La tragédie

Définition : Œuvre dramatique en vers, représentant des personnages héroïques aux prises avec un destin exceptionnel et malheureux. Une tragédie est une pièce de théâtre qui met en scène un drame.

1•Son origine ? Son histoire ? 

      Il s’agit d’un genre très ancien, puisque les premières tragédies ont été écrites en Grèce, au VIe siècle av. J.-C. La tragédie a pour origine des cérémonies religieuses au cours desquelles un prêtre sacrifiait un animal. Ces cérémonies peu à peu ont évolué, et se sont transformées en spectacles au cours desquels des acteurs mimaient un sacrifice, un drame, devant des spectateurs réunis dans un théâtre. Ce genre de spectacle a été baptisé tragédie (tragôdia en grec), ce qui signifie « chant du bouc », peut-être en souvenir des boucs autrefois sacrifiés par les prêtres, ou bien parce que, lors des concours de théâtre, l’auteur de la meilleure tragédie gagnait un bélier.

                                                     Tragedie

La tragédie grecque → La tragédie grecque naît à Athènes au Ve siècle av. J.-C., et trouve son apogée au Ve siècle av. J.-C., avec Eschyle, Sophocle et Euripide, les trois plus célèbres poètes tragiques de la Grèce antique. Le philosophe Aristote a défini, dans sa « Poétique », les règles et les lois de la tragédie :

♣ Il faut que les personnages de la tragédie soient une imitation et une représentation aussi vraisemblable que possible des passions humaines, des caractères humains.

♣ La fatalité est un élément indispensable. Les dieux décident du destin du héros, lequel ne peut rien contre cette fatalité qui le conduit à sa perte et à la mort.

♣ L’ubris (la démesure), le héros emporté par ses passions, tombe dans l’excès dans la démesure, et commet une faute, un acte interdit que seul son sacrifice pourra acheter.

♣ La tragédie doit permettre une catharsis (purgation des passions), c’est-à-dire qu’elle doit avoir un effet bénéfique sur le public : durant la représentation, les spectateurs terrifiés et émus jusqu’aux larmes tremblent pour le héros, et se trouvent unis à lui par un sentiment de profonde sympathie ; à la fin de la tragédie, le spectateur a ainsi évacué ses émotions violentes, ses propres peurs et ses angoisses, et il se sent apaisé.

♣La tragédie doit s’achever dans la violence et la fureur par une mort, ou une succession de morts.

La tragédie baroque → Au XVIe siècle, on assiste à une renaissance de la tragédie, avec des auteurs comme Shakespeare, en Angleterre, et Jodelle ou Garnier en France. Ce théâtre, qui n’a pas encore de règles précises, est dit baroque (irrégulier, fantaisie, excessif, allant jusqu’à l’outrance).

La tragédie classique → L’âge d’or de la tragédie française est le XVIIe siècle, ou époque classique. Comme au XVIe siècle, les personnages sont le plus souvent empruntés à la mythologie grecque ou à l’histoire romaine. Mais désormais, il y a une grande rigueur tant dans l’intrigue que dans la mise en scène et les décors, qui doivent être simples et sobres. La règle des trois unités (lieu, temps et action) s’impose ; la pièce doit se dérouler, du début à la fin, en un seul lieu, l’action doit se passer en un seul jour, l’auteur doit raconter une seule histoire. Le vers préféré de la tragédie classique est l’Alexandrin, noble et grandiose, et donc, propre au sentiment tragique. Corneille et Racine sont les deux plus illustres auteurs français de tragédies classiques.

La tragédie moderne → Dès le XVIIIe siècle, les règles strictes du théâtre classique se sont peu à peu usées. Au XIXe siècle, la tragédie laisse place au drame romantique, qui renoue avec le théâtre baroque anglais. Le théâtre moderne retrouve le sentiment tragique avec le thème de l’absurdité de la condition humaine, et la problématique de la liberté, entravée ou choisie, qui mène à la folie ou à la mort (« Le Malentendu » du Camus en 1944 ou encore « Les Mouches » de Sartre en 1943).

2•Ses caractéristiques

La tragédie doit inspirer pitié et terreur. Le spectateur doit pouvoir se libérer de ses passions grâce à ce qu’il appelle la catharsis (=le spectacle de la violence et des passions négatives permet au spectateur de s’en libérer). Les règles : La tragédie classique doit comporter 5 actes. L’acte I est celui de l’exposition, les actes II, III et IV servent l’action ; l’acte V est le dénouement. La règle des 3 unités : l’unité de temps (l’action se déroule en 24 h) ; l’unité de lieu (en un seul lieu) et l’unité d’action (une seule intrigue principale). Le registre tragique : Le tragique renvoi aussi à une situation violente que l’homme ne peut changer. Le tragique est lié à la mort et au temps qui passe. Le tragique s’exprime par des contradictions, des dilemmes qui trouvent une issue le plus souvent dans la mort.

3•Vos avis, vos lectures...

Mon Avis- Maë : Dans l'univers du théâtre, je suis plus une lectrice de la tragédie, l'auteur qui m'a fait découvrir n'est d'autre que l'écrivain de Roméo et Juliette, Shakespeare. L'oeuvre que je préfère entre tous est Hamlet, car on ressent et on comprend le dileme qui est le sien. Après je n'ai pas lu énormément de livre dans ce genre, mais elles sont le plus souvent courte et on s'attend toujours à ce que l'un des personnages principales meurt. Ça en deviens hélas, prévisible.

 

Date de dernière mise à jour : 27/09/2018

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×