Interview Valerie Simon

Valerie simon 1Habite  à Lyon. 
De 14h00 à 19h38
Le 07/11/2013
Sur Facebook

 -Pourquoi avez-vous voulu être écrivaine ?
Je n'ai jamais vraiment voulu être écrivaine. Je n'y pensais pas en tant que métier même si j'écrivais constamment.
 
-Qu'elle métier souhaitiez-vous faire avant ?
  Quand j'étais toute petite, et jusqu'au bac environ, je voulais faire vétérinaire. J'adore les animaux ! Puis, au moment des inscriptions en fac, je me suis rendu compte que ces études-là étaient vraiment très longues, du coup, je me suis orientée vers une de mes autres passions, le dessin et la peinture, les arts en général. Mais là non plus, je n'envisageais pas un métier précis.
 
-Vous avez laissé vos passions vous guider ?
  Pour être franche, plutôt ma fainéantise ! je me débrouillais bien en dessin, donc je me disais que ce serait plus facile de faire des études dans ce domaine que d'apprendre des tas de trucs pour être vétérinaire. Mauvais calcul ! Chaque apprentissage suppose du travail... Évidemment, je ne le savais pas !
 
-Pourquoi avez-vous voulu écrire ce livre ?
  Là non plus, je n'ai pas voulu écrire CE livre en particulier. Le cycle d'Arkem la pierre des Ténèbres n'est pas le premier roman que je finissais, j'en avais écrit beaucoup d'autres auparavant. Je ne me souviens plus quand j'ai commencé à écrire, je crois que j'ai toujours écrit. Par contre, ce dont je me souviens, c'est qu'étant adolescente, et lisant énormément, je me suis vite aperçue que dans les genres que j'affectionnais, les littératures de l'imaginaire comme la science-fiction, le fantastique (nous sommes dans les années 70/80), je restais toujours sur ma faim. Il y avait très peu d'héroïnes. Et puis, les histoires manquaient souvent de... romantisme ? Là, vraiment, je me suis mise à écrire des histoires que j'aurai voulu lire. Avec une vraie héroïne qui ne serait pas une valise qu'un héros traîne derrière lui ! Et aussi beaucoup de sentiments.
 
-D'où vous vient votre inspiration ?
   L'inspiration me vient de beaucoup de choses ! D'abord de mon imagination sans limites qui elle-même a sans doute été inspirée par tout ce que j'ai lu et vu. Je lis tout le temps, je suis très curieuse de tout, j'adore apprendre des choses. Je ne lis pas que des romans, mais beaucoup de documentations, de la science, de la physique, de la biologie. Après, je pense que j'utilise aussi ce que je vis, ainsi que tout ce qui m'entoure. Chaque expérience est utile, même si on ne s'en rend pas toujours compte. J'ai une excellente mémoire qui m'aide à conserver un maximum d'idées. Je prends aussi des notes. Et puis, je suis constamment en "chasse". Après tout, n'importe quel petit événement de la vie quotidienne peut être utilisé plus tard, dans une histoire.
 
-Combien de temps vous faut-il pour écrire un roman (de l'écriture elle-même au point final en passant par la relecture.) ?
   Je peux difficilement répondre à cette question, car je suis vraiment très lente ! En moyenne, je dirais qu'il ne me faut pas loin d'une année entre l'émergence de l'idée et le moment où j'estime avoir fini. Le premier jet est assez rapide, l'histoire se met en place, l'intrigue avance, tout ça est facile. Par contre, après, je commence mon travail de relecture et là, je passe et je repasse, je relis constamment, je travaille le texte, j'enrichis et j'épure... Je pense que cette partie-là, la relecture, enfin, les relectures me prennent au moins 80% de mon travail sur un texte.
 
-Comment avez-vous écrit le livre: avez-vous inventé l'histoire au fur et à mesure ou bien avez-vous eu toute l'histoire en tête depuis le début ?
    Je commence par réfléchir à une idée de départ. Dans le cas d'Arkem, je voulais écrire une histoire se déroulant dans un monde de féérie peuplé de créatures propres à la fantasy, mais aussi aux légendes, aux mythes celtes et vikings. Une fois que j'ai été sûre de mon univers, j'ai défini mon héroïne. Puis j'ai commencé à mettre l'histoire en place : je voulais une quête, je voulais beaucoup d'aventures, je voulais un voyage, je voulais aussi une histoire d'amour. J'ai écrit mon plan, puis je l'ai détaillé chapitre par chapitre. À la fin, j'ai eu une structure très précise. Chaque chapitre est résumé avec beaucoup de détails. Et là, j'ai commencé à écrire. C'est à partir de cet instant que ça devient vraiment amusant, parce que les personnages sont vivants, ils ont leur propre histoire, et bien que le plan de narration soit bien respecté, il arrive parfois des aménagements et de petits changements. Tout de même, les inventions d'histoire ou d'écriture viennent à ce moment, parce que dans l'écriture, il y a quand même une part de hasard, un peu comme dans un jeu de rôle.
 
-Avez-vous un matériel spécial? Vous avez dit prendre des notes, avez-vous un carnet sur vous ?
    J'ai toujours de quoi prendre des notes, partout, mais je ne suis pas très organisée, c'est souvent une simple feuille volante, des petits brouillons. Des fois, je m'achète un carnet, ou un cahier (je préfère le cahier, il y a plus de place) et j'essaie d'être raisonnable, de toujours l'avoir sur moi, mais ça ne marche jamais, je me retrouve avec des petits bouts de papier partout ! Par contre, toutes ces notes sont triées, placées dans des dossiers. Par exemple, en ce moment, pour le roman que j'écris, j'ai une boite où je regroupe tout : mes notes, des documents, des photos, etc. Voilà une autre exigence : quand je commence un grand projet (un roman), je cherche le maximum d'images. J'ai besoin de me forger un univers visuel. Des paysages. Des animaux. Des vêtements. N'importe quoi qui peut corresponde à l'idée de l'univers que je veux créer. Par contre, pour l'écriture elle-même, je n'ai besoin que d'un ordinateur ! Mais je peux aussi écrire avec un stylo, sauf que là, ce ne sera que du dépannage...
 
-Faites-vous vous-même des dessins pour votre univers visuel ?
    Oui, essentiellement en géographie ! Je fais des cartes, pour avoir une idée précise du monde où se promènent mes personnages. Il m'est également arrivé de dessiner des vêtements, mais là, c'est plus anecdotique, juste un moment de fun... Le plus important, pour moi, c'est le plan, la carte. J'ai besoin d'avoir beaucoup de précisions dans les directions, les points cardinaux, l'organisation d'une ferme, d'un temple... Une carte m'aide à donner de la crédibilité à mon univers, à le rendre réaliste.
 
-Certains auteurs publient des carnets où on voit les décors des lieux, des cartes... Pour Arkem l'idée vous a-t-elle passé par la tête ?
     Non, enfin, pas de moi... Je n'aurai pas assez de matériel. Par contre, certaines de mes lectrices se sont inspirées de mon texte pour dessiner des personnages, commencer une bande dessinée. Je trouve ça génial et j'aimerais beaucoup qu'un tel projet puisse un jour réellement exister !
 
-La musique aide beaucoup d'auteurs. La musique vous a-t-elle aidé ?
    Il m'arrive d'utiliser de la musique pour asseoir mon univers, lui donner un rythme, mais finalement c'est plutôt rare. Je ne peux écrire en musique que lorsque je suis au premier jet d'une histoire. Dès que j'entame la relecture, j'ai besoin d'être concentrée et alors, silence absolu ! Par contre, entre deux textes, oui, je me nourris de musique...
 
-Certain auteur préfère écris dans des lieux précis, d'autres on leurs animaux de compagnie à côté ou encore du chocolat. Avez-vous besoin d'avoir des conditions pour écrire ?
    Je n'ai besoin que d'une seule condition : regarder dehors, de préférence un morceau de nature ! Chez moi, je suis installée face à la terrasse, dès que je lève les yeux de mon écran, je vois le temps qu'il fait, les nuages qui passent dans le ciel, le vent dans les cimes des arbres, la course du soleil, la lune, les oiseaux qui viennent picorer des graines... J'ai besoin de cette ouverture sur le jardin. Cela me détend, me change les idées... J'aime aussi beaucoup écrire dehors en été. Et puis, j'ai mes animaux pas très loin, le chien sur son coussin à mes pieds... J'aime aussi beaucoup travailler très tôt le matin. C'est mon moment préféré, vers 4/5 heures du matin, quand tout le monde dort. Là, j'adore, je suis très efficace.
 
-Avez-vous eu du mal à trouver un éditeur ?
    Lorsque j'ai écrit mon premier livre, je le faisais durant mes loisirs. C'était mon passe-temps, mon plaisir à moi. Je ne voulais pas le faire lire à quelqu'un, je trouvais que c'était personnel. Un jour, alors que je venais de le finir et que je l'imprimais, une collègue me l'a "emprunté" par curiosité et a tellement accroché qu'elle a fait des pieds et des mains pour que je l'envoie à un éditeur. Elle ne m'a pas laissée tranquille jusqu'à ce que je le fasse ! Je n'avais aucune expérience dans le domaine des éditeurs, j'ai choisi un nom au hasard parce que je me rappelais avoir lu certains de leurs livres. Quelques semaines plus tard, ils me contactaient, m'annonçaient qu'ils allaient publier mon roman. J'ai eu beaucoup de chance, je n'ai pas eu besoin de chercher un éditeur très longtemps. En plus, c'était Fleuve Noir !
 
-On peut voir sur Amazon ou d'autre site qu'Arkem avait été publié par Fleuve noir. Pourquoi avoir changé de maison d'édition ?
     Il y a quelque temps, j'ai été contactée par une jeune femme qui désirait à tout prix rééditer Arkem. Elle avait lu la version Fleuve Noir, elle avait adoré et ce projet lui tenait vraiment à cœur. Fleuve Noir n'avait pas l'intention de faire une réédition, or les livres étaient épuisés. Elle a récupéré les droits. Malheureusement, elle n'a pas eu les fonds nécessaires pour mener son projet à terme. Cependant, l'idée était lancée, d'autant plus que cette jeune femme, par son enthousiasme, avait réussi à me replonger dans l'écriture ! J'ai prospecté en vue d'une réédition, les Editions du Riez ont été séduits par le projet, et voilà.
 
-Est-ce vous qui avez choisi la couverture ?
    Pour Fleuve Noir, pas du tout. Par contre, avec les Editions du Riez, ce fut un peu différent... Les Editions du Riez ont choisi l'illustrateur. Cet illustrateur fournissait des croquis préparatoires et là, mon éditeur et moi, nous en discutions. Et nous étions généralement plutôt d'accord !!!

-A votre avis, quels personnages du livre vous ressemblent le plus et pourquoi ?

    Oh, je ne sais pas exactement... Je ne suis pas certaine qu'un des personnages me ressemble vraiment... Par contre, ces personnages ont tous une part fantasmée de moi-même, une façon d'être un héros ! Ils représentent une sorte d'idéal... C'est l'avantage d'écrire des histoires, on peut changer si facilement de vie, on peut inventer tellement de destins, tellement de situations ! Une chose est sûre, je voulais que mon héroïne soit un personnage fort, je voulais qu'elle vive de grandes choses tout en étant forte, courageuse, indomptable. Je voulais aussi qu'elle soit à la fois irréelle (elle est par principe immortelle) et très humaine (d'où son caractère très capricieux parfois !)
 
-Les noms de vos personnages et de vos villes vous sont-ils venus comme ça ?
   Non. Il y a beaucoup de travail sur les noms. Pour les lieux, les villes, les forêts, j'ai joué avec de nombreuses références : des références géographiques, des noms qui existent dans des légendes, dans les mythes. J'accorde par principe beaucoup d'importances aux noms. Un personnage est toujours un peu défini par son nom. Mon héroïne a plusieurs noms, parce qu'elle a plusieurs personnalités, qu'elle est née de plusieurs races, qu'elle vit plusieurs vies.
 
-Cela n'a pas été trop dur avec les personnalités de l'héroïne ? D'un côté fragile et de l'autre forte.
    C'est cette dualité qui m'attirait. Bien sûr, je la voulais forte, parce quand même, c'est une héroïne, elle est la seule à pouvoir s'occuper de la pierre, elle a des pouvoirs extraordinaires, elle provoque admiration et ferveur. Mais il fallait la rendre humaine, attachante, et donc par moment fragile.
 
-Avez-vous eu dès le départ l'idée de faire la série en 4 tomes ?
   Pas du tout ! En fait, le premier manuscrit que j'ai envoyé était un énorme pavé épais d'au moins 7 cm et Fleuve Noir l'a coupé d'office en deux tomes !!! Puis il m'a suggéré une suite, parce que ça finissait un peu en eau de boudin ! Une fin qui soit une vraie fin, c'était mieux. Du coup, le principe des différentes déesses est apparu assez vite.
 
-Depuis quand écrivez-vous ?
    Pour le plaisir, j'écris depuis que je sais écrire, je crois. Par contre, de façon "professionnelle", c'est un peu différent... J'ai publié des textes une première fois dans les années 2000 (romans et nouvelles) puis j'ai élevé mes fils, suivi mon mari en Belgique... Finalement, je ne suis revenue dans l'aspect pro que depuis fin de l'année dernière, avec la réédition d'Arkem. Depuis, j'ai publié plusieurs textes courts dans des anthologies et je travaille mon prochain roman.
 
-Pourquoi avoir écrit de la fantasy ?
    J'aime beaucoup les littératures de l'imaginaire : fantasy, fantastique, science-fiction, mais aussi aventure, historique... J'écris dans tous ces domaines, mais j'apprécie plus particulièrement la fantasy parce que son univers est d'une richesse incroyable. Tout est permis. La liberté est totale. Il y a ce mélange des créatures, celles qui sont humaines, celles qui le sont moins, l'intervention de puissances magiques, la dualité du bien, du mal. Il y a un côté terre à terre avec des combats, des épées, et puis l'aspect onirique avec les fées, avec les puissances occultes. Il y a aussi une part de psychologie, des personnages qui peuvent être tourmentés par leur passé, par des regrets. C'est un monde païen gouverné par la religion ! Et puis, surtout, j'adore les dragons !
 
-Quel genre de livre lisez-vous ?
     De préférence de l'imaginaire, des thrillers, de l'aventure, mais je lis de tout, finalement. Je suis très admirative des univers créés par Pierre Bordage et je suis très curieuse de la littérature SFFF française en général. Je connais un peu moins la production anglo-saxonne hormis les grands classiques, Tolkien, Martin, Gemmel... J'ai découvert il y a peu de temps Pierre Pevel et ses descriptions incroyablement imagées. Un vrai plaisir. Là, je suis en train de lire Véronique Ovaldé, c'est assez décalé, inattendu. Mais en règle générale, j'aime les histoires qui me font rêver, qui me dépaysent, me transportent ailleurs. J'aime être embarqué par un personnage, vivre et vibrer en même temps que lui. Je suis assez midinette, je crois...
 
-D'écrire sur aucun des points de vue des personnages de l'histoire, mais écrire avec « il » ou « elle » fut naturel ou un choix ?
    J'écris plus facilement de façon impersonnelle, avec un-il et un-elle parce que cela me permet de rentrer beaucoup plus facilement dans le style narratif. Et puis, en mode lectrice, je n'aime pas trop les histoires écrites à la première personne. Bizarrement, je m'y sens moins impliquée... Par contre, pour certaines nouvelles, l'emploi du JE m'est paru tout à fait évident. Cela me permet de rajouter une empreinte dramatique. Par exemple, dans la nouvelle Le Loup écrite pour l'anthologie Cosmic Erotica et publiée chez J'ai lu en 2000, la première phrase est : Je n'ai pas toujours été un loup. Cela m'offrait la possibilité de raconter une histoire sous un angle inhabituel.
 
-Comment a réagi votre entourage lorsque quand vous avez décidé d'écrire un livre ?
     Enfant, lorsque j'écrivais, ça n'intéressait pas vraiment quelqu'un. De toute façon, je ne voulais pas qu'on me lise. Je n'étais pas prête à partager. Surtout que mes parents pensaient essentiellement à lire par-dessus mon épaule, ça m'agaçait prodigieusement !
Plus tard, quand Arkem est sorti chez Fleuve Noir, personne ne s'y est beaucoup intéressé. Tout le monde a fait comme si de rien n'était, c'était quand même assez perturbant... Depuis, je partage cet aspect de ma vie avec mon mari, mes fils... c'est tout
 
 
-Vous avez dit que vous étiez en train d'écrire un roman en ce moment. Est-ce que vous pouvez nous donner le résumé ?
     L'action se passe sur une planète que des Terriens sont en train de coloniser. Cette planète est habitée par une population indigène primitive et les lois spatiales sont claires : pas de technologie supérieure à celle que seraient capables de produire les natifs de ce monde ! Du coup, on se bat à l'épée ou avec des flèches, on se déplace à cheval, on vit dans des fermes archaïques... Mais cette planète a une autre caractéristique : elle est peuplée de plantes et d'animaux qui sont particulièrement agressifs.
Les indigènes parviennent à y survivre parce qu'ils possèdent un don mental leur permettant de "voir" les ombres des animaux qui les guettent. Or, de rares Terriens possèdent ce don, en particulier deux enfants que les indigènes kidnappent après avoir massacré leur famille. Le garçon, Jim, parvient à s'enfuir et à retourner sur Terre. Mais le remords d'avoir été contraint d'abandonner sa sœur sur la planète Mysteria IV le ronge. Aidé d'un mercenaire, il décide de partir à sa recherche. Mon histoire est l'histoire de cette recherche.
-Vous avez le don de captiver juste avec un résumer.
   C'est trop gentil ! J'espère effectivement que cette histoire plaira à de nombreux lecteurs, je me suis tellement amusée à l'écrire ! Et puis, j'ai inventé tellement d'animaux étranges, des méduses qui flottent dans les airs, des lézards géants et poilus... c'est très divertissant !
-Je guetterais sa sortie.
   Je ferai beaucoup de pub quand il sortira !!!
 
-On dit qu'un écrivain s'inspire d'autres auteurs pour écrire. Quels auteurs vous à inspirer ?
   Je pense que tout ce qu'on a lu forme un tissu dans lequel l'inspiration puise... Personnellement, les auteurs qui m'ont le plus fait rêver sont Ursula K. Le Guin, Tanith Lee, Anne McCaffrey, Marion Zimmer Bradley, Juliette Benzoni pour sa période Gerfaut et Fiora, Anne Golon et sa série des Angélique, tiens, c'est curieux, que des filles. Bon, allez, j'aime aussi les garçons : Jules Verne, Stephen King, Lovecraft, Tolkien, Frank Herbert, etc. Mais ils ont quand même la fichue mauvaise habitude d'être pas trop romantiques !!!
 
-Vous préfère de loin les auteurs féminins ?
    Présenté comme ça, c'est vrai qu'on pourrait le penser... Et pourtant, je n'ai pas de préférence... je crois...
 
-Qui sont vos auteurs préférés ?
    Mon auteur premier des premiers ? Hm... Je ne sais pas trop finalement. Par contre, il y a un livre que je relis constamment, rien que pour me mettre de bonne humeur, c'est La Bougainvillée, de Fanny Deschamps (Le jardin du Roi T1 et Quatre-Epices T2). Il y a là-dedans un corsaire qui vaut son pesant d'or !!!!
 
-Quels genres de livres lisez-vous en ce moment ?
     Actuellement, je suis en train de terminer Véronique Ovaldé le sommeil des poissons, je me suis enfin attaquée à Games of Thrones et j'attaque L'épée du jour et de la nuit de Gemmel. Je ne suis pas raisonnable, je lis plein de trucs en même temps !
 
-Quels conseils adressez-vous aux jeunes auteurs ?
   Écrire. Écrire pour soi, d'abord, mais écrire tous les jours. Lire. Beaucoup. Constamment. Et puis un jour osé. Et ensuite, persévérer.
 
-Ça arrive souvent la page blanche ? Certaines personnes paniquent, vous avez des conseils à leurs données ?
     Non, la page blanche, je ne connais pas particulièrement... Lorsque je coince, je me change les idées, je fais un tour, je m'occupe un peu de mon jardin. Parfois, certaines scènes demandent un peu plus de maturation. Il faut la laisser vivre sa vie dans la tête avant de parvenir à l'écrire. Pour cela, rien ne sert de forcer, il suffit souvent de s'éloigner, de changer de contexte. J'obtiens souvent des réponses à certaines de mes scènes compliquées en marchant, ou dans le bus, ou le soir, dans mon lit, ou le matin, au réveil !
 
-Est-ce vous qui avez choisi de vous faire un site pour vos livres ? Comment en êtes-vous pris pour le faire ?
    Bon, pour le site, oui, je crois que c'est important d'en avoir un. J'essaie d'y mettre le plus d'infos possible, j'ai aussi mis des extraits de texte à lire. Il y a mes rencontres, des mises à l'honneur de mes lecteurs. J'essaie de partager, de rendre tout ça très convivial. Pour le faire, j'ai demandé à une amie. Moi, l'ordinateur, je n'y connais pas grand-chose, je suis de la génération télé noir et blanc !!!!
 
-Vous êtes en ce moment en train de faire des dédicaces, la prochaine est au Salon-Fantasy en Beaujolais à Crèches sur Saône le 16 et 17 novembre. Se son des dates que vous propose votre maison d'édition ou vous ?
    Pour les salons, cela fonctionne par invitations. Ce sont les salons qui proposent et qui invitent les auteurs. Parfois, ce sont les éditeurs qui sollicitent des interventions. Tout ça, c'est à la bonne franquette. Le salon Fantasy en Beaujolais est un super salon avec énormément d'auteurs. C'est un vrai plaisir d'y aller.
 
-Vous devez faire de belles rencontres dans ces moments-là que ce soit lecteurs, lectrices ou auteur. Garde-vous contacte avec ?
   Oh oui, ce sont des moments extraordinaires, vraiment trop sympas, avec les auteurs, les lecteurs et les organisateurs.  De magnifiques moments d'échange, riches de plein de partage. Et oui, souvent nous restons en contact, c'est l'intérêt d'internet, de Facebook. C'est si agréable...
 
-C'était la dernière question. Merci d'avoir bien voulus répondre aux questions d'avoir pris sur votre temps.
   Du coup, j'en attendais encore une autre, on prend vite l'habitude ! C'est moi qui vous remercie, Maë, c'était très gentil de penser à moi pour cette interview, j'espère que mes réponses vous ont intéressée... Pour moi, ce fut très agréable et j'espère qu'on restera en contact.
-Pour moi aussi ce fut un moment agréable. Vos réponses sont vraiment intéressantes, cela permet de voir d'autre point de vue. Je vous tiendrai au courant quand je le posterai. Et j'espère aussi que nous garderons le contact.
   Encore merci, je suis contente si mes réponses vous ont apporté un nouveau point de vue... Écrire, c'est toujours un peu paradoxal, on est seul face à son texte, on ne sait jamais trop quoi penser... Au fait, j'ai fait un tour sur le blog hier soir, j'ai en particulier lu l'interview. Vous avez là une très belle initiative. C'est vraiment très sympa. On reparlera prochainement, n'hésitez pas ! Gros bisous, Maë, et à la prochaine
-Ce serait avec plaisir Valérie. Ça me fait plaisir de voir que le blog plaît et serre. Je vous laisse. Bon appétit.
 
 
 
   Merci beaucoup à Valérie Simon de m'avoir accordé de son temps. Si vous avez des questions posez la lui, ou laissez un com's je lui poserais. Je retrouvais mon avis sur la série Arkem ► ICI 

Date de dernière mise à jour : 09/04/2018

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire