, en une femme qui hurle un discours féministe hyper confiante. Avec à peine 2 mois et demi de différence entre les deux événements. J’ai du mal à croire que seuls deux petits mois ont réussi à effacer 15 ans de conditionnement moral et d’éducation. De même, Deka développe Spoiler→un pouvoir qu’elle ne connaissait absolument pas en un seul essai. Franchement, je ne pense pas qu’on peut faire plus cheaté que ça. Et je ne parle même pas du fait qu’elle se sent prête à Spoilerpartir en guerre avec seulement « quelques mois de préparations ». Aussi intensive que l’entraînement puisse être.

    J’ai également senti que la romance entre Spoiler→Deka et Keita était beaucoup trop précipitée. C’est comme s’il m’avait manqué plusieurs passages dans leur relation. Or, j’aime quand il y a un minimum de fluidité dans le développement d’une relation amoureuse entre deux personnages.

    _________________________

    En conclusion, je conseille ce livre qui véhicule des messages importants et qui nous présente des personnages attachants. L’action est aussi bien présente et le livre se lit très bien. Je pense continuer à lire la suite qui s’annonce assez intéressante.

    Alex

  • L'histoire sans fin

    l'histoire sans finAuteur : Michael Ende

    Genre : Fantasy classique

    Résumé : À première vue, Bastien Balthasar Bux n'a rien d'un héros. Les héros sont grands, beaux et forts. Les héros ne courent pas sous la pluie pour se réfugier dans les librairies obscures et échapper ainsi à leurs camarades de classe. Ils ne volent pas non plus les vieux livres pour aller les dévorer dans les greniers de l'école... Bastien n'a pas pu résister. C'est comme si ce livre l'appelait. Son titre ? L'Histoire sans fin. Le garçon plonge dans un univers peuplé de mille créatures étonnantes : elfes nocturnes chevauchant des chauves-souris, Mange-Pierres, escargots de course, tortues millénaires et lions multicolores, Atréju, l'enfant guerrier sans peur et Fuchur, son fidèle Dragon de la Fortune... Toutes vouées à disparaître, avalées par le Néant, ce mal mystérieux qui ronge le Pays Fantastique. Bastien se trompait. Lui aussi a l'étoffe d'un héros. Et avant la dernière page du livre, son rôle lui sera révélé...

    Avis : Je connais depuis l'enfance les adaptations que ce soit le film ou le dessin animés. Et j'adore le principe de rentrer dans le livre, et j'aimerai pourvoir le faire avec certaines histoires. Il fallait donc que je lise le livre, et quand je suis tombée sur l'édition relié de chez Hachette, qu'elle fut ma joie. J'adore les livres relié, mais celui-ci est particulié. Chaque première page de chapitre est illustré dans les ton bleu-noir, et les illuminations sont en lien avec les événements qui aura lieu dans le chapitre. Je trouve ça très beau. 

    Venant maintenant à sa narration, que je trouve charmant. Cette histoire qui se dédouble au niveau de la narration à certain moment est bien mener. On ne se pert pas, et ce n'est pas gênant à la lecture. Au  contraire, elle complète à merveille et rajoute du piquant. C'est en plus, mes passage préférer de l'histoire. La maison d'édition les même différencier, niveau police de couleur. 

    Quant à l'univers, je suis facinée par le Pays Fantastique, qui n'a aucune limite imaginatif. Justement, elle joue avec à foison sans être lourd, mais en étant amusant à la lecture. Mon esprit ne cesser de s'embaler sur les lieux, les créatures, les événements...bref sur tout, car la bas tout est réalisable du moment qu'on le désire. Autre fait marrants, c'est quand l'histoire  nous fait comprendre qu'elle racontera plus loin les avanture d'un personnages ou autre. Spoiler ➡️ "Mais ce sont là d'autres histoires qui seront contées une autre fois." Cette phrase apparait souvent et me donne à chaque fois envie d'en savoir plus. Et ça donne l'impression que le livre est vivant, et que c'est luui qui nous parle. Quand à l'intrigue, elle est simple tout en étant complexe. Très facile à comprendre, mais n'est nullement linéaire, nous avons des détours et détours qui servent énormément au personnage principal, mais aussi à l'histoire. Pour les personnages, on les voix clairement évoluer au fils des épreuves mais aussi aux contacts des autres, surtout Bastien. Le seul personnages qui ma légèrement agacé, c'est la Petite Impératrice, mais ça. C'est une autre histoire !

    Maë

  • Les Terres de l'Oubli

    Autrice : Jessica Lumbroso

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « Lors d'une étrange nuit, Éva réchappe de justesse à la mort. Accompagnée de Bastien, un jeune homme mystérieux qui semble lui vouer sa vie, la voilà confrontée à sa nouvelle réalité : elle n'est autre que Maeve, une Fairie vouée à devenir puissante, née dans un autre monde : les Terres de l'Oubli.

    Dès lors, le destin se met en branle. Et pour survivre, ils n'ont d'autres choix que de retourner dans ce monde qui les a vus naître.

    Car dans l'ombre, les Damnés fomentent une rébellion : ils enlèvent et tuent au nom de la liberté. Mais Kay, un Métamorphe puissant, lève une armée pour les contrer.

    Dans ce monde qui se scinde en deux, il faudra à Éva et Bastien choisir leur camp. Car la guerre menace d'éclater.

    Mais la liberté n'a pas de prix. »

    __________________________________________

    Avis : Une lecture sympathique qui fait passer le temps. 

    Points positifs :

    Le livre possède une écriture fluide et facile à lire. Le début débute en pleine action, pas le temps de s’ennuyer. Quant à l’univers, il est sympathique, pas très complexe mais a du potentiel.

    Le roman est séparé en deux parties avec grosso modo, la 1ère partie qui fait 2/3 du total de pages. Et j’ai préféré la 2ème partie. Notamment parce que ce n’est qu’à ce moment-là qu’on entre dans les Terres de l’Oubli et parce que c’était plus rythmée que la 1ère partie.

    Les personnages sont attachants, chacun à leur manière. J’ai apprécié le développement de leur personnalité ainsi que leur évolution face à de nouvelles épreuves. Eva, malgré toutes les m*rdes qui lui tombent dessus arrive à garder autant sa bonté que sa naïveté et ça, c’est impressionant. Quant à Bastien, j’avoue que son évolution est plus prévisible mais quand même plus réaliste aussi.

    La romance (c’est de l’insta-love ou plutôt insta-attirance pour ceux qui veulent savoir) est… à la fois touchante et banale. Banale dans le sens où quasiment toutes les romances qui se construisent sur un « fameux mystérieux lien » entre les deux personnages se ressemblent. Et touchante parce que ça montre que ce n’est pas facile de vivre quand ta seconde moitié ressent ce que tu ressens, et que ça pose quand même de bonnes réflexions sur la notion d’intimité.

     

    Points négatifs :

    Le début, même si c’est en plein milieu de l’action et que du coup, on ne s’ennuit pas… et bien, ça manque un peu de qualité. C’est assez brouillon je trouve. Et je ne vous parle même pas des dialogues. On aurait dit que les personnages étaient de mauvais comédiens auxquels on aurait donné le script 5 minutes avant la scène. Avec en combo, des dialogues « profonds » du type :

    « -Qui êtes-vous ? coupa-t-il (A : C’est Bastien qui parle au cas où vous vouliez savoir)

    -Tss, tss. C’est moi qui fixe les règles, ici. (A : Typique phrase de méchants)

    -Mais puisque vous semblez nous connaître, la moindre des choses serait de nous dire qui vous êtes. (A : Euh… je crois qu’il a regardé trop de fois pokemon pour croire ça)

    -C’était bien tenté, mais non. Je vous l’ai dit, je fixe les règles. (A : Bien tenté mon œil ! Qui tombe dans un pareil pièg-)

    A few seconds later…

    -Allez, puisque tu insistes… reprit la femme, un rictus semblable à un sourire au coin des lèvres. Mon nom est Sywen. (A : Je… je retire ce que j’ai dit…) (p.23)

    Ou alors, il y a ça :

    « -Alors soit. Qu’importent les conséquences. Ton destin sera donc lié au sien. (A : Sywen. Qui se croit sûrement dans « Roméo et Juliette »)

    -Il l’est déjà… » (A : Bon bah… Bastien, tu aurais quand même pu faire mieux comme réponse non ? Ça fait très dramatique tout ça) (p.24)

    Outre l’aspect assez introductif de ce premier tome, je dois dire que le rythme du roman dans sa globalité est… particulier. Disons que ça va très vite au début et puis, durant environ 200 pages, c’est aussi rapide qu’une limace déshydratée et aussi monotone qu’un métronome. Et après, ça repart sur les chapeaux de roues ! Mais il n’y a jamais d’entre-deux et puis le rythme, c’est bloc par bloc. En gros, on a ça :

    Capture

    Dernier petit point, j’ai trouvé ça un peu forcé la manière dont l’autrice relance le rythme de l’intrigue. Elle aurait pu construire petit à petit la cause du rebondissement qui nous fait entrer dans la seconde partie du livre mais non. Elle a juste décidé que les personnages allaient avoir -10 de QI à ce moment-là précis et voilà. Pour ceux qui ont lu le livre, Spoilerje parle du moment où un parfait inconnu hyper louche toque à la porte de la maison temporaire d’Eva et Bastien. Que bizzarrement, il s’est fait arrêter par le mauvais temps en plein milieu de la forêt et qu’il cherche justement asile chez eux. Genre dans une cabane perdue au mileu de nulle part. Alors qu’il y a un village/une ville juste à côté (là où se trouve d’ailleurs le vrai propriétaire de la cabane). Alors que les deux zozos savent qu’ils sont poursuivis et qu’ils allaient forcément être rattrapés par leurs poursuivants vu qu’ils sont restés planter au même endroit depuis des millénaires. Ok.

    __________________________________

    En conclusion, je lirai la suite parce que ça m’intrigue et que j’ai quand même apprécié les personnages.

    Alex

  • Gods of men tome 2

    Couv20655668Autrice : Barbara Kloss

    Genre : Fantasy

    Résumé : La guerre ne fait que commencer dans le temple du désert… Sable a été démasquée : elle est en réalité Imari, la fille illégitime du zar d’Istraa, et une Liagée, née avec le pouvoir interdit du Shah. Après dix ans passés à se cacher dans le froid glacial des Landes Sauvages, elle rentre enfin chez elle. Pleine d’espoir, elle compte bien venir en aide aux ouvriers sol veloriens asservis depuis plus de cent ans. Mais un mystérieux chef liagé sévit dans l’ombre d’Istraa, attaquant villages et temples, incendiant et écrasant tout sur son passage, et Imari n’a d’autre choix que d’apprendre à maîtriser son pouvoir si elle veut éviter la destruction de son peuple. La suite de la saga, aussi sombre qu’envoûtante.

    Avis : Un tome 2 qui sort du stéréotype en étant meilleur que le premier. Ce tome est plus dans l'action et répond au question que le premier livre nous avait laisser. Tout en détaillant en profondeur l'univers, le passé aussi, qui permet de mieux comprend le comportement de certain personnage secondaire. On voit l'histoire du passé, s'imbriquent dans l'intrigue actuelle du livre. Et tout cela avec brio, car on a plus de suspense et les péripéties plus palpitantes. On va de surprise en surprise, en savourant la plume de l'autrice qui est plus prenante et rapide. On est vraiment pris dedans, au point qu'à la fin, j'ai eu une pleur bleu. Spoiler ➡️ La mort de Jéric, puis Imari qui transfert sa vie ppur qu'il revienne. J'ai vraiment eu peur qu'on perde l'un d'eux. Et c'est là ! Qu'on voit que l'autrice nous tien, car on frissonne, on ris, on a peur... Et c'est du talent ! Je suis aussi fascinée par la magie d'Imari avec sa musique. Je trouve ça très beau !

    Venons-en aux personnages à présent ! C'est toujours un coup de coeur pour Imari et Jéric en plus maintenant. Chacun d'eux aide l'autre à évoluer d'une certaine manière. Notre héroïne décide de ne plus fuire et souhaite changer les choses, les rendre meilleures. Alors que notre héros, à ouvert les yeux grâce à elle, et souhaite lui aussi changer les choses en la soutenant et en croyant en elle. Quant-aux personnages secondaires, ils ont plus de consistance et plus mis en avant que le tome précédent. On a apprend à les connaitre, et certain apporte un brin d'humour dans le livre, comme les amis de Jéric. Spoiler ➡️ Je ris devant les regard noire que fait Jenya à Braddock quand il lui fait les yeux doux. Je lui souhaite bonne chance.

    Je suis curieuse de découvrir la suite et de voir où sa nous mène. Surtout que ça promet d'être mouvmenter et pimenter !

     

    Maë

  • Vampyria tome 2

    Vampyria tome 2Auteur : Victor Dixen

    Genre : fantasy

    Résumé : Aux yeux de Versailles, Diane de Gastefriche est l'écuyère favorite de Louis XIV l'Immuable, le vampyre suprême qui depuis trois cents ans impose son joug sanglant à la France et à l'Europe. En réalité, elle se nomme Jeanne Froidelac : elle appartient à la Fronde, organisation secrète œuvrant au démantèlement de l'empire du Roy des Ténèbres. Dans le ventre de Paris apparaît une mystérieuse vampyre renégate, régnant sur une cour souterraine peuplée de goules et d'abominations. Louis charge ses meilleurs écuyers de capturer cette rivale insaisissable et de s'approprier son armée : celle-ci le rendrait plus puissant que jamais. Jeanne parviendra-t-elle à éliminer la Dame des Miracles avant que les autres écuyers la livrent au Roy des Ténèbres ?

    Avis : Ce tome 2 fut encore plus prenant que le premier. On voit grandement l'évolution de l'héroïne. Elle est devenu un peu plus réfléchit grâce à l'expérience, même si, elle est encore loin de la sagesse. Elle se laisse moins emportée par ses émotions et se souci des autres, ainsi que des conséquences de ses actes. Dans ce tome, on la voit mener l'enquête, ce qui permet dans apprendre plus sur l'univers. Qui continue d'être très sombre et sanguinaire, avec Louis XIV qui n'a aucune considération pour ses écuyers. On ne peut que le détester, mais il représente à merveille le caractère de ce roi de France. Et évidemment, des le premier  chapitre, on a le droit à un mort. L'auteur nous épargne pas, on a peur à chaque instant pour les personnages. Et certains nouveaux, sont des coup de coeur, comme l'ambassadeur anglais. J'entrevois une jolie relation amaitié avec l'héroïne et c'est toujours un plaisirs de revoir Naoko et Orfeo. J'ai beaucoup d'espoir et des théories foisonnent sur certain personnage historique, dont on ignore encore ce qui leur est arrivé. Un peu comme l'intrigue qui à su me surprendre. J'ai essayé de deviné l'identité de la Dame des Miracles, mais Victor Dixen a su me surprendre en beauté. J'ai hate de connaitre la suite.

    Maë

  • Grisha

    Grisha tome 1 les orphelins du royaumeAutrice : Leigh Bardugo

    Genre : fantasy

    Résumé : Orpheline, Alina ne peut compter que sur elle-même. Quand l'armée la recrute pour une expédition dans la Nappe d'ombre, un brouillard maléfique qui déchire le royaume, la jeune fille s'attend à y laisser sa peau... Les rares survivants des précédents raids racontent que des monstres s'y repaissent de chair humaine ! Seul Grisha, puissants magiciens, sont à même de lutter contre cette malédiction. Et si cette épreuve révélait aux yeux de tous la véritable nature d'Alina ?

    En 3 tomes, terminé.

    Avis : Le tome 1 fut une belle entrée en matière. J'était déja accro à l'univers avec la duologie Six of crows. Je me suis donc plongé dans la trilogie en hate. Mais ce fut pas un coup de coeur, ce fut moins prenant que SOC. Par contre, la série Nétflix est fidèle aux livres, avec quelque ajout en plus, car les livres sont pas épais. Je fus surprise pas la différence de narration entre les chapitres et le prologue-épilogue. J'ai bien aimé, ce coté anonyme et un peu en retrait. Alors que le reste de la narration suit de près Alina. C'est rafraichissant. L'héroïne est très naïf, et pas très endurcis au début. Il faut beaucoup de temps

    Puis dans la suite, j'ai pas eu l'impression que la relation entre Mal et Alina avancer. Ils font un pas en avant pour deux en arrière, surtout dans le tome 2. Ce qui devient vite fatiguant. On ressent dans le tome 2 un sérieux manque de communication entre les deux. Ce qui avait le don de m'énerver. Spoiler ➡️ J'avais qu'une envie c'est qu'Alina disent à Mal qu'elle voyait le Darkling. Et pour qu'elle lui avoue enfin, il faut qu'elle le voit embrasser une autre fille. Et Mal qui lui demande de tout abandonner pour LUI ! Il est pas un peu égoïste ou idiot ? Leur pays sont en guerre, des gens compte sur elle et où qu'ils se cachent le Darkling les retrouvera ; comme au début.  Et cette histoire dure un moment et ne semble pas aller mieux. Et à cause du caractère de certain personnage l'histoire en devient un peu prévisible. S'il fallait choisir un personnage, je dirais que je prèfère Nikolai. C'est un personnage qui contient plusieurs facette, il est complexe. Quant-au tome 3, je l'ai abandonnée. J'avais l'impression de tourner en rond niveau personnages et qu'à peine sortit d'une mauvaise passe, une catatrasophe plus grosse leur tombe dessus. Alina a un caractère que j'ai du mal, j'aurais aimé qu'elle s'impose face à certain (par exemple : l'Apparat). Donc je préfère de loin la duologie Six of Crows, que Grisha. Mais, je t'intenterai par contre la troisième série avec Nikolai, qui est un personnage que j'apprècie beaucoup. 

    Maë

  • D'ombre et de Vengeance

    Le destin d orisha tome 2 d ombre et de vengeance 1406388Autrice : Tomi Adeyemi

    Genre : fantasy

    Résumé : Et si le prix de la paix, c'était la mort ? Zélie a ramené la magie à Orïsha, mais elle a aussi donné des pouvoirs puissants à ses ennemis. La guerre entre la monarchie, représentée par le prince Inan, et les rebelles maji, menés Zélie et son amie Amari, est sans pitié. Hélas, au fil des combats, Zélie et Amari se déchirent. Zélie ne rêve que de vengeance et ne croit plus à la réconciliation. Amari veut restaurer la paix dans le pays – mais à quel prix ? Pour que la paix s'installe, faut-il que la moitié du pays meurt ? Zélie et les maji ont-ils seulement une chance de survie ?

    Avis : Le tome 1 avait été un véritable coup de coeur. Hélas, ce n'est pas le cas pour ce tome 2. J'ai eu beaucoup de difficulter à le lire. L'intrigue tourne en rond. Elle est très répétitif. Le livre est centré sur la psychologie des personnages. Et l'autrice arrive à merveille à nous faire ressentir tout les émotions : haine, colère, désespoire. Toute ces émotions négatif, fatigue très vite. Et elles sont répétitif, car les 2 camps s'attaque chacun son tour tout au long du livre. Je comprend en vu de l'histoire que l'animosité reigne, mais ce conflit est incarné dans les personnages. Ce qui les rend obtué, fermé, peu sympathique et qui empeche tout changement. 

    Venants en aux personnages, maintenant. Zélie represente à mes yeux dans l'histoire quelqu'un de destructive avec sa colère et sa haine, qui la ferme à tout dialogue avec ceux qui ne partage pas son avis. Elle refuse tout moyen de faire la paix, ne soutien nullement Amari qui son ami et laisse les autres la rejeter. Alors qu'Amari, essaye d'obtenir la paix pour cesser toute les souffrance, mais à chaque fois, quelqu'un ou quelque chose l'empeche de réussir. Elle perd espoir, et je fus comme elle en avance dans la lecture. J'aime bien ressentir des émotions en lisant, mais pas quand c'est que du négatif. Ce n'est pas ce que je cherche dans un livre.

    Maë

  • Rule of Wolves (King of Scars #2)

    Lu en anglais!

    Autrice : Leigh BardugoCoup de coeur 2

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Le roi démon.

    En voulant se débarrasser du démon qui sommeillait en lui, Nikolai a réveillé un mal plus terrible encore : un ennemi que tous pensaient mort, une menace pour le royaume de Ravka. Alors que son pays est encerclé par les armées de Fjerda, le jeune monarque sait qu'il devra faire appel aux ténèbres en lui s'il veut à nouveau réaliser l'impossible et sauver Ravka.

    La fille des éclairs et du tonnerre.

    Zoya Nazyalensky, générale de la Seconde Armée, connaît trop bien les ravages provoqués par la guerre. Détentrice de nouveaux pouvoirs extraordinaires, la jeune femme est prête à devenir l'arme dont son pays a besoin. Quel que soit le prix à payer.

    La reine des sanglots.

    Chargée d'une mission d'espionnage en plein territoire fjerdan, Nina pense pouvoir déstabiliser l'ennemi en s'infiltrant au plus près du pouvoir. Les motivations de l'espionne semblent cependant aller bien au-delà du simple patriotisme...

    Un roi. Une générale. Une espionne. Trois destins capables de façonner l'avenir d'un pays. Ou d'en provoquer la chute. »

    ____________________________

    Avis : Je suis à un point dans ma vie de lectrice où je ne peux plus être objective quand il s’agit du Grishaverse. Donc si vous êtes ici pour avoir l’avis subjectif d’une gaga, vous êtes au bon endroit !

    Points positifs :

    Alors pour commencer, quasiment tous les points positifs déjà mentionnés dans mon avis pour le tome 1 sont toujours présents.

    Les personnages continuent d’être hyper attachants : Nikolai (ce mec est juste génial mais vous le savez déjà si vous vous êtes tapé(e)s le 1er tome), Zoya (la queen Spoilerau sens propre aussi du coup), Genya et David et je pourrais continuer d’énumérer tous les personnages attachants du Grishaverse mais vous pouvez vous-même aller voir la liste sur wiki.

    De plus, on continue de voir l’évolution des personnages avec Nikolai qui réalise quel est vraiment son objectif, Zoya qui apprend à mieux se connaître, etc… Et on a le Darkling mais ça, j’en reparlerai plus tard.

    Dans ce second tome, on a davantage de politique. Forcément, quand on est en pleine guerre, dur d’éviter le sujet. J’ai vraiment aimé cet aspect qui reste abordable : pas trop de blabla mais assez pour me contenter.

    Gros point positif, qui je trouve, différencie le 1er tome du 2nd : le rythme. Dans ce tome, le rythme est plus soutenu, il y a davantage d’action, de rebondissements, de petits cliffhangers à la fin des chapitres. En plus, la partie avec Nina devient plus intéressante à suivre, ce qui n’était pas vraiment le cas avant. On sent bien monter la tension jusqu’à climax, chose qui m’a un peu manqué dans le tome précédent où tout avait l’air un peu plat.

    A propos de la romance, elle est de 1, plus présente et de 2, elle est encore plus angsty. Pour les personnes qui ne connaissent pas ce terme, ça représente en gros le concept du « je-t’aime-mais-c’est-compliqué ». Pas que je sois contre les relations angsty dans les romans, la preuve on est toujours dans la partie « points positifs », mais c’est vrai qu’à partir d’un certain moment, j’étais prête à partir en expédition dans le Grishaverse (oui, la traversée d’univers est possible pour moi… ça fait pas de mal de rêver) et marier moi-même les deux concernés (Nikolai et Zoya) pour avoir mon fameux bisou. Oui, j’étais un peu frustrée mais justement, ça me permet du coup d’enchaîner sur le point suivant !

    Rules of Wolves m’a fait passer par des montagnes russes d’émotion puissance 1000 : je vous laisse imaginer le petit carnage. J’ai souri, j’ai senti de l’excitation et parfois de la frustration. Un peu de tension et d’impatience. Rien de plus normal si la lecture est bonne n’est-ce pas ? Et bien ce n’est que le début ! Cette lecture m’a fait littéralement pleurer le peu d’eau que j’avais réussi à emmagasiner. Et il faut croire qu’elle a aussi réussi à me faire bondir de joie : le fanservice y est pour quelque chose, je dois l’avouer. SpoilerDisons que les Dregs m’avaient un peu-beaucoup manqué. Enfin bon, pour conclure cette section, je dirais que peu de livres arrivent à me transformer en véritable boule d’émotions vifs.

    SpoilerGrand hommage à David, notre fabrikator préféré qui n’a pas mérité qu’une bombe lui tombe littéralement sur la tête le jour de son mariage. Franchement, quel karma pourri !

     

    Points négatifs :

    Vu que c’est un coup de cœur et que mon objectivité est partie en vacances prolongées, j’ai peu de points négatifs à partager… mais comme j’aime me plaindre, je vous laisse quand même un petit quelque chose : le Darkling !

    Alors, tout de suite, on va éviter les malentendus : je ne déteste pas le Darkling. Je suis certes passée à côté de la hype mais ce n’est pas pour autant que je ne le considère pas comme un personnage essentiel pour la trilogie Grisha. Mais enfin voilà, c’était uniquement dans le cas de la trilogie Grisha. Qu’est-ce qu’il vient faire dans cette duologie ? Vous me diriez : « mais c’est du fanservice, tu te plaignais pas quand c’était SpoilerKaz » ou alors « il fallait quelqu’un pour Spoilerse sacrifier à la fin et comme c’est le seul immortel dispo… » ou encore le fameux « TGCM » = ta gu*ule c’est magique ( by Julie). Alors oui, je suis d’accord en ce qui concerne le fanservice. Tout le monde doit être servi. Après tout, on a bien eu le droit aux SpoilerDregs et Alina & Co donc pourquoi pas le Darkling ? Et en plus, il permet à Leigh Bardugo d’annoncer un éventuel SpoilerSix of crows 3. Quoi de mieux ?

    Le petit bémol, c’est que dès que ça le concerne, c’est incompréhension sur incompréhension ! Ou incohérence sur incohérence ? Peu importe. Dans notre cas, les deux se rapprochent pas mal.

    Jolis beaux gros SPOILERS !

    1 – Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer comment deux individus qui sont supposés être intelligents ont réussi l’exploit d’accéder à la requête du Darkling (qui avait une tête à prévoir une évasion, fallait quand même le faire pour ne pas le piger) en échange d’un « peut-être qu’il y a un endroit qui pourrait potentiellement avoir les matériaux nécessaires pour le rituel que vous avez déjà raté quelque part dans des montagnes inconnues ». Encore un peu et le Darkling allait nous pondre une prophétie à la sauce Percy Jackson et ça n’aurait absolument rien changé à la stupide décision que prendront Nikolai et Zoya.

    2 – Au moment de la rencontre entre notre cher Aleksander et Alina accompagnée de Mal et Misha, nouvelle incompréhension. Passons le moment niais entre Alina et Mal qui ont soudainement décidé de sortir leur bestseller des phrases à l’eau de rose bas de gamme et concentrons nous plutôt sur le moment fatidique. Comment le Darkling a-t-il réussi à toucher les mains jointes des deux tourtereaux ? Simple. Une personne aux neurones déficiantes avait trouvé que mettre un meutrier de masse à moins d’un mètre de ses deux victimes préférées était une bonne idée. L’excuse ? Pour prendre du THÉ ! Du p*tain de THÉ !!!

    3 – L’ambition du Darkling. On sait depuis Grisha que son but ultime est de créer un havre de paix pour les Grishas. Bien sûr, tout parent doit parfois gronder ses enfants même s’il n’aime pas le faire lorsque ces derniers font des bêtises. Passons le fait que ces bêtises en question étaient uniquement le fait qu’ils avaient une opinion différente et que le Darkling n’a pas grondé ses Grishas mais les a tué (mais encore une fois, ce ne sont que des détails. Lol.) Et malgré tout cela, Leigh Bardugo, dans toute sa sagesse, a jugé bon qu’Aleksander n’était pas assez chaotique. Elle a donc décidé de lui donner un nouveau but. Le monsieur a décidé qu’en fait, être inoubliable, ça serait pas mal ! Voici la justification donnée pour expliquer le fait qu’il était prêt à se faire empaler pour l’éternité. Après, le fait que Yuri ait fusionné avec le Darkling y ait sans doute pour quelque chose. Malheureusement, j’ai du mal à croire que Yuri alias le pire commentateur du Grishaverse (c’est-à-dire qu’il ne commente pas, il énonce des observations) soit parvenu à influencer à ce point le Darkling. C’est juste tiré par les cheveux à ce stade.

    Fin des jolis beaux gros SPOILERS !

    En gros, les chapitres du point de vue du moine (Yuri/Darkling) me semblent tout bonnement inintéressants voire carrément inutiles.

    ____________________________

    En conclusion, je vous recommande Rule of Wolves mais préparez une petite boîte de mouchoirs, on ne sait jamais.

    Alex

  • King of Scars

    Lu en anglais!

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    «  Aux yeux de tous, Nikolai Lantsov, roi de Ravka, a tout pour plaire : jeune, charismatique, il est le héros de la guerre civile qui a déchiré le royaume.

    Installé depuis peu sur le trône, Nikolai doit pourtant faire face à une nouvelle menace : des forces ennemies semblent bien décidées à envahir le pays, dont les frontières sont affaiblies, et les coffres vides. Nikolai doit donc trouver un moyen de rétablir les finances, forger de nouvelles alliances et renforcer son armée de Grishas, cette élite magique qui a tant souffert de la guerre civile.

    Or, la plus grande menace pour le royaume n'est autre que le roi en personne ! Victime, pendant la guerre civile, d'une terrible malédiction, Nikolai se transforme presque chaque nuit en une monstrueuse créature que seuls quelques Grishas semblent pouvoir contenir.

    Hélas, les ténèbres qui habitent le jeune monarque sont de plus en plus fortes, et Nikolai craint de devenir un monstre pour toujours.

    Résolu à combattre le mal qui le ronge, il décide de partir en quête de réponses dans un lieu où règne la plus sombre des magies.. »

    __________________________________

    Avis : Ce 1er tome est un bonne lecture qui mélange l’ambiance de Grisha et le style de Six of Crows.

    Points positifs :

    Premier gros point positif de ce livre : il a le mérite d’être le seul à avoir le POV de Nikolai. C’est suffisant comme explication ou je développe ? Bon allez, je développe un peu pour les personnes qui n’ont pas eu la chance de rencontrer Nikolai dans toute sa gloire. Attention, dans 3… 2… 1… Nikolai est beau.

    Quoi ? Ce n’est toujours pas assez? Ah oui, c’est vrai. 90% des hommes dans les romans sont canons à en faire baver les filles/les mecs. Donc je suppose que le fait qu’il soit drôle, sarcastique, intelligent, charmant, persévérant et très fort pour la parlotte (c’est un roi l’air de rien) ne suffit pas à le différencier des 10 000 autres hommes dans les YA. Bon… Je vais devoir sortir ma dernière carte : c’est un excellent chien de garde. Ah oui, dents acérées, paire d’ailes qui le fait voler à une vitesse pas trop mauvaise et surtout longue distance, un physique quand même pas si ingrat que ça, jolie paire de yeux aussi, très sombre et mystérieuse, et puis le camouflage dans la nuit au top. Excellent chien de garde comme je le disais avant. Après, faut être prêt à sacrifier quelques brebis par-ci par-là. C’est ça ou votre bras… Si après ça, vous ne trouvez pas Nikolai intéressant, je ne peux plus rien faire.

    Sinon, je vous parle aussi de Zoya ? Non, je rigole. Je suppose que vous n’êtes pas là pour lire une dissertation non plus.

    Autre point, j’ai beaucoup aimé les dialogues entre les personnages, tout particulièrement les conversations entre Nikolai et Zoya. Il faut dire que ces deux-là savent jouer sur les mots et ont un humour rempli de sarcasme que j’affectionne beaucoup. Exemple : « “You’re late,” said Zoya. “I’m the king,” said Nikolai. “That means you’re early.”» traduit littérallement par mes soins comme « Tu es en retard » dit Zoya. « Je suis le roi, » dit Nikolai « Ce qui veut dire que tu es en avance ».

    Le petit moment d’anglais finit, je dois également vous parler de l’écriture de Leigh Bardugo. Cette autrice possède une plume qui rend son récit rapide et facile à lire malgré les informations assez denses. J’ai tout bonnement tourné les pages à une vitesse fulgurante. Sacré pageturner.

    Si vous aviez peur que l’univers du Grishaverse reste semblable à celui que vous avez découvert durant toute une trilogie entière, rassurez-vous, j’ai une bonne nouvelle. En effet, l’autrice développe encore plus le world-building et nous offre aussi un petit moment sympa avec des SpoilerSaints. Oui, rien que ça. On apprend que les limites fixées aux pouvoirs des Grishas ne sont peut-être pas si restreintes que ça et que surtout, il serait aussi temps de mettre à jour le système d’éducation.

    Quant à l’intrigue, elle est remplie de 10% de politique, 30% d’enquêtes, 40% d’action et de 5% de bons retournements de situation. J’avoue avoir deviné quelques unes mais ces plot twists restent malgré tout plaisantes. Et pour ceux qui se demandent où sont passés les 15% restants, ils représentent les moments où j’étais tellement captivée par ma lecture que je n’ai pas eu le temps de procéder les informations.

    Petit mot concernant Isaak, nouveau personnage qu’on rencontre dans King of scars. C’est quelqu’un de fondamentalement bon, courageux et attachant. Franchement, je suis contente de l’avoir découvert. Et sa romance avec SpoilerMayu est juste trop mignonne. SpoilerRoméo et Juliette de William Shakespeare? Pardon, je ne connais que Isaak et Mayu de Leigh Bardugo.

    Points négatifs :

    La 1ère partie du roman est assez lente. Le rappel des différents éléments du Grishaverse ne m’intéressait pas vraiment puisque je le connaissais déjà grâce à Grisha et Six of Crows. Quant au côté politique, malgré le fait que sa présence ajoute une touche de réalisme, je ne peux pas dire qu’elle m’a intriguée non plus.

    De même, malgré le fait que je sois vraiment heureuse de revoir Nina, son point de vue ne m’a pas intéressée plus que ça. L’enquête est lente, stagne un peu même et à mon avis, ne sert qu’à couper le rythme du livre.  

    Dernier point, je n’apprécie pas forcément le dernier retournement de situation. Je sais que d’autres ont sûrement crié sur tous les toits leur joie mais je ne fais malheureusement pas partie de ce groupe. SpoilerHonnêtement, je préférais le Darkling en cendres et bien mort. Voilà, c’est dit. Je me le suis tapper pendant trois tomes, je ne tenais pas à le retrouver de sitôt. Le Darkling, c’est un peu comme une chausette trouée que j’ai perdue et que je ne comptais pas revoir.

    ________________________

    En conclusion, j’en attends beaucoup du second tome et j’ai juste très hâte de retrouver Nikolai et Zoya ainsi que tous les autres personnages qui ont réussi à se creuser un petit nid dans mon cœur de lectrice.   

    Alex

  • Les chaînes du silence

    Les chaines du silenceAutrice : Céline Chevet

    Genre : fantasy

    Résumé : Après avoir sauvé la vie d’un vampire, Nathanaël est contraint de fuir son village. Réfugié au plus profond de la forêt où ces créatures gardent les ombres, il est adopté par l’une d’entre elles qu’il nomme Kael, scellant ainsi son destin. Malgré sa nouvelle condition d’animal domestique et le silence permanent de son maître, Nathanael observe la communauté qu’il intègre et dont il ignore tout. Pour la première fois, il apprend à contempler ces espaces immenses qui isolent les hommes et abritent les Bêtes, ces créatures issues d’un autre temps. Lui, l’humain fragile et sensible, symbolise tout ce que les vampires immortels ne regardent plus. Mais parce qu’il choisit de s’attacher pleinement à son maître, leur vie en est bouleversée. De ces chaînes nait un espoir. La liberté. Pour tous les deux.

    Avis : J'ai eu énormément du mal à lire le livre. La narration est sous format de journal intime, ce qui me couper et m'empecher de me plonger de dans. Ce qui est dommange car l'histoire est très belle, mais je m'ennuie en la lisant. J'aurais aimé être plongé directement dans le vif du sujet, cependant cette alleé retour entre le passé et le présent avec d'autre personnages casse tout le dynamisme. Par contre, j'ai trouvé original cette façon de présenter les vampire proche de nature, qu'il soit en symbiose. Le contraire des humains, où ils sont présenté comme se croyant superieur et détruisant la nature ainsi que les bêtes. Malgré les inconvénients et les avantages, j'ai trouvé aussi très beau la façon qu'avait à communiqué les vampire, surtout au sein de leur communauté. Quand à l'intrigue, j'ai mis plus de 100 pages pour la trouver et comprendre. Ce qui est dommage, car le l'histoire fait 300 pages environ. 

    Maë

  • Grisha #2 : Siege & Storm

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « "Je suis l’Invocatrice de lumière. Et je suis votre dernière chance."

    DÉVOTION. REMORDS. MARTYR.

    Un pays déchiré par la guerre civile.

    Une jeune femme idolâtrée, rongée par ses propres pouvoirs.

    Un corsaire flamboyant et mystérieux.

    Un soldat renégat, en proie aux doutes.

    Une menace grandissante. Un danger imminent.

    RÉSISTANCE. POUVOIR. SACRIFICE.

    Pour s’opposer au Darkling, Alina devra explorer ses propres ténèbres. Au risque d’y perdre sa lumière. »

    ____________________________

    Avis :

    J’ai mieux apprécié ce tome par rapport au précédent : il faut dire que Leigh Bardugo a su mettre plus de tension !

    Points positifs :

    Dans ce tome, l’ambiance a bien changé. Beaucoup plus sombre et plus tendue. En effet, un élément concernant Alina ajoute un côté ténébreux frôlant la folie et j’adore ça. De plus, Alina s’isole de plus en plus notamment à cause de son rôle en tant qu’Invocatrice de Lumière et donc de figure de pouvoir. Et la seule personne à qui elle fait confiance, Mal, a du mal à s’adapter à tous ces changements. Et bien sûr, le Darkling est toujours vivant et prêt à lui casser les ovaires. Bien sûr, il y a également toute cette dimension où notre héroïne ressent une sorte d’attraction par rapport à son némésis, ce qui rend la situation plus délicate.

    Je dédicace ce paragraphe entier à un personnage coup de cœur qui n’est d’autre que Sturmhond ! J’adore ce genre de personnage à l’humour sarcastique et en même temps bouffon, qui peut cependant afficher une face d’autorité et de pouvoir. Et puis, le fait qu’il arrive à jouer avec tout un arsenal de visages rend ce personnage plus profond malgré la superficialité qu’il semble exposer au monde.

    Le rythme dans ce tome est plus soutenu et puis, on alterne les moments de tension et les moments un peu plus calmes de politique et de planification face à la guerre. On développe également un peu plus les personnages et surtout Alina. Elle gagne de la profondeur et de la maturité sur certains points. De nouveaux personnages nous sont introduits comme Tamar, Tolya, Sturmhond, etc…

    La traduction est beaucoup mieux dans ce tome-ci (et pour le tome 3 aussi). C’est sûr que ça rend la lecture tout de suite plus agréable !

     

    Points négatifs :

    La romance dans ce tome est importante, notamment parce que ça affecte directement Alina et son évolution mais aussi parce que ça tisse des liens entre les différents personnages. Malheureusement, j’avoue n’avoir jamais apprécié les triangles amoureux et ne parlons même pas des carrés amoureux (ma phobie littéraire). Du coup, vous vous en doutez, la pseudo-romance entre SpoilerAlina et Nikolaï, je l’ai réduite vite fait bien fait à l’état d’amitié mélangé avec un soupçon de manipulation politique. Juste ça. C’est déjà assez difficile de gérer Alina/Mal/Darkling alors évitons d’élargir ce problème avec un autre gigolo.

    Donc… Concernant le triangle amoureux, pas beaucoup d’évolution. De ce côté-là, Leigh Bardugo a décidé que les mot-clés seraient DRAMA et ABSENCE DE COMMUNICATION. Mais que serait un YA sans ces expressions phares ? Vous le sentez la frustration doucement monter en moi ?

    Toujours pas compris d’où venait la hype pour le Darkling. Peut-être que je vais enfin pouvoir ouvrir les portes du fangirlisme dans le dernier tome. Qui sait ?

    ______________________

    Suite à ce 2ème tome bien plus satisfaisant avec une fin qui promet du lourd, je n’ai qu’une hâte, finir cette trilogie !

    Alex

  • Master of One

    Lu en anglais!

    Autrices : Jaïda Jones & Danielle Bennett

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    “Rags is a thief—an excellent one. He's stolen into noble's coffers, picked soldier's pockets, and even liberated a ring or two off the fingers of passersby. Until he's caught by the Queensguard and forced to find an ancient fae relic for a sadistic royal sorcerer.

    But Rags could never have guessed this "relic" would actually be a fae himself—a distractingly handsome, annoyingly perfect, ancient fae prince called Shining Talon. Good thing Rags can think on his toes, because things just get stranger from there...”

    ___________________________

    Avis :

    Ce premier tome a été une très bonne lecture qui a frôlé le coup de cœur !

    Points positifs :

    Tout d’abord, le style d’écriture. Ceci peut être autant un mauvais point qu’un bon point. Je m’explique. L’écriture peut être perçue comme fournie et riche par certains, et longue et lourde par d’autres : je fais partie du 1er groupe. En tout cas, pour ma part, l’écriture n’a pas été un obstacle et au contraire, j’ai réussi à me plonger rapidement dans l’histoire ! Les chapitres sont d’ailleurs généralement courts ce qui donne de la fluidité et qui pourrait éventuellement justifier pourquoi j’ai dévoré ce livre d’un coup.

    Mon plongeon express est aussi sûrement dû à la panoplie de personnages attachants présents dans ce bouquin. Et oui, c’est un autre livre avec de multiples POV/PDV et j’aime ça. Déjà avec Six of Crows, mon cerveau s’était configuré pour apprécier la diversité des perspectives. Donc vous vous doutez sûrement qu’avec pas moins de 5 POV, j’allais être gâtée.

    Comme mentionné ci-dessus, les personnages sont attachants et je ne vous cache pas que le format à multiples POV y ait pour beaucoup. Malgré tout, mon attachement ne se résume pas seulement à cela. Il faut dire que le sarcasme et le langage enflammé de Rags ainsi que la loyauté et l’innocence de Tal ont aussi pas mal aidé à les rendre sympathiques à mes yeux. En effet, je le proclame tout haut et fort, j’ADORE le sarcasme donc quand Rags se présente à ma porte en tant que personnification du genre, je ne peux que me prosterner. J’entends bien qu’il y a moult de personnages autant voir plus sarcastique que Rags *kof* Thomas Cresswell *kof* mais je n’ai jamais dit que je ne fangirler pas pour plusieurs d’entre eux.

    Je ne vous parlerai pas des autres personnages pour éviter tout spoil mais sachez qu’ils ne manquent pas non plus de qualités qui les rendront bien agréables à suivre.

    Parler des personnages revient forcément à parler relations ! Pour faire simple : slow-burn et diversité. Que ce soit pour l’amitié ou la romance, attendez-vous à de la méfiance, des doutes et de l’incompréhension au départ pour progressivement se transformer en réelle solidarité, entraide et amour. J’ai vraiment apprécié que les autrices prennent du temps pour la romance principale entre SpoilerRags et Tal. Du coup, quand ça fermente depuis pas moins de 500 pages et que le Spoiler→kiss arrive enfin, j’étais joie ! J’avais sorti le ukulélé et Riptide jouait en arrière fond.

    En ce qui concerne l’univers, je l’ai trouvé plutôt sympa même si ce n’est pas très développé. Dans ce tome, on se centre surtout sur une prophétie et la recherche des fragments du Great Paragon donc c’est vrai qu’on n’explore pas plus que ça la mythologie ou la culture du monde. Néanmoins, la jolie carte au début du livre est un bon complément pour se repérer géographiquement.

    Enfin, la fin est une réussite également de mon point de vue : la tension était là ainsi que l’action. Et puis le mini-cliffhanger n’est pas pour déplaire même si maintenant, je me retrouve bêtement à attendre une date de sortie pour le 2nd tome…

     

    Points négatifs :

    Le rythme est assez lent. Bien que cela ne m’a pas posé de problème, je reconnais que l’écriture n’aide pas et que des longueurs peuvent se faire ressentir par endroits. Surtout que certaines scènes d’action restent brouillonnes, encore plus si on n’est pas concentré.

    Au niveau de l’intrigue, malheureusement, je ne peux pas vraiment dire que l’originalité y transpire. Les retournements de situation étaient prévisibles pour peu que vous ayez déjà lu un certain nombre de YA.

    Les méchants ne m’ont fait ni chaud ni froid. Je les ai trouvé peu approfondis, fades même et j’espère que ça s’arrangera dans la suite.

    _________________________

    En conclusion, je vous recommande ce roman qui m’a bien plu et qui j’espère vous transportera autant que ça l’a fait pour moi.

    Alex

  • La duperie de Guenièvre

    Lascension de camelot tome 1 la duperie de guenievreAutrice : Kiersten White

    Genre : fantasy

    Résumé : La princesse Guenièvre arrive à Camelot pour épouser le charismatique Roi Arthur, mais elle n’est pas celle qu’elle prétend être. Son vrai nom et sa véritable identité sont un secret. La magie a été interdite dans le royaume et le sorcier Merlin qui en a été banni a trouvé un moyen de protéger le roi : faire de Guenièvre sa femme… et sa protectrice contre ceux qui veulent voir la ville du jeune souverain tomber. Pour sauver la vie d’Arthur, sa nouvelle épouse va devoir naviguer dans une cour où les anciennes valeurs qui s’opposent au changement côtoient de nouvelles voix qui se battent pour un monde meilleur. Mais au cœur de la forêt et dans les sombres profondeurs des lacs, la plus terrible des menaces attend pour récupérer ce qui lui est dû… Les chevaliers d’Arthur croient qu’ils sont assez forts pour faire face à n’importe quel danger, mais Guenièvre sait qu’il faudra bien plus que des épées pour garder Camelot libre. 
    Des joutes meurtrières aux trahisons et aux romances interdites, La duperie de Guenièvre propose une lecture inédite et fascinante de la plus grande des légendes. Le combat entre la magie et le fer, le bien et le mal. Une œuvre forte, novatrice et indispensable.

    Avis : Je suis intriguée par les mythes Arthurien, ce qui m'amène à lire ce qui touche le sujet des fois. Et ce fut le cas pour ce livre, espérant y voir un peu d'originalité niveau revisite. Ce que semble promettre le livre, avec les références de bases du mythe. Cependant, il est assez lent à démarrer, et il faut un moment pour y rentrer. Mais une fois dedans, donc aux deux tiers du livre, on le dévore. Spoiler ➡️ Les parties en italique de la Reine Noire casse le rythme lent, et rend l'histoire plus palpitante. J'ai beaucoup de question pour la suite, avec quelques hypothèses sur qui est véritablement Guenièvre. Je l'ai bien aimé. C'est une héroïne généreuse qui ne se laisse pas faire, tout en prenant à coeur son rôle. Elle ne supporte pas d'être inutile et laissée de côté. Quand à Arthur, qu'est-ce que j'ai eu envie de le baffer. Tellement pris par le côté chevalier, qu'il en oublie sa reine. Je trouve que c'est un personnage qui s'éparpille. Spoiler ➡️ Evidemment, on retrouve la trahison de Modred, mais on l'a comprend mieux. Il souffre de voir la nature et les fée détruites. Par contre, j'aurais aimé que d'autres personnage soient plus mis en avant. Et j'espère que des intrigues seront plus développées dans le prochain tome, car il a beaucoup de potentiel. Les descriptions sont intéressantes, et nous décrivent différents endroits des plus fascinants sans alourdir l'histoire. J'adore comment est décrit Camelot, on imagine facilement la beauté du lieu et son histoire. 

    Maë

  • La cité de Laiton

    Daevabad tome 1 la cite de laitonAutrice : S. A. Chakraborty

    Genre : fantasy

    Résumé : Dans les rues du Caire du XVIIIe siècle, Nahri est une jeune escroc aux talents inégalés : lecture de la main, exorcismes et un mystérieux don de guérison ; elle a fait des nobles ottomans sa cible principale dans le but de survivre. Un jour, pendant l'un de ses "?coups?", elle invoque accidentellement Dara, un mystérieux guerrier djinn, et elle va comprendre trop tard que même les stratagèmes les plus intelligents peuvent avoir des conséquences mortelles. Forcés de fuir Le Caire, Dara et Nahri voyagent ensemble à travers des sables chauds et balayés par le vent, grouillants de créatures de feu et de rivières où dorment les mythiques Marids. Des ruines de métropoles humaines autrefois magnifiques aux montagnes où les oiseaux de proie ne sont pas ce qu'ils semblent, leur périple a pour destination Daevabad, la légendaire Cité de Laiton.

    Avis : Ce livre est un sacré pavé, mais ça ne dérange nullement. On est tellement pris dans l'histoire que les mots défilent sous les yeux. Je suis happée par l'histoire qui est rafraîchissante avec son univers oriental. Ça change de la fantasy européenne habituelle. Et j'aime les univers bien travaillés et explorés qui servent à merveille l'intrigue. Les descriptions ne sont pas lourdes, elles sont plus enchanteresses comme les intègre l'autrice à l'histoire. Son style de plume est directe avec une grande finesse. Et au lieu de tisser l'intrigue comme une toile d'araignée (qui est le cas de beaucoup de livres), j'ai plus eu l'impression de voir une partie d'échec se dérouler sous mes yeux, où on appréhende le prochain coup de l'adversaire en essayant de prévoir, de contrecarrer.Coup de coeur

    Je découvrais un autre monde, une autre culture, une autre histoire de magie. Je me suis très vite attachée aux personnages, surtout à Nahri, Ali et Dara. Encore plus en voyant les relations tendues, fragiles et vulnérables se mêler dans les complots et la haine entre eux. Aucun n'est tout blanc ou noir. Au contraire, chaque personnage a ses secrets, ses doutes et essaye d'avancer. Cette histoire fut un coup de coeur, je m'imaginais à merveille les paysages, leur tenue, les combats de Dara et Ali. La fin m'a surprise de tout au tout. J'ai eu tellement peur pour certains personnages, mais quelle suprise. Je ne m'y attendais pas. Et j'ai hâte de voir le retournemant de situation avec Nahri. Je suis prête à parier qu'elle va nous réserver des surprises. C'est le style de personnage intelligente et qui n'a pas peur de se salir les mains discrètement. 

    J'apprécie énormément le glossaire et les notes en bas de page. Ça aide beaucoup à comprendre. Sans oublier que la couverture est magnifique, avec ses couleurs dans les tons maron-or et bleu. En bonus, en lisant le livre, j'écoutais la musique de "The Prince of Persia" dans les oreilles, c'était prenant. Je le conseille. 

     

    Maë

  • La descente ou la chute

    CouvAuteur : Basile CendreCoup de coeur 2

    Genre : Fantasy/Post-apocalyptique

    Résumé :

    « Sauter pour sombrer dans la brume ou descendre de son perchoir et dégringoler les montagnes de décombres, de ferrailles enfouies et hostiles. Peut-être atteindre les profondeurs obscures où dorment les titans, ces géants corrompus au sommeil éternel... et tourmenté. Il lui faudra éviter les chuchotements vicieux de la brume, l’étreinte froide et violente des Oubliés, et la tentation troublante du vertige. Mais Loup le sent, il y a un secret en bas, une liberté que le ciel plombé des hauteurs lui refuse. »

    ______________________________

    Avis :

    Ce roman a été un coup de cœur. Il y a de bons éléments comme des mauvais mais l’ensemble a malgré tout réussi à me séduire au point que je n’ai pas pu lâcher le livre à partir du 2/3.

    Points positifs :

    Je dois avouer quand lisant le résumé, je m’attendais à un monde de fantasy/post-apo banal. Mais pas du tout ! L’auteur réussit à nous livrer un monde avec des concepts originaux, très mystérieux avec des politiques différentes même si assez manichéennes. Par exemple, le concept de la brume et des Oubliés est, je trouve, génial et m’a bien plu.

    En ce qui concerne les personnages, au début, j’ai eu peur de ne pas pouvoir m’attacher à eux à cause d’une certaine impression de distance entre eux et moi, lectrice. J’avoue ne pas savoir si cette distance est dûe ou non au type de narration mais ça m’a rendue dubitative sur ma capacité à m’intéresser aux personnages. Heureusement, ce fut une crainte futile puisqu’au fil des pages, j’ai trouvé les personnages de plus en plus attachants et sympathiques. On a notamment des aperçus du passé de Loup, ce qui le rend plus humain et plus touchant, de même que pour les autres. Loup, étant le protagoniste, je me suis davantage sentie proche de lui mais la lutte intérieure de tous les personnages comme Rosemonde, Auria, Gallart ou encore Brénard (en plus de Loup), est quelque chose qui m’a fait éprouver de la compassion et de l’empathie pour leur situation.

    L’écriture de l’auteur est poétique, très prompte à l’introspection et peut paraître assez froide au début. Malgré tout, je ne l’ai pas particulièrement trouvée difficile à lire. Quant au rythme, il y a des lenteurs mais je ne les ai pas considérées comme gênantes puisqu’elles contribuent, à mon sens, à l’ambiance et au portrait de l’état psychologique du protagoniste.

    Ce roman nous transmet également de nombreuses et différentes pistes de réflexion, que ce soit sur l’environnement et l’écologie, sur l’identité, sur les dictatures et l’abrutissement par le travail. Il y a aussi cette question de contemplation sur son passé, ses peurs. En tant que lectrice/lecteur, beaucoup d’interprétations sont possibles et je pense qu’une seule lecture ne permet pas de découvrir tous les messages pouvant être captés, un peu comme Candide de Voltaire ou Le petit prince d'Antoine de Saint-Exupéry.

    Gros point positif de ce livre, à mes yeux, c’est l’ambiance. L’atmosphère sombre, lourde et oppressante est bien présente. Je l’ai ressentie tout le long de ma lecture. Je la trouve bien faite et ça m’a permis de m’immerger plus facilement dans le monde. Cette ambiance est aussi en accord avec les états d’âme de Loup, accentue soit son désespoir, soit sa lente déchéance.

     

    Points négatifs :

    Quelques éléments « brouillons » sont à signaler. Notamment certains éléments du matériel de ferrailleur de Loup. Tout d’abord, il m’a fallu 60 pages environ pour comprendre ce qu’était concrètement une lumelance. Et puis le concept du Fil, bien qu’intéressante, me semble assez flou. Si on considère le Fil comme étant une métaphore quelconque, et bien oui, il n’y a pas vraiment de problème lié à l’espace. Mais si on le considère comme un objet bien réel, qui existe dans l’espace en tant que matière, j’ai du mal à croire que ce soit possible pour le Fil de suivre Loup sans accroche. Si je commençais à déambuler dans ma maison avec un fil pendu derrière moi et tenu par une tierce personne, je suis quasiment certaine que ce fil se serait coincé au moins une centaines de fois dans des recoins de ma maison que je ne connaîtrais même pas.

    Enfin, la fin m’a paru quelque peu brusque et pressée voire insatisfaisante. C’est très subjectif mais j’aime quand on me donne des réponses à mes interrogations. Par exemple, Spoilerje ne sais toujours pas d’où sort Lutin, qu’est-ce qu’il faisait là, son passé. Comment Loup a réussi à faire rendormir un géant en lui foutant une source de lumière dans l’œil. Non mais parce que si on me faisait la même chose, je hurle et je réveille mes voisins. Je ne vais sûrement pas aller dormir à nouveau. Mais encore une fois, ce sont des questions qui n’auraient pas réellement de réponses concrètes si on les prenait dans le sens philosophique de la chose. Enfin bon, cela n’empêche pas que ça m’a frustrée et que j’aurais aimé une fin moins abrupte et peut-être, un peu plus développée.

    Le dernier bémol que je pourrais reprocher au livre ne dépend pas de l’auteur. En effet, il existe dans le texte plusieurs fautes de frappe (p.116 ; l.19) ou (p.118 ; l.6) ou même un paragraphe répété (p.171-172). Cela m’a malheureusement fait sortir momentanément de ma lecture et m’a fait douté de mon français.

    ____________________________

    En conclusion, une très bonne lecture que je conseille si vous avez envie d’une fantasy/post-apo qui change de la normale. Et puis, ça vous fera aussi réfléchir sur pleins de sujets, rien de mieux pour ouvrir son esprit et se purger de la brume !

    Alex

  • Six of Cross tome 2

    Six of crow t2Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : fantasy

    Résumé : Après avoir réussi à s’enfuir du Palais des Glaces, Kaz et ses compagnons se sentent invulnérables. Un revirement de situation va cependant changer la donne d’une partie mortelle que devront jouer les jeunes prodiges du crime. Alors que les grandes puissances Grisha s’organisent pour leur mettre la main dessus, Kaz imagine un plan, entre vengeance et arnaque, qui leur assurera la gloire éternelle en cas de réussite, et provoquera la ruine de leur monde s’ils échouent.

    Avis : Ce tome 2 est beaucoup plus prenant et stressant que le premier tome. Je m'y suis plongée d'une traite, cherchant sans cesse du temps pour le lire. A mes yeux, Kaz est un génie. Il ne cesse jamais de me surprendre. Ayant toujours plus d'un coup d'avance sur les autres. Spoiler ➡️ Même si, à un moment, j'ai cru que c'était la fin pour l'équipe, et que Peka Rollins avait surpassé Kaz. Mais non ! Cependant, Jesper reste mon chouchou. Il me captive, avec ce besoin de chercher l'adrénaline et les défis, au point de faire de belle bourde. Il adore taquiner, et rentre facilement dans les blagues de Nina. Il a une relation particulière avec chacun, mais en particulier avec Wylan. Elle passe de fascination, à la confiance puis devient plus intime.

    Je ne m'attendais pas à cette fin, qui a su me surprendre et me faire sourire. Malgré un passage triste. Spoiler ➡️ Je ne m'attendais pas du tout à la mort de Mathias. Ce qui me désola beaucoup pour Nina.  J'espère en apprendre plus sur Nina, ou la voir dans King of Scars.

    Maë

  • Twisted tales tome 9 : Oser ses rêves

    Couv13903095Autrice : Elizabeth Lim

    Genre : Conte - Fantastique

    Résumé : Incapable de prouver qu’elle est la princesse que tout le royaume recherche, Cendrillon décide de tourner la page et de prendre un nouveau départ : elle n’acceptera pas plus longtemps d’être l’esclave de Lady Trémaine, sa marâtre. Cette période est révolue. Portée par sa nouvelle résolution, elle laisse derrière elle sa vie passée et sillonne le royaume en quête d’une place de couturière dans une bonne maison. Le Grand-Duc lui donne sa chance et la met au service de la sœur du roi, en visite au château. Seulement, rien ne se passe comme prévu… Cendrillon devient malgré elle le témoin d’un complot visant à faire tomber le roi et le prince. Pire encore, elle comprend que les fées sont depuis longtemps les victimes d’une terrible injustice – et sa propre Marraine-fée en subit elle-même les conséquences… Confrontée à de telles menaces, Cendrillon doit trouver un moyen de mettre un terme à toutes ces machinations… avant qu’il ne soit trop tard. Ceci n’est pas l’histoire de Cendrillon telle que vous la connaissez. C’est une histoire de loyauté. De courage. D’amour. Une histoire où seul un détail peut tout changer.

    Avis : J'aime bien ce Disney. Ce n'est pas mon préféré, mais je le trouv e plus intéressant que Blanche-neige et La belle au bois dormant. Je me suis donc plongé dans cette lecture, sans aucune attente. Et j'ai bien aimé. L'autrice approfondît l'instant du bal, ce qui permet de découvrir que Cendrillon et le prince se sont parlé et apprécié. Ce n'est pas un coup de foudre, mais une histoire d'amour plus réaliste. A comparer du dessin animée, ils vont prendre le temps de se connaitre et encore plus grâce à l'intigue. Ce que préfère largement, car ses plus crédible. Mais parlons un plus de Cendrillon, qu'on découvre sur un nouveau jour. C'est une héoïne qui n'a enfin de compte pas besoin de magie pour s'en sortir, juste de son esprit, de son coeur...dans les situation difficile. On s'attache donc plus facilement à elle. On retrouve la plume légère d'Elizabeth Lim, qui est tout en douceur. Je trouve qu'elle correspond à merveille pour ce conte revisité. 

    Maë

  • Six of crows tome 1

    Six of crows tome 1Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé : Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant...

    Avis : Dès le début de l'histoire, je fus surprise par l'âge des personnages. Je m'attendais à ce qu'ils soient plus vieux, vu leur maturité mais non. On sent que chacun a un passé très chargé. Je suis facinée par les personnages avec leur côté sombre et torturé psychologiquement. Ils jouent les forts, mais ils sont rongés chacun par leurs propres démons. Il est intéressant de les voir les affronter. Chacun d'eux est différent, il n'y a aucune chance de les confondre. L'autrice a su les démarquer, les travailler en profondeur. On remarque donc leur évolution dans l'histoire, et les liens qui se tissent et se renforcent entre eux. Quant à l'intrigue, on rentre directement dans le vif du sujet, pour qu'ensuite, elle ralentisse, en faisant durer le suspense. Pour au final, cueillir le lecteur avec une fin qui nous promet du pur délice dans le tome 2. On sent que l'univers est très varié avec des inspirations de la mythologie scandinave pour les croyances du peuple et Fjerda. Et Ketterdam me fait penser au bas fond des grandes villes américaines, comme New York par exemple, mais dans les années 1900. On découvre que chaque région a son histoire, ses croyances et sa façon de fonctionner, et le tout sans que le lecteur ne se perde.

    Maë

  • Grisha #1 : Shadow and Bone

    Autrice : Leigh Bardugo

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Orpheline, Alina ne peut compter que sur elle-même. Quand l'armée la recrute pour une expédition dans la Nappe d'ombre, un brouillard maléfique qui déchire le royaume, la jeune fille s'attend à y laisser sa peau... Les rares survivants des précédents raids racontent que des monstres s'y repaissent de chair humaine ! Seul Grisha, puissants magiciens, sont à même de lutter contre cette malédiction. Et si cette épreuve révélait aux yeux de tous la véritable nature d'Alina ? »

    ____________________________

    Avis :

    Ce premier tome commence bien la trilogie !

    Points positifs :

    Malgré son rôle de tome introductif, j’ai pris plaisir à redécouvrir le Grishaverse d’un autre point de vue, celui des grishas. Je suis toujours très heureuse de replonger dans l’univers de Leigh Bardugo même si j’avais peur de trouver sa trilogie décevante par rapport à sa duologie. Et bien, j’avais faux et raison en même temps. Déjà, c’est injuste de comparer Grisha à Six of Crows pour diverses raisons : l’expérience de l’autrice, l’ambiance et la manière d’aborder l’intrigue sont autant de points qui diffèrent entre les deux. Et puis, si je n’avais pas lu SoC avant, j’aurais adoré l’univers malgré tout.

    Les personnages sont attachants. J’ai été agréablement surprise par Alina. Je ne sais pas pourquoi mais j’étais partie du principe qu’elle serait effacée, faible et manipulable comme jamais. Bon, certes, elle est effectivement manipulable et faible physiquement mais à part ça, je faisais fausse route. Qu’est-ce qu’elle a du répondant Alina ! Bon, pas très futée des fois et naïve par moments mais rien de très grave pour une protagoniste de YA. J’ai aussi adoré Genya et j’ai apprécié le personnage de Mal. Et je dois avouer que pour l’instant, avec seulement le tome 1, je ne comprends pas pourquoi les gens détestent Mal et idolâtrent le Darkling.

    L’intrigue est assez simpliste mais efficace. Je trouve personnellement qu’il y avait un bon rythme et que les péripéties s’enchaînaient bien.

    Points négatifs :

    La traduction laisse parfois à désirer. Je ne sais pas si c’est uniquement dans l’intégrale de France Loisirs mais je dois dire que par moments, je doutais sérieusement de mon français.

    De plus, j’ai trouvé quelques passages qui m’ont frustrée dans le roman : Spoilers dans la suite, lisez à vos risques et périls !!!

    Premièrement, quand Alina découvre que non, le Darkling ne s’appelle pas le Darkling pour rien, elle est dans le déni. Et quand je dis déni, c’est la forme hardcore : le cœur qui bat aussi fort que les basses dans les vidéos « bass boosted », les glandes sudoripares qui ont décidé de reproduire les chutes du Niagara sur son visage, les mains sur les oreilles pour ne pas entendre la voix de la raison (ne faites pas semblant, je sais que ce geste ne vous est pas inconnu)… En gros, Carmina Burana jouait en arrière-plan (J’avoue, j’exagère. Mais ça fait du bien de sortir les hyperboles de temps en temps non ?) Heureusement que ça n’a pas duré des plombes mais c’était assez agaçant.

    Recontextualisation: Sa prof lui prouve que le beau gosse n’est peut-être pas aussi parfait que ça, qu’il a une morale assez douteuse mais miss Alina avait préalablement décidé que ce dernier était gentil, pas manipulateur du tout et qu’après un ou deux roulages de pelles, c’est bon, elle pouvait lui faire confiance entièrement. Pas con le Darkling ! Peux pas en dire autant pour la demoiselle.

    Deuxièment, quand Alina demande à Mal de la tuer si elle se fait attraper par le Darkling. Corrigez-moi si j’ai faux, mais avait-elle vraiment besoin de demander une telle faveur ? Non mais parce que le suicide existe aussi : un couteau dans la main, la lame sur la jugulaire, un mouvement sec et circulaire du bras et un peu de volonté aurait suffi pour avoir le même résulat avec le mélodrame inutile en moins. Si tu as les tripes d’aller contre vents et marées pour ton boyfriend, je pars du principe que tu l’aimes assez pour ne pas lui refiler un TSPT aka un truc pas sympa comme cadeau d’adieu.

    Je vous ai déjà dit à quel point je n’aime pas les triangles amoureux ? Et bien, pour Grisha, j’ai été préalablement vaccinée par Girl, Serpent and Thorn (ma lecture précédente)! Du coup, totale indifférence face à ce trio. Même le fait qu’Alina soit frustrée sexuellement ne m’a pas fait lever les yeux en l’air. Total sang-froid ! Aucune réaction ! Rien de rien !

    Nan je rigole.

    Juste une pointe d’irritation couplée d’envie de meutre. Faut me comprendre, je pars du principe que l’hypocrisie existe en chacun de nous mais Alina, tu fais fort quand même. Tu es jalouse parce que Mal couche avec des filles (et tu le lui reproches) alors que tu n’es même pas avec lui mais tu n’as aucun problème non plus à soulever ta jupe pour le Darkling après deux-trois discussions. Et franchement, ce n’étaient pas non plus des conversations très romantiques. Sérieusement, je ne juge pas (bien sûr que si), mais j’ai du mal à comprendre comment Alina arrive à se chauffer avec des dialogues qui se résument à 70% de « bla-bla-bla-politique-bla-bla-bla », 20% de « tu-es-nulle-mais-ce-n’est-pas-grave-tu-m’as-moi » et 10% de « tu-me-déçois-parce-que-tu-n’agis-pas-comme-je-voudrais ». Encore une fois, quelqu’un m’explique pourquoi le Darkling est aussi adoré ?

    __________________________

    En conclusion, un bon démarrage malgré les défauts classiques d’un YA. Je le recommande même si c’est juste pour profiter du personnage de Genya. 

    Alex

  • Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver

    Les chats des neigesAutrice : Noémie Wiorek

    Genre : dark fantasy

    Résumé : Morz est la terre la plus au Nord du monde. Des siècles plus tôt, la neige a cessé de tomber et la glace a fondu, devenue une boue informe et immonde. Il y a une ombre dans l'Est de Morz ; celle de Noir, un esprit maléfique prêt à tout pour provoquer la ruine du royaume. Sur ses talons court le Second, un guerrier prodigieux, plus cruel et féroce que tous les séides gravitant autour d'eux. Il y a un enfant sur le trône de Morz : on attend de lui la ferveur de ses ancêtres pour maintenir le royaume dans la Lumière. Mais le prince Jaroslav doute de sa place, de son pouvoir et ne souhaite qu'une seule chose : vivre en paix. Et dans le Nord, près des montagnes, ourdissent les sorcières, vengeresses, dévorées par le rêve incertain de refaire un jour tomber la neige sur leur monde déchu.

    Avis : Le résumé et la couverture m'avaient enchantée, et promettaient une histoire originale. En lisant le premier prologue, je fus charmée par le style d'écriture très poétique et sinistre de l'autrice (oui, il a deux prologues, ce qui sort de l'ordinaire). On ressentait un univers chargé. Hélas, en allant plus en avant, on ressent une certaine lenteur. Certains passages manquaient d'informations ou d'approfondissements, et d'autres au contraire se répétaient un peu trop à mon goût. Les étapes de l'intrigue étaiten un peu flous, et si on y prêtait pas attention, on manquait des détails qui permettaient de comprendre l'histoire. Pourtant, le livre a un grand potentiel avec ses frontières entre le bien et le mal qui se mélangent, et ce côté religion-spirituel. On sent que l'autrice s'amuse avec le genre, ce qui est plaisant. Cependant, ça n'a pas suffit pour ma part. Ce n'est que vers la fin, au 2/3 du livre, que les choses semblent enfin bouger, ce qui est un peu tard. Il est par conséquent très dur de s'attacher à des personnages.

    Le mot niche m'a perturbée. Et je suis peut-être la seule. Mais, le nombre de fois que ce mot fait son apparition pour décrire un lieu sans plus de détail, me dérangait. Je m'attendais à chaque fois, à des descriptions sur l'endroit pour imaginer. Néanmoins, rien. Je n'ai pas compris complétement le titre, à part pour la partie "en hiver". Je n'ai pas vu le lien avec des chats. Si quelqu'un a compris, je veux bien des explications.

    Maë