Créer un site internet

Articles de depalle-maeva

  • Devenir

    Devenir de Michelle ObamaAutrice : Michelle Obama

    Genre : Auto-Biographie, Mémoire

    Résumé : " Il y a encore tant de choses que j'ignore au sujet de l'Amérique ,de la vie, et de ce que l'avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m'a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix. Tous les deux ensemble, dans notre petit appartement du quartier du South Side de Chicago, ils m'ont aidée à saisir ce qui faisait la valeur de notre histoire, de mon histoire, et plus largement de l'histoire de notre pays. Même quand elle est loin d'être belle et parfaite. Même quand la réalité se rappelle à vous plus que vous ne l'auriez souhaité. Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. À vous de vous en emparer." -Michelle Obama

    Avis : Je ne suis pas une grande lectrice de biographies ou autobiographies, j'ai en général du mal à lire le récit de la vie d'autres personnes, surtout lorsqu'ils sont encore vivants. J'ai l'impression de violer l'intimité de ces personnes. Comment je me suis mise à lire ce livre dans ce cas ? 

    C'est très simple : 1- J'en ai vu d'excellentes chroniques sur Instagram. 

                                  2- Ma mère a aquis le livre, l'a lu, et elle n'a pas arrêté de m'en parler.

                                  3- Michelle Obama est une personne que j'admire.

    Bien, mais qu'en ai-je pensé ? J'ai vraiment adoré le livre. Elle raconte sa vie et ses points de vue avec honnêté, partageant ses sentiments avec simplicité. J'ai eu l'impression qu'elle voulait qu'on comprenne qui elle est et ce qui l'a conduit à ce qu'elle est devenue. Le style d'écriture est simple et direct.

    En lisant le livre, j'ai appris à mieux la comprendre, elle et sa famille. Ce que j'ai trouvé un plus, ce sont les photos avec légendes, elles permettent d'illustrer ce qu'elle raconte au fil des pages. Ce qui est incroyable, c'est qu'elle semble avoir une excellente mémoire, elle partage ses souvenirs comme s'il s'agissait d'évènements récents, alors que certains remontent à son enfance. Ce qui m'a finalement conquise, c'est que le livre nous parle de force, d'espoir, d'amour et de courage.

    Maë

  • L'envol du moineau

    L envol du moineauAutrice : Amy Belding Brown

    Genre : Historique

    Résumé : D'après des faits réels, le superbe portrait d'une femme découvrant la liberté au milieu des Indiens.

    Colonie de la baie du Massachusetts, 1672. Mary Rowlandson vit dans une communauté de puritains venus d'Angleterre. Bonne mère, bonne épouse, elle souffre néanmoins de la rigidité morale étouffante qui règne parmi les siens. Si elle essaie d'accomplir tous ses devoirs, elle se sent de plus en plus comme un oiseau en cage. Celle-ci va être ouverte de façon violente lorsque des Indiens attaquent son village et la font prisonnière.
    Mary doit alors épouser le quotidien souvent terrible de cette tribu en fuite, traquée par l'armée. Contre toute attente, c'est au milieu de ces "sauvages" qu'elle va trouver une liberté qu'elle n'aurait jamais imaginée. Les mœurs qu'elle y découvre, que ce soit le rôle des femmes, l'éducation des enfants, la communion avec la nature, lui font remettre en question tous ses repères. Et, pour la première fois, elle va enfin pouvoir se demander qui elle est et ce qu'elle veut vraiment. Cette renaissance pourra-t-elle s'accoutumer d'un retour "à la normale", dans une société blanche dont l'hypocrisie lui est désormais insupportable ,

    Cette magnifique épopée romanesque, inspirée de la véritable histoire de Mary Rowlandson, est à la fois un portrait de femme bouleversant et un vibrant hommage à une culture bouillonnante de vie, que la "civilisation" s'est efforcée d'anéantir.

    Avis : La fin d'un livre est vraiment importante, et ce livre le prouve grandement. En effet, plus j'avançais dans ma lecture, plus je la trouvais longue et, donc, plus j'avais du mal à lire le livre. Cependant la fin m'a conquise. Le livre est inspiré d'une histoire vraie, celle de Mary Rowlandson, qui a publié un livre parlant de sa captivité chez les Indiens pendant 11 semaines. Je n'ai pas lu son livre ni étudié cette histoire, je ne peux donc pas dire ce qui est historique ou romancé, par contre, je confirme que l'autrice à rapporté à merveille les croyances et les mœurs de la société de cette époque. On ressent bien l'inflleuence de la religion puritaine du XVIIsiècle, et qu'elle était le statut de la femme durant cette période. Cela m'a permis d'admirer le courage de Mary, ainsi que d'apprécier son caractère. Tout le long du texte je n'espérais qu'une  seule chose, qu'elle trouve le bonheur après toutes ses épreuves. Ce qui arrive, heureuesement à la fin pour mon plus grand bonheur -j'avais presque cru que cela serait impossible. L'un des autres points positifs de ce livre est le fait qu'il nous permette d'en apprendre plus sur ce pan de l'histoire américaine, une période bien triste et sombre. Parlons maintenant du style d'écriture de l'écrivaine, il est fluide, avec peu de descriptions des paysages et une mise en avant des sentiments et impressions de Mary. Il se lit très vite : en trois jours, je l'avais fini.

    Mais pourquoi ce livre ne fut pas un coup de cœur ? C'est simple, je n'aime pas les idées de cette époque : la place de la femme qui doit être soumise à son mari, le massacre des Indiens, l'esclavage... et j'en passe. Ce que j'ai malheureusement trouvé trop mis en avant dans le livre et a fait que je me suis plus énervé après les personnages que je n'ai savouré le livre. Ce qui est dommage, car Mary Rowlandson est une pionnière de son époque, en avance sur son temps avec ses idées. J'aime et je n'aime pas ce livre, ce qui est complètement fou.

    Je conseille grandement ce livre à ceux qui souhaitent en apprendre plus sur cette période de l'histoire, et qui sont assez fort pour supporter les bêtises de l'être humain.

    Maë 

     

  • Déracinée

    DeracineeAutrice : Naomi Novik

    Genre : Fantasy

    Résumé : Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu'il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d'un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d'échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c'est uniquement grâce aux pouvoirs du "Dragon". Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l'accompagne dans sa tour pour le servir. L'heure de la sélection approche et tout le monde s'est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu...

    Avis : Un livre envoutant, de par sa couverture et son histoire, mais aussi par son style : j'ai ressenti l'impression d'être dans un conte.

     Le style d'écriture de l'autrice est énergique, et ne s'encombre pas de choses inutiles. Je fus captivée dès les premières lignes du texte. Sur le coup, je ne comprenais pas entièrement le titre de l'histoire, et en arrivant vers la fin, j'ai compris entièrement le sens du titre. Spoiler → Déracinée pour le Bois, les arbres qui essaient d'endiguer la contamination, ais aussi Déracinée, pour ces jeunes filles que le Dragon enlèvent tous les 10 ans, en leur coupant leurs racines liées à la terre,  qui les empêche de partir. CLe double-sens du titre est vraiment génial.

        Maintenant, parlons des personnages ! Ce sont eux qui m'ont donné le sentiment d'être dans un conte, de par le caractère de certains, mais aussi par les situations où ils se trouvaient. De tous, c'est l'héroïne qui remporte mon coup de cœur, car Agnieszka n'est pas parfaite (belle, impeccable, adroite...), loin de là, elle est maladroite, assez sale, préfère largement être dans la nature qu'être belle, mais c'est une héroïne au grand cœur qui n'en fait qu'à sa tête, préférant éviter la violence si possible, avec une grande ouverture d'esprit et qui accepte les différences. Bref, elle sort des clichés habituels. Spoiler → Elle m'a fait penser à Raiponce, lorsque j'ai lu le passage où elle est enfermée dans la Tour, seule, et qu'elle voit les feux de détresse. Pour sortir, elle s'est confectionné une corde avec les robes en soie, et les a passés par la fenêtre, car la porte en bas est fermée.Coup de coeur

    Quant aux autres, les personnages de la cour (le Roi, la reine, les princes...) sont les parfaits exemples des personnages de cour, de par leur ambition, leur caractère qui les définit. Spoiler → La reine qu'on secoure, qui devient par la suite la méchante reine, un prince bon et un rêvant de pouvoir, un roi qui se sent trahit et les enfants princiers en danger car leur oncle veut d'emparer de la couronne. Quant aux sorciers et sorcières, je trouve que ce qui leur donne de l'intérêt sont les échanges avec Agnieszka, surtout le Dragon et Alosha.

        Pour l'histoire, je suis allée de surprise en surprise, à part quelques petits détails prévisibles, le reste n'est que délice. Je suis passé de l'inquiétude, à l'espoir, puis de la peur au soulagement, j'ai voyagé, et j'ai ressenti beaucoup d'émotion au fil de la trame. La fin, surtout, laisse au lecteur le loisir d'imaginer la suite, tout en indiquant ce qui arrive aux personnages. Ce fut un livre qui m'a transporté, me faisant vivre une bien belle aventure. 

    Maë

  • Chroniques de déontologie

    Chroniques de déontologieAuteur : Pierre Ganz

    Genre : Essaie

    Résumé : Les journalistes sont sur la sellette. Le public leur dispute sa confiance, les pouvoirs tentent de rogner leur liberté. Réseaux sociaux, informations falsifiées et post-vérités (« fake news ») menacent l’information des citoyens et le fonctionnement des démocraties. Un journalisme professionnel de qualité, indépendant et responsable est la seule réponse possible. Ce livre n’est pas un traité d’éthique. La déontologie est d’abord une pratique, une construction collective pour le respect des faits et des personnes, dans le seul intérêt du public à être informé. À travers les chroniques publiées depuis 2014 au fil de l’actualité, l’auteur passe en revue les « bonnes pratiques » et indique quelques balises pour aider les professionnels à répondre aux questions qu’ils se posent dans l’exercice du journalisme au quotidien.

    Avis : Un livre que les journalistes devraient lire, qu'ils s'occupent d'information à petite ou grande échelle. Ce livre a beau ne faire que 199 pages, je le trouve très complet et il apporte énormément d'information. Pour mieux vous aider à comprendre, voici la définition du mot « déontologie ».

    Déontologie : Ensemble des règles et des devoirs qui régissent la conduite de ceux qui exercent une profession. 

    Dans cet essai, l'auteur rappelle que la transparence et la loyauté envers le public sont primordiales. Il souligne ses explications avec des exemples clairs et compréhensibles, qui aident à bien comprendre. Il parle des différents domaines du journaliste, et des différentes situations qui peuvent être vécues, qu'ils soient anciens ou modernes -avec les réseaux sociaux notamment. Il met en garde contre les risques du métier, mais conseille d'être ouvert et avoir de l'empathie. 

    Maë

     

     

  • Northanger Abbey

    Northanger abbeyAutrice : Jane Austen

    Genre : Classique

    Résumé : Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du coeur. L'héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, 'Les mystères d'Udolphe' de Mrs Radcliffe.

    Avis : On voit dans ce livre tout le talent de Jane Austen. Être capable de transformer une histoire banale en quelque chose de passionnant. Il est vrai qu'il est complètement différent d'Orgueil et Préjugé, mais il a ce petit plus, cette exagération des personnages, qui rend attachants nos deux héros Catherine et Henry. Ce n'est pas une de ces grandes histoires d'amour, et Catherine est une héroïne des plus simple, ce qui permet de s'identifier plus facilement à elle et de l'apprécier.

    L'histoire est très courte, elle fait seulement 286 pages environ, ce qui est complètement différent des autres livres de l'autrices. On y retrouve avec joie son style d'écriture fluide. Il faut rappeler que le livre est l'un des tout premiers qu'elle a écrit avec Raison et Sentiment, puis Orgueil et Préjugés

    Ce livre m'encourage à continue de lire plus d'ouvrages de cette écrivaine, et qui confirme qu'elle est l'une de mes préférés. 

  • La servante écarlate

    La servante ecarlateAutrice : Mmargaret Atwood

    Genre : Dystopique classique

    Résumer : Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. 
          Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique. 

    Avis : Je suis frustrée et déçue de cette lecture qui était pourtant prometteuse. J'ai accroché tout le long du livre, mais la fin m’a laissé... eh bien, sur ma faim. Spoile → J'aime savoir ce qui arrive aux personnages, surtout les personnages principaux, mais là on reste malheureusement dans le flou. C'est triste, car l'univers est vraiment prenant et bien construit. J'aime la dystopie qui est un sous genre de la Science-Fiction, car je trouve que cela demande de l'audace et du génie que de faire tourner son histoire sur les défauts d'une société. En plus, dans celle-ci, la position de la femme est particulière et me parle énormément. 

       Je vais faire une comparaison entre le livre et les 10 premiers épisodes de la série. (Attention, à ceux qui n’ont pas vu la série ou ceux qui n’ont pas lu livre.) Je préfère l'héroïne dans le livre, on la comprend mieux, alors quand la série, elle avait plus le don de m'agacer. Par contre, dans la série, j'ai vraiment apprécié qu'on en apprenne plus sur Luke, Moira et les autres.

    Parlons un instant  du style d'écriture qui est fluide et rapide, mais qui nous perd un peu parfois, notamment lorsqu'elle fait des métaphores pour expliquer les événements ou quand on passe rapidement d'un passage à un autre. En toute franchise, je ne conseille pas le livre, à part si vous aimez la dystopie.

    Maë

  • La saga des enfants des dieux tome 1

    Terribre awenaAutrice : Linda Saint Jalmes

    Genre : Fantasy

    Résumer : Awena Dano est une jeune fille des temps modernes de 21 ans, vivant encore chez sa mère, Marlène, totalement insensible à son égard. La jeune femme ne rêve que de prendre le large et se jure de tout faire pour que cela se fasse rapidement. Mais un jour, alors que Marlène vient de se remarier pour la quatrième fois, Awena se voit offrir malgré elle, en cadeau d'anniversaire, un voyage dans le nord des Highlands, loin... assez pour que Marlène puisse se débarrasser d'elle un bon moment. À peine arrivée, accueillie dans un manoir lugubre par une vieille tante par alliance, Awena fuit et se réfugie sur le haut d'une colline proche, où trône un ancien cercle de dolmens. Tout bascule, quand elle se fait happer par une courbe du temps et se retrouve quelque six cent dix-huit ans dans le passé. Comment ne pas devenir folle en faisant la connaissance de deux guerriers-druides, Ned et Clyde, qui la livrent en pâture à leur laird, Darren Saint Clare alias le Loup Noir des Highlands ? Alors que Darren, lui, pense voir en elle sa promise, l'élue que les Dieux du monde des Sidhe avaient annoncée, par le biais d'une très ancienne prophétie... Un voyage dans le temps, un voyage dans les Highlands, de notre époque au moyen-âge, un choc des cultures, où le druidisme et la magie sont omniprésents. Dans tout cela, l'histoire romanesque d'une jeune femme, qui découvrira qu'elle n'est pas celle, qu'elle croyait être...

    Mon avis : J'ai vraiment accroché dès le début, grâce à l'héroïne, Awena. C'est un personnage haut en couleur, qui apporte énormément de situation comiques dans l'histoire. On ne s'ennuie pas, l'histoire est pleine de rebondissements et de surprises. Seule une chose était prévisible, Spoile → que Awena soit la soeur d'Aigneas. Ce qui n'est pas un grand problème en soi, car l'histoire est plus centrée sur Darren et Awena, et leur histoire d'amour -évidement-, mais aussi, sur la prophétie qui doit indiquer comment protéger le clan. On découvre la culture Écossaise du Moyen-Âge, ce qui est vraiment top, et l'autrice montre vraiment le mode de vie de l'époque, sans oublier la langue Gaélique-Écossaise, dont les mots utilisés sont par la suite traduits, ce qui ne casse nullement la lecture. Je trouve que l'écrivaine est  très bien renseignée sur le sujet. Il n'y a presque pas de description, c'est très fluide. J'ai eu plaisir à lire ce livre, surtout après Guerre et Paix, qui est très séreux, voire pesant. L'histoire est ici légère et sans prise de tête. Je pense que je lirais la suite avec un grand plaisir, car l'univers me plait et j'aimerais en apprendre plus.

     

  • Guerre et Paix

    Auteur : Léon Tolstoï

    Genre : Classique

    Mon Avis : Wahoo ! J'ai à peine fini le tome 1, que j'enchaine avec le tome 2. Ce sont les premiers livres d'un auteurc russe que je lis. Ce qui m'a donné envie de les lire, est la série de 2007 Franco-Italo-Allemande de Robert Dornhelm, que je regardais étant petite. Je me sens vieille. Beaucoup trouvent que certains passages sont longs, surtout ceux parlant de la ​​guerre, mais je ne suis pas de cet avis. J'ai été happé par ses passages et je n'ai pas vu défiler le temps. J'ai même relu deux fois, le passage de  ​​​Borodino. Ne connaissant pas cette périod​e dans les moindres détails, je ne peux pas dire si les batailles sont historiquement exacts, ou si chaque petit détail s'est réellement passé Coup de coeur​comme le raconte Léon Tolstoï. Je peux juste confirmer que les trames p​rincipales des batailles gagnées et perdues sont véridiques, ce qui est un atout, pour les passionnés d'histoires. On découvre aussi la société russe de l'époque. Chaque passage est important, tout en étant excellemment exploité.

    ​Pour le style d'écriture, je fus sous le charme du style poétique et de ses figures de style qui m'ont amusé. Spoile → Comparer Moscou à ruche d'abeille, par exemple. Évidemment, il faut être concentré, pour suivre. C'est donc pour son style d'écriture, que je ne conseille ce livre qu'à ceux ayant une certaine maturité en lecture. Il y a énormément de description, et je n’en suis pas une fan. Pourtant, celle-ci ne me gênent nullement.

    Malgré le nombre de personnages, aucun ne se ressemble, chacun à sa propre personnalité, et on les voit évoluer, interagir entre eux, avec une incroyable finesse qui empêche toute lourdeur. Et ils sont hauts en couleur, je n'ai trouvé aucun ennuyeux.

    C'est coup de  !

    Maë

    Lire la suite

  • Presque Minuit

    Presque minuitAuteur : Anthony Yno Combrexelle 

    Genre : Steampunk

    Résumer : Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l’Exposition universelle débute, ils font l’erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d’un monde magique où s’affrontent créatures mythologiques, sorcières et terrifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs devront se battre pour sauver leur vie et celle des habitants de la capitale.

    Avis : J'ai lu le livre en deux jours et demi : il se lit trop vite à mon goût. Je n'ai aucunement pu m'attacher aux personnages, on les survole et l'on passe vite de l'un à l'autre. Point positif cependant, les personnages ne sont pas tout blanc et ils ont souffert pour leur jeune âge, ce qui leur donne un certain relief. Quant à leur nom, je trouve qu'ils leur correspondent bien et c'est original. Je m'attendais cependant à ce que l'un ds personnes ait plus d'importance, et j'ai été un peu déçu. Spoiler → Alice

       Je ne le conseille pas aux âmes sensibles, bien qu'il ne soit malgré tout pas éxagéremment violent : j'ai eu l'occasion de lire bien pire en ce qui concerne les description de combats et de blessures. Quant à l'intrigue, on ressent peu la présence du steampunk, ce qui est décevant pour tout fans du genre, dont moi. Le scénario est impeccable, on n'a qu'une envie : de connaitre la fin. Le style d'écriture est fluide et rapide, avec peu de description. 

    Ce qui m’a déçu le plus, c'est la fin, j'ai trouvé certains passages de l'action un peu longs, et la conclusion trop courte. Spoilers → J'aurais aimé savoir s'ils acceptent de vivre avec George, et ce que devient leur vie, ce qu'ils vont faire après tout ça. Mais non, on s'arrête avec la proposition que fait Georges de devenir leur tuteur légal et la mort de la sorcière.

    Maë

  • Transcendance

    TranscendanceAuteur : Michaël Riveci

    Genre : Science-Fiction

    Résumer : Quelques heures avant de s’envoler pour une nouvelle vie et laisser derrière elle un lourd passé, Léa Ringhetti assiste à une série de catastrophes naturelles sans précédent. Des éruptions solaires d’une intensité inégalée frappent la Terre de plein fouet, détruisant toute technologie et provoquant un cataclysme planétaire. Au milieu d’une civilisation à l’agonie, Léa, ainsi que d’autres survivants, développent rapidement de prodigieuses aptitudes aussi effrayantes qu’incontrôlables. Symbolisent-ils la prochaine ère de l’histoire humaine ou ne sont-ils que les jouets d’une mystérieuse secte prétendument capable d’anticiper cette soudaine apocalypse ?

    Nos Avis : Maë → Waouh ! J'adore la science-fiction, mais je suis plus habituée à regarder des films apocalyptiques, catastrophe naturelle, que des livres. C'est un mélange entre un roman catastrophes naturel et un Dan Brown. On ressent tout le long du récit l'ambiance fin du monde, apocalypse, ce qui pimente encore plus avec l'intrigue. Dur d'en parler sans spoiler. Pour faire simple l'intrigue est très bien ficelée, entre l'histoire personnelle de chaque personnage et la raison de l'apocalypse. Elle est captivante et pleine de rebondissements. Le seul hic, est qu'il faut resté très attentif pour tout comprendre. Pour certains passages, je les ai relus plusieurs fois, car il a beaucoup d'information, et l'on passe d'un passage à l'autre rapidement (d'une scène à une autre).

        Cela vient du style d'écriture de l'auteur, qui est fluide et rapide, avec peu de description. Personnellement,  je préfère les livres avec peu de description, car, pour moi, cela coupe la narration. 

        Pour nos personnages, j'ai eu un gros coup de cœur pour Léa, qui est la douceur incarnée, et malgré ça, reste une battante. Un personnage qu'on voit évoluer, ainsi que Sophia, qui quitte l'adolescence pour entrer brutalement dans le monde adulte. Ce sont des personnages vraiment intéressants, mais celui qui est au centre de tout, c'est Alex, qui est intelligent et qui possède une part d'ombre. D'autres personnages peuvent aussi nous surprendre: on ne s'attend vraiment pas à ce qu'ils font. Les personnages ne se ressemblent pas, c'est une palette de couleur.

    Je ne m'attendais pas du tout à cette fin, qui donne une lueur d'espoir à nos héros et héroïnes. J'attends la suite avec impatiente, je me pose énormément de questions sur l'univers, les personnages...

    Alex → Ce livre est vraiment bien comme transition entre deux gros livres ! Il se lit rapidement malgré ces 378 pages (ce qui est relativement pas mal quand même).

    Tout d’abord, je dois parler du concept de l’apocalypse. Dès le début de l’histoire, « la fin du monde » se manifeste. Après ça, c’est de l’action sans arrêt, le rythme nous empêche de nous ennuyer. Par contre, je dois préciser que pendant les 2/4 du roman, les descriptions apocalyptiques sont un peu près les mêmes et m’a donné une impression de répétitions. Mais l’ambiance est bien présente avec le suspens. L’intrigue est un peu « WTF » dans le sens où on ne s’attend pas à ce que l’histoire aille si loin (avec un genre semblable à Dan Brown comme l’a souligné Maë). J’avoue aussi ne pas avoir vu venir le plot twist de la fin : Spoiler→pourquoi Jules doit être de 1, le méchant et de 2, mourir. Je l’aimais bien comme personnage ! Par contre, va falloir m'expliquer en quoi les éruptions solaires peuvent provoquer ce genre de dégats paranormaux.

    Pour l’écriture, je suis mitigée. Dans l’ensemble, j’aime bien la plume de l’auteur et un certain nombre de ses phrases peuvent faire de très belles citations mais voilà, on peut se perdre facilement au niveau des points de vue qui change sans indication explicite. 

    Le point fort de ce livre est, à mon avis, les personnages qui sont complexes et qui se battent contre eux-mêmes. Ils sont vraiment bien travaillés en général et je me suis attachée à eux sans m’en rendre compte. Les protagonistes, Léa et Alex, vont former assez vite un groupe avec Jules, Mary, Archie et Sophia, des survivants tout comme eux. Ce groupe deviendra très unis et me donnera envie de continuer l’histoire avec eux tellement ils sont sympathiques.

    En premier, je vais parler de Léa qui est une femme certes douce et bienveillante mais surtout blessée par un passé horrible. Malgré son traumatisme, elle continue de se battre et de protéger les gens auxquels elle tient. On voit bien que c’est souvent très dur pour elle et pourtant, j’aime bien la représenter en tant que pilier du groupe. Elle est très courageuse et transmet sans problème sa volonté de vivre. Spoiler→Je trouve que son pouvoir est le plus génial de tous ! C’est incroyable de pouvoir maîtriser les réactions atomiques ! Et contrairement à ce que pense Léa, je pense que son pouvoir n’est pas là que pour détruire mais aussi pour guérir, comme le prouve le moment où elle sauve un homme.

    Alex est, quant à lui, le personnage le plus tourmenté du livre sans aucun doute. Chaque page, on le voit se battre contre sa propre part de ténèbres. Il est passé par des tas de moments terribles et inhumains et ça, dès son enfance. Je peux comprendre pourquoi il a eu envie de se suicider. Il se démarque vraiment des autres personnages de par son intelligence et sa perspicacité mais aussi de par son côté réaliste. Spoiler→Son pouvoir aussi est vraiment badasse mais il me semble qu’il le fait davantage souffrir comparé à celui de Léa. En même temps, habité par la mort n'est pas la meilleur façon de connaître la paix.

    Ces deux protagonistes sont donc faits l’un pour l’autre ! La romance est bien construite, bien qu’elle me semble un peu forcée au début (ils tombent amoureux très vite, surtout dans cette situation d'apocalypse), et me fait penser que c’est ça, le vrai amour.

    Les autres personnages sont vraiment très attachants. Je m’affectionne en particulier à Sophia qui possède ses moments immatures mais aussi de courage. Elle a un sens de l’humour sarcastique que j’apprécie beaucoup ! Je suis vraiment heureuse que l’on découvre aussi ses parents, Mary et Archie. En effet, souvent, les parents meurent, laissant leur enfant seul mais dans ce livre, ils sont bien présents et ne se résument pas qu’à des figures parentales mais ont aussi une importance, des moments de gloire. Enfin, le personnage de Jules m’a beaucoup plu. Spoiler→Je m’étais douté que quelque chose clochait avec lui mais je n’avais pas deviné à quel point ça allait l’être !

    En conclusion, j’ai hâte de découvrir la suite de cette aventure, surtout après cette fin en cliffhanger Spoiler→et ce loup qui promet des choses intéressantes ! J’espère que le 2ème tome arrivera bientôt !

  • Le Oki D'Odzala

    Le oki d odzalaAuteur : A Dan

    Genre : Fantastique 

    Résumé : Clémence, spécialiste des gorilles au Congo-Brazzaville, effectue sa dernière mission faute de financements. Les primates y sont menacés par le virus Ebola et le braconnage. Mais Clémence a un espoir. Il y a quelques années, elle a photographié un gorille blanc qui, à en croire les données génétiques ne devrait pas exister. Si elle parvient à en prouver l'existence, cela permettrait de débloquer de nouveaux fonds de recherches. Au coeur de la fort équatorial, Mickey, un adolescent malingre, chercher à venger sa famille d'un chef de gang de braconniers. Quitte à faire appel aux sorciers vaudou et à invoquer l'esprit du Oki, le Grand Gorille Blanc.

    Avis : La couverture est vraiment intrigante, c'est ce qui m'a attiré. Je suis très difficile en bande dessiné, d'un point de vue graphique. Le Oki d'Odzala m'a un peu déçu par son coté dessin brute, on y trouve peu de détail. Les couleurs sont cependant top et il n'y a presque pas de blanc. 

    Quand à l'histoire, elle est très belle et très réaliste d'un point de vue humain. Les personnages principaux comme secondaires sont peu développés, mais ça ne me choque pas, car tout tourne autour de la légende d'Oki, le gorille blanc. L'un des atouts de la BD rese la découverte d'une autre culture, d'un autre point de vue, mais aussi les dangers que subissent les animaux. Sans oublier, que lorsqu'ils parlent anglais ou autre, on a la traduction. Elle se lit très vite.

    Maë

  • Mille femmes blanches

    Auteur : Jim Fergus

    Genre : Roman / Aventure

    Avis : Avant de commencer, je tiens à préciser que le livre n'est pas historique, l'auteur le précise bien. Etant passionné d'histoire, j'ai fait des recherches et... rien. Oui, certains personnages du livre on vraiment existés, mais il est bien précisé qu'il a modifié les caractères et tout ce qui les concerne. Lecture commune avec : Emma's Book 

        Bien, parlons du style d'écriture, il est fluide, sans trop de description ni de figure de style. Il est plutôt simple est directe. L'ouvrage se lit vite et facilement, sans prise de tête. On ressent bien les émotions de notre héroïne qui note au fur et à mesure dans ses carnets ce qu'elle vit. May Dodd n'est pas le genre de personnage à se laisser faire, elle a du caractère, et elle est très courageuse. J'ai eu un gros coup de cœur pour elle, même si les autres sont tout aussi bien travaillés et ont chacun leur personnalité. On a des personnages de toutes les couleurs. Cet ouvrage est magnifique, car on découvre le mode de vie des Indiens, en particulier celui des Cheyennes. On plonge dans une autre culture des plus fascinantes. L'écrivain nous fait passer par toutes les émotions que ce soit la peur, la joie, la triste...

         Quant à la fin, je fus émue et triste, Spoiler → car May Dodd meurt. C'était prévisible, j'ai deviné la fin assez vite et espéré de tout cœur me tromper. Hélas, non. Ce qui m'influence pour la lecture du tome 2, j'ai commencé à le lire avec une appréhension. La peur que les sœurs Kelly, n'aient pas une fin heureuse. Plus, j'avançais dans l'histoire, plus j'avais du mal à le lire, car j'avais peur de la fin. En toute franchise, mon avis est mitigé. Il y a des points positifs et négatifs. Je ne peux parler du tome 2, sans spoiler le tome 1, car l'intrigue est bien ficelée. On apprend sur le peu (plutôt pas du tout) de droit qu'ont les femmes. 

    Je le conseille, à ceux qui aiment découvrir une nouvelle culture et porter un autre regard sur le monde. 

    Maë

    Lire la suite

  • Cyrano de Bergerac

    Cyrano de bergeracAuteur : Edmond Rostand

    Genre : Théâtre classique

    Résumer : Le nez de Cyrano s'est mis en travers de son coeur. La belle Roxane aime ailleurs, en l'espèce un cadet sans esprit mais de belle apparence, Christian de Neuvillette. La pièce de Rostand met en scène la tragique complicité entre deux moitiés d'homme, et s'achève sur une évidence en forme d'espérance : sous les traits de Christian, ce n'était pas moins que l'âme de Cyrano qu'aimait Roxane. Avec ce drame en cinq actes, au travers des reprises ou des adaptations cinématographiques, Rostand a connu et connaît un succès ininterrompu et planétaire. Pourquoi ? A cause des qualités d'écriture, des vertus dramatiques ou de la réussite du personnage principal de la pièce ? Sans doute, pour une part. Mais la raison profonde tient à son art de caresser l'un de nos plus anciens mythes : il n'est pas de justice ici-bas, ni d'amour heureux. Presque pas. Et tout est dans cette manière de nous camper sur cette frontière, entre rêve et réalité, entre lune et terre.

    Avis : Ma pièce de théâtre préféraée. On trouve de tout dedans : de l'humour, du drame, et tout ça dans un contexte historique qui sied à merveille. On connait presque tous la tirade du nez, mais il faut savoir que ce n'est pas la seule à couper le souffle. Ce n'est pas un style trop lourd avec des tirades trop longues où l'on ne comprend plus rien, non, les tirades sont profondes en sentiments ou humoristique. Car oui, il y a aussi de la romance. On pourrait croire que l'on va droit vers un triangle amoureux, mais ce n'est pas le cas, car l'un des personnages se retire, pour le bonheur des deux autres. Les personnages sont tout en couleurs, on en a de toute sorte.

     

    Maë

  • Le Seigneur des Anneaux - Intégrale

    Le seigneur de l anneaux integraleAuteur : J.R.R. Tolkien 

    Genre : Fantasy

    Résumer : Un jeune Hobbit nommé Frodon Sacquet, hérite d'un anneau. Mais il se trouve que cet anneau est L'Anneau UNIQUE, un instrument de pouvoir absolu crée pour Sauron, le Seigneur des ténèbres, pour lui permettre de régner sur la Terre du Milieu et de réduire en esclavage ses peuples. Frodon a donc comme mission de détruire l'anneau en le jetant dans les laves de la Crevasse du Destin où l'Anneau à été forgé et ainsi le détruir pour toujours. Pour cela, Frodon sera aidé d'une Compagnie constituée d'Hobbits, d'Hommes, d'un Magicien, d'un Nain, et d'un Elfe, Un tel périple signifie s'aventurer très loin en Mordor, les terres du Seigneur des ténèbres, où est rassemblée son armée d'Orques maléfiques. La Compagnie doit non seulement combattre les forces extérieures du mal mais aussi les dissensions internes et l'influence corruptrice qu'exerce l'Anneau lui-même sur Frodon...

    Mon avis : Il m'arrive de me lancer des défis, j'ai donc lu l'intégrale de Seigneur des anneaux -je lis souvent des pavés. Qu'elle folie se fut, j'ai mis plusieurs mois à le lire entrecoupés d'autres livres. Je conseille par conséquent de ne pas prendre mon exemple, et de le lire en plusieurs tomes. Autre conseil, lisait avant Hobbit ! 

       Je pense que je n'ai pas besoin de présenter l'histoire ni le maître de la fantasy, Tolkien. Ayant lu d'autres livres de l'auteur (Le Hobbit et Les enfants du Hurin), avoir regardé la version longue des films, et lu Game of Thrones, j'ai eut envie de lire le Seigneur des anneaux. Pour commencer, l'ambiance est beaucoup plus lourde et sombre que celle présente dans le Hobbit. Il y a aussi énormément de description, car l'univers est beaucoup plus développé. Heureusement que pour se retrouver, il y a l'annexe, et des cartes. Seul bémol, ne vous prenez pas la tête à comprendre par où passent nos personnages et les descriptions de leurs trajets car, soyons honnête, Tolkien s'est un peu perdu avec sa géographie quand Sam et Frodon étaient au Mordor. Je fus heureuse de découvrir des passages qu'on ne voit pas dans les films, on ressent le temps qui passe.

        Quant aux personnages, on est heureux de retrouver nos héros. Je fus juste triste, que certains soient moins mis en avant, et d'autres desquels on ne parle que peu. En contreparti, j'ai appri à mieux comprendre et apprécier certains personnages, comme Faramir et Sam Gamegie. Pour d'autres cela ne change pas grand chose à mon avis, je ne les aime pas, comme Frodon et Sméagol (Gollum). Je ne suis pas une grande fan des passages où ils apparaissnt. Le livre permet de découvrir en profondeur les personnages, et vu leur nombre, c'est un vrai régal. Mes chouchous sont Mery et Pippin.

        Malgré cela, j'ai dû plusieurs fois me forcer à rester concentré sur le livre. L'auteur a un style d'écriture très poétique, qui enchante les oreilles si on le lit à voix haute. Ne parlons même pas des chants, des poésies et autres merveilles qui se trouvent dans le livre. Je conseille ce livre culte à tous les fans de fantasy. C'est un des piliers du genre, et une vrais pépite d'or.

    Maë

  • A tous les garçons que j'ai aimés

    A tous les garçons que j'ai aimés.Autrice : Jenny Han 

    Genre : Romance

    Résumé : Et si les garçons pour lesquels vous aviez eu le béguin découvraient vos sentiments tous en même temps ? Lara Jean Song conserve ses lettres d'amour dans une boîte à chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu'elle a reçues, ce sont celles qu'elle a écrites. Une pour chaque garçon qu'elle a aimé. Lorsqu'elle écrit, elle ose ouvrir son cœur et dire toutes les choses que jamais elle n'exprimerait dans la vraie vie, car ses lettres ne sont que pour elle. Jusqu'au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle mais qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres, après tout. 

    Mon Avis : Une petite lecture qui m’a fait passé du bon temps. C’est vraiment une lecture cocooning. Il faut savoir que ce livre n’a pas d’intrigue profonde, le scénario est prévisible, les révélations n’en sont pas. C’est vraiment une romance et une histoire de famille. Et j’ai envie de dire que c’est tout. J’ai aimé cette ambiance d’affection qui entoure la famille Song du début jusqu’à la fin. On sent que les membres de la famille se chérissent et c’est réaliste. Les personnages en général sont attachants. Il y a une vraie panoplie de personnages avec leurs propres caractères. Tout d’abord, Lara Jean qui souvent agi de façon exagérée, mais je vais mettre ça sur le compte de son innocence et de sa naïveté. Ce personnage m’a fait bien rire et en même grincer des dents de par son comportement qui me donne l’impression d’être en face d’un nourrisson et de par ses décisions et ses doutes qui m’ont à la fois touchée et agacée. Peter et Josh, les deux « prétendants », m’ont quand même plu malgré le fait que je trouve qu’ils sont trop « en surface ». Cette impression est essentiellement due à un problème que j’expliquerai plus loin dans la chronique. J’avoue avoir eu au fil de l’histoire une préférence pour Peter parce que j’ai trouvé Josh moins présent que ce dernier. Et puis il faut dire que Peter se conduit de façon plus extravertie que Josh et cela me permet de m’attacher davantage à lui. Je vais m’arrêter là parce que je ne vais pas donner mon impression sur tous les
    personnages non plus. Alors… La romance. C’est un triangle amoureux, mais on sait assez vite vers qui penche la balance. Je comprends (partiellement) pourquoi Lara Jean hésite entre les deux, mais voilà, je n’aime pas les triangles amoureux et celui-là ne fait pas exception. Cependant, j’ai quand même apprécié les moments romantiques, la construction du lien entre Lara Jean et « Peter »  ← Spoiler. Je les ai trouvés mignons et attendrissants.

         Le GROS bémol de ce roman, c’est les stéréotypes. Il existe des gens qui aiment les stéréotypes et en général, moi ça ne me gêne pas. Mais dans ce Young Adult, c’était trop. Imaginons. Quand on passe à côté du livre, qu’on décide de sentir les pages (ne me jugez pas), on sent le stéréotype à plein nez. Que ce soit au niveau du caractère des personnages, de la romance et des relations entre les personnages, les stéréotypes sont en grand nombre. Mais à part ce bémol, je n’ai rien à reprocher au livre. Ça se lit vite et bien. L’humour n’est pour moi pas très flagrant dedans par contre, mais j’ai tout de même eu mal à mes abdos (inexistants) à certains passages tellement j’ai ri.


    ♣ Vous le savez sûrement (ou pas), mais un film Netflix est sorti récemment
    et il est inspiré de ce roman. Il a le même le titre. Je vous conseille d’aller
    le voir parce que c’est la plupart du temps intéressant de voir deux
    formats d’une même œuvre.

    Alex

  • Lady Helen

    Autrice : Alison Goodman

    Genre : Fantastique /Historique

    Nos Avis : Maë (Lu les 3 tomes)→ Finis ! Une belle trilogie, mais, je me demande si je n’ai pas un souci avec. Car à chaque fois, je trouve la fin prévisible avec les séries en 3 tomes. Spoiler → Du moment qu'ils ont parlé de l'Abuseur Suprème et qu'il a eu la fuite comme quoi Élise était une espionne, j'ai soupçonné le Duc. Et franchement, le livre n’a pas perdu de l'attrait ni plus de suspense, plus rien de palpitant. Mais attention, ça n'enlève rien à la qualité de l'histoire. La construction et l'évolution des personnages sont très cohérentes, ainsi que les descriptions. L'écrivaine respecte soigneusement les convenances de l'époque, et il est plaisant de voir les bals, les mondanités de sous la Régence. Les deux premiers tomes sont remplis d'action, puis ont passé au dernier tome qui est plus lent avec moins d'action. L'autrice conclue l'histoire avec lenteur pour faire durer le suspense jusqu'au bout, et je dis bravo avec son style d'écriture, on lit d'une traite, tellement captivait par les mots.

    Alex (Lu le tome 1) → J’ai bien aimé ce livre pour son décor historique, mais également pour cette légende autour des Abuseurs (les méchants). Tout d’abord, dans ce roman, on ressent tout de suite l’ambiance du XIXème siècle qui est très présente tout le long de l’intrigue. L’autrice a beaucoup travaillé sur cet aspect du livre pour reconstituer avec le plus de sincérité possible la société anglaise à cette époque et j’ai vraiment aimé ce côté-là de l’histoire. Après, j’ai également apprécié la mythologie autour des Abuseurs. C’est original, et promet de l’être encore plus dans le second tome.

    En ce qui concerne les personnages, je me suis attachée particulièrement à Lady Helen notamment parce que c’est un personnage déchiré entre deux parties de sa vie : son éducation et sa nature. Toute sa vie, elle a été élevée pour être une dame de la société avec toutes les obligations et les contraintes dues à son statut de femme du XIXème siècle et de femme dans la noblesse. Mais bien sûr, sa nature n’est pas compatible avec tout cela. Elle est née Vigilante, rôle qui l’oblige à se battre pour survivre.

    Quant à lord Carlston, je suis encore mitigée. J’attends beaucoup du 2ème tome au sujet de ce personnage. Surtout pour son passé et ce qui s’est réellement déroulé avant son « exil ».

    Enfin, concernant la romance, merci ce n’est pas de l’insta-love. Il y a certes un triangle amoureux, mais il passe crème.

    Petite mention honorable pour Darby que j’affectionne pour sa fidélité et son courage !

     

     

    Lire la suite

  • Née un 3 août 1914

    Née un 3 aout 1914Autrice : Éliane Bayon Arquillière

    Genre : Témoignage

    Résumer : Grand-mère maternelle d'Éliane Bayon-Arquillière, Élisa est née à Cleppé dans la Loire, le 3 août 1914, jour de la déclaration de guerre de 14-18. L'auteur a voulu raconter l'histoire d'Élisa et celle de Pierre, son époux, à travers un roman, vrai témoignage d'une vie rurale de la première moitié du vingtième siècle, avec tout sa rudesse, mais aussi sa beauté.

    Mon Avis : ​Je ne suis d'origine pas une fan de témoignage, mais le livre m'a émue. On découvre l'envers du décor de la 1ère et 2nde Guerre Mondiale, de ceux qui sont restés pour s'occuper des champs. On voit le courage des femmes de cette époque, qui étaient seules et devaient élever les enfants tout en s'occupant des champs et survivre. On retrouve dans le livre l'Histoire des Guerres Mondiales, on sent que l'autrice a fait des recherches. Spoile → On ressent toute l'émotion, quand le Maire doit annoncer aux familles la perte d'un membre de leur famille lors de la guerre. Par contre, le livre est petit, il n'a que 101 pages, ça se lit très vite.

  • L'Éveil des Chimères

    L eveil des chimeresAuteur : Éric Amon

    Genre : Recueil Fantasy

    Résumer : Qui a dit que les monstres n'avaient pas d'âme ? Dans un monde dominé par les humains, où la magie est à peine plus qu'un soupir, les créatures mythiques de l'ancien temps (Sphinx, minotaure, manticore, hydre, faune...) essaient tant bien que mal d'exister. Dans cet univers imaginaire et extraordinaire, quand elles ne sont pas simplement considérées comme de pures fictions, elles passent désormais aux yeux des hommes pour des monstres. Le sont-elles toutes vraiment ?

    Mon Avis : Je suis mitigée. L'univers du livre est des plus originaux, on va au fur est à mesures les liens entre les nouvelles. Car oui, c'est recueil. On est surpris du début à la fin. Où chacune des histoires à une trame différente des autres. J'ai souvent été tenu suspens, on se demande ce qui allait arriver. On voit sous un autre regard ses créatures mythiques, on se pose la question, si ce n’est pas l'homme le monstre. Ce qui m'a enchanté, c'est qu'on découvre des créatures qu'on ne voit pas tout le temps dans la fantasy, qui met plus en avant le centaure, le Minotaure... et bien, cette fois-ci, on découvre l'hydre, la méduse, le satyre, la chimère...

        Par contre, le problème c'est le style d'écriture de l'auteur. Il faudrait qu'il l'allège, il a des phrases, des paragraphes mêmes qui n'aident en rien la trame de l'histoire. On se retrouve à décrocher, à avoir du mal à lire. Ce qui est dommage, car c'est vraiment prometteur. 

    Mes nouvelles préférés sont → ceux sur la Confrérie des Effraies.

    Maë

  • Le roi Arthur : un mythe contemporain

    Le roi arthur un mythe contemporainAuteur : William Blanc

    Genre : Document historique - littéraire

    Résumer : D’Hollywood à Kaamelott en passant par les Monty Python
        En ce début du XXIe siècle, le Roi Arthur n’a jamais été aussi présent sur les écrans. Cette figure médiévale apparaît de façon revisitée dans la fantasy (Le Seigneur des anneaux), la science-fiction (Star Wars), ou encore dans des séries comme Kaamelott. Son impact au sein de la culture populaire est au moins aussi important qu’au Moyen Âge. Comment expliquer un pareil succès ? D’où vient le renouveau d’un tissu légendaire qui, après avoir suscité de nombreuses œuvres aux XIIe et XIIIe siècles (Chrétien de Troyes), est tombé dans un quasi-oubli du XVIevau XVIIIe siècle ?  Le Roi Arthur, un mythe contemporain se propose de répondre à ces questions en explorant la légende du souverain de Camelot et ses représentations au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée, dans les romans, mais aussi dans le champ politique. Ce voyage à travers une mythologie renouvelée permet de percevoir les différentes mutations des figures arthuriennes : des chevaliers de la Table ronde mobilisés par les colonisateurs britanniques ou le maccarthysme ; Morgane héroïne féministe ; le Roi Arthur pacifiste et utopique ; ou encore Merlin en précurseur écologiste dans la fantasy.

    Mon Avis : J'ai découvert ce livre au Rendez-Vous de l'Histoire en 2016. J'étais à la conférence de l'auteur William Blanc sur le roi Arthur. La conférence m'a tellement intéresser, qu'à la fin, j'ai craqué et je me suis acheté le livre. Alors oui, je ne l'ai pas lu tout de suite. Je voulais avant lire les livres sur Merlin, Arthur, Perceval, Lancelot et compagnie. Et je peux dire, qu'on en apprend énormément sur le mythe et son évolution au fils du temps, les différents ouvrage qui sont apparus, comment y a été perçu et utiliser. J'ai vraiment aimer découvri l'influence que le mythe a eu sur d'autre livre, ce qui à fait grossir ma liste de livre que je souhaite. L'écrivain nous montre les périodes qui ont été sous l'influence du Roi Arthur et de ses chevaliers, on découvre l'histoire sous un nouvelle angle. Ce qui est top, est qu'on a un support visuel, qui appuie les dires de l'auteur. Par contre, il m'est arrivé de décrocher, de me forcer à me concentrer, car le livre est long à lire. Spoilers → Ce qui est incroyable, c'est de voir que Robin des Bois et le Roi Arthur ce sont opposés et liés symboliquement, pour des raisons politique. On apprend aussi sur la fantasy, dont des lien entre le mythe et des romans comme Seigneur des anneaux, Hobbit, Le monde de Narnia et Gae of Thrones. William Blanc nous montre le lien entre Merlin et Albus Dumbledore (de Harry Potter), son père s'appelle Percival, ce qui fait penser à Perceval, et il fait parti de "l'ordre de Merlin", qui a exister dans l'univers d'Harry Potter.

    Maë

  • Erick de Briovère

    Erick de briovereAuteur : Jean-Claude Boscher

    Genre : Roman Historique

    Résumer : Erick de Briovère nous fait découvrir l'arrivée perturbée et perturbante d'une famille de Norvégiens, en l'an 890 de notre ère, dans la région de Briovère, l'actuelle ville de Saint-Lô. Au fil des pages, le lecteur découvre l'épisode de la célèbre bataille de Briovère, les rencontres, les espoirs, les déceptions, les premiers émois du jeune Erick, héros attachant partagé entre sa Norvège natale et l'attrait de notre si belle région. Des fjords norvégiens aux rivages manchois, Jean-Claude Boscher souhaite à ses lecteurs un bon voyage dans le temps et l'espace : une nouvelle manière de ressusciter les émotions et le dépaysement ressentis par les premiers Normands des rives de la Ver, plus connue aujourd'hui comme la Vire !

    Mon Avis : Actuellement, je suis à fond sur l'histoire des Vikings. Et quand, j'ai vu ce livre, j'ai sauté sur l'occasion. La première chose qui m'a attiré, c'est la couverture, qui est principalement dans les tons de bleu. L'auteur a su avec merveille représenter l'époque, avec le mode de vie des personnages et le vocabulaire de l'époque viking. On n’y trouve donc pas les mots drakkars et Vikings, qui sont des termes apparus en réalité au XIXe siècle. Je me suis réjoui que l'écrivain montre une autre facette des Vikings, car hélas, énormément de personnes se les représentent en guerriers sanguinaires. On voit dans le livre leur côté commerçant, leurs valeurs, leurs principes. Et pour les sentiments, je fus servi, l'auteur nous fait passer de joie à de la tristesse puis de la joie. Spoilers → Le passage qui m'a le plus touché fut la mort des parents d'Erick. L'écrivain à style d'écriture des plus captivants, elle est simple, et ne s'encombre pas de mot inutile. Elle est directe avec des morts forts, qui font ressortir les actions et les sentiments des personnages. Et une chose que j'adore, c'est que l'onconnait ce qui arrive aux personnages, on ne reste pas sur notre faim.

    Maë

    tous les livres sur Babelio.com

×