Courant Littéraire -La querelle des Anciens et des Modernes

Introduction

                Dans la seconde moitié du XVIIe siècle s’est posée la question de savoir si les auteurs de l’Antiquité, et les règles qu’ils avaient établies pour le théâtre et l’art poétique devaient être toujours considérés comme des modèles à admirer et à imiter : cette question a déclenché une polémique littéraire appelée la querelle des Anciens et des Modernes.

                À la fin du Moyen Âge, en Europe, on redécouvre, après une longue période d’oubli, beaucoup de textes de l’Antiquité grecque et romaine. Et, dès le XVIe siècle, en France, un débat divise les lettrés : faut-il reconnaître, une fois pour toutes, l’excellence et la suprématie des langues anciennes, comme le propose le très érudit Guillaume Budé ? Ou doit-on suivre l’avis de Joachim du Bellay, qui dans sa « Défense et illustration de la langue française », estime que le « vulgaire » (le français), langue certes encore « pauvre et nue », mais vivante et dynamique, n’est pas indigne des poètes, auxquels il appartient de l’enrichir pour lui donner ses lettres de noblesse. Au XVIe siècle, dans le prolongement de ce débat sur les mérites comparés des langues anciennes et modernes, la polémique rebondit et prend de l’ampleur, surtout à Paris, dans les salons mondains, opposant les « Anciens », admirateurs fervents et inconditionnels des auteurs grecs et romains, et les « Modernes », qui estiment qu’il existe d’autres voies, pour la création littéraire, que l’imitation des modèles antiques.

Histoire

1•Les débuts de la querelle

                À partir de 1653, un premier débat s’engage, qui tourne autour de la question du merveilleux, c’est-à-dire des mythes et des légendes, des héros et de leurs exploits dans la littérature : le théâtre et la poésie doivent-ils puiser leurs thèmes et leurs personnages uniquement dans la mythologie grecque et romaine, ainsi que le préconise Nicolas Boileau, le chef de file des anciens ? Ou bien peut-on écrire des épopées nationales, bâties sur les légendes chrétiennes, et considérer, avec les Modernes, que Clovis ou Saint Louis sont des personnages tout aussi dignes d’intérêt, sur un plan littéraire, qu’Agamemnon, Ulysse et Énée ? Et Charles Perrault, qui prend la tête des Modernes, ne méprise pas non plus les légendes populaires, dont il s’inspire pour écrire ses célèbres Contes.

 

2•L’affaire des inscriptions

                Dans les années 1676-77, un deuxième débat s’ouvre, qui concerne, cette fois, les inscriptions figurant sur les monuments officiels : faut-il pour ces inscriptions, choisir le latin ou le français ? Le règne de Louis XIV est si brillant, si éclatant, et si « français » de goût, que les Modernes optent pour des inscriptions françaises.

 

3•La querelle proprement dite

                La véritable querelle des Anciens et des Modernes éclate en 1687, et c’est un poème de Charles Perrault, « Le Siècle de Louis le Grand » qui la déclenche : dans ce texte, il proclame la supériorité du XVIIe siècle sur l’Antiquité. Le débat, dès lors, se fait âpre. D’un côté, le clan des Anciens avec Boileau, Racine, Bossuet, La Bruyère, La Fontaine, de l’autre celui des Modernes avec Perrault bien sûr, et aussi Fontenelle (le neveu de Corneille). La question est de savoir s’il faut toujours admirer et imiter les auteurs grecs et latins de l’Antiquité, ou si la littérature française peut s’émanciper des modèles antiques, et prétendre à plus d’originalité. La querelle connaît une période d’apaisement, à la fin du XVIIe siècle, les deux camps s’étant finalement réconciliés. Mais elle rebondit au début du XVIIIe siècle., et s’achève sur le triomphe des Modernes : le public se détourne de la poésie inspirée des règles antique de la tragédie « à l’ancienne », car le genre ne se renouvelle plus. Les Anciens sont passé de mode. En revanche, romans, nouvelles, contes, lettres philosophiques, tout concourt au succès des Modernes, dans ce siècle neuf où le français est enfin une langue libre.

Date de dernière mise à jour : 06/02/2019

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire