Dante Alighieri

Dante Alighieri              Auteur de la « Divine Comédie », écrite entre 1307 et 1321, Dante (de son vrai nom Durante Alighieri) a été célébré dès le Moyen Age comme un poète de génie, non seulement dans son pays, l’Italie, mais aussi dans tout l’EUROPE, à l’égal d’Homère et de Virgile.

 

1•Sa Vie

                Dante naît en 1265 à Florence. A cette époque l’Italie est un pays morcelé, divisé, dans lequel les grandes cités comme Florence, Milan, Venise et Rome, qui ont chacune leur propre gouvernent, sont en constante rivalité. De plus, deux grands partis s’affrontent dans les cités italiennes : celui des Guelfes, partisans du Pape, dont la puissance politique est considérable, et celui des Gibelins alliés de l’Empire Germanique, autre grande puissance du temps, très influence en Italie. La famille Alighieri appartient à la petite noblesse florentine et au camp des Guelfes, qui prend le pouvoir à Florence en 1266. On ne sait presque rien de l’enfance et de l’adolescence de Dante, sinon qu’il eut pour maître d’études le savant Brunetto Latini. Devenu adulte, Dante participe, les armes à la main aux expédition guerrières que sa cité, Florence, lance contre les Gibelins des villes d’Arrezzo, de Bologne et de Pise. Et bientôt, il s’engage dans les luttes politiques qui agitent Florence : les Guelfes, en effet se sont divisés en deux clans, les Noirs et les Blancs. Les Guelfes Noirs, encouragés par le Pape Boniface VIII, refusent toute entente et tout compromis avec les Gibelins. Et Guelfes Blancs, eux, veulent au contraire se réconcilier avec les Gibelins, pour préserver l’indépendance de Florence, qui se trouve menacé par les ambitions du Pape. En 1302, les Guelfes Noirs triomphent, et Dante, qui s’était résolument rangé du côté des Blancs, dont il était l’un des chefs, est contraint de quitter Florence : sa vie sera désormais une errance sans fin, de ville en ville, jusqu’à Ravenne, cité du nord-est de l’Italie, où il finit par s’établir, et où il meurt en 1321. 

 

2• Ses oeuvres 

                Mais son génie s’exprima surtout dans les lettres, la philosophie, l’art de l’éloquence, les traités et les essais où il prône une monarchie universelle, sous l’égide d’un prince bon et harmonieux (De Monarchia). Mais si Dante est devenu le grand maître de la littérature italienne, s’il est considéré aujourd’hui encore comme le plus grand et le plus fameux auteur italien, c’est qu’il fut un poète admirable, à la vision grandiose. L’œuvre poétique de Dante se compose des Rimes , de la Vie nouvelle (= la Vita nuova, rédigée entre 1292 et 1294), et surtout de la Commedia, plus connue sous le titre ultérieur de Divine Comédie, écrite entre 1307 et 1321. Cet ouvrage monumental est divisé en trois parties, L’Enfer, Le Purgatoires et Le Paradis. A une époque où l’on considérait que les textes littéraires devaient être rédigés en latin, langue noble par excellence, Dante a été l’un des tout premiers poètes à oser composer des vers en langue VULGAIRE, commune, en l’occurrence en italien (ou plus exactement en toscan, langue de la région de Florence ; l’Italie en effet n’avait pas encore acquis une unité linguistique). Le génie de Dante fut reconnu très vite : on étudiait déjà la Divine Comédie dans les universités de la fin du Moyen Age. Et, pour les poètes de la Renaissance, Dante était un maître, un prophète, un guide. Aujourd’hui, il reste l’un des plus grands poètes européens.

 

La Divine Comédie =  Nel mezzo del cammin di nostra vita  →   Au milieu du chemin de notre vie

                                     Mi ritrovai per una selva oscura  →  Je me retrouvai par une forêt obscure

                                     Ché la diritta via era smarrita.  →  Car la voie droite était perdue.

 

                Ainsi commence la Commedia ou Divine Comédie de Dante : à la moitié de sa vie, le poète, s’étant écarté de la voie droite, c’est-à-dire de la vertu et de la pureté, se trouve dans une sombre forêt, symbole du monde terrestre des péchés, des fautes et des errances, ou égarements des hommes. A l’entrée des portes de L’enfer, Dante est accueilli par Virgile qui lui servira de compagnon et de guide pour traverser les neuf cercles infernaux, au milieu des cris glacés des damnés, dans la puanteur et la cruauté des supplices, dans le ténébreux entonnoir qui plonge jusqu’au centre de la terre où règne le froid Lucifer. Parcours de douleur et de larmes, peuplé de visions effrayantes… Dante rencontre Francesca de Rimini, la belle pécheresse qui ne cesse d’expier le crime d’amours interdites, ou le comte Ugolino, qui fut jadis contraint, pour survivre, de dévorer ses enfants, après avoir été enfermé sans nourriture dans une cellule par l’archevêque Ruggeri ; désormais, Ugolino est condamné à ronger inlassablement le crâne de son ennemi. Mais apparait Béatrice, la lumineuse Béatrice, celle que sur terre Dante a tant aimé, d’un amour chaste et divin, et qui hélas est morte trop jeune. Elle est venue en Enfer chercher le poète pour le conduire vers le Purgatoire, montagne élevée vers le Ciel. Où il faut gravir chaque palier, chaque terrasse, en marchant vers la lumière céleste, pour se purifier, se laver des fautes et des péchés que l’on a commis, afin d’obtenir le salut et la rédemption. C’est au Purgatoire, et pour poursuivre sa route vers le  Paradis, que Dante abandonne Virgile : le poète latin en effet n’a pas connu la Révélation, ni le message de Jésus-Christ, et donc il ne peut pas accéder au Paradis. C’est là, dans la gloire et la majesté des élus et des bienheureux, que Béatrice guide Dante, à la recherche de la Rose céleste et mystique, fleur d’immortalité et de béatitude. Mais bientôt seul sa quête, jusqu’au plus haut point du Paradis, où chantent les Anges et Marie.

      Poème sacré, poème qui dit l’âme du monde, poème qui célèbre, depuis le noir Enfer, la montée vers le Bien suprême et la Vérité, « au centre d’or de la Rose éternelle », la Divine Comédie est un immense songe mystique, un rêve inouï et universel qui dans sa beauté et sa splendeur, vient jusqu’à nous pour nous consoler de nos erreurs et nous donner l’Amour Divin.

Date de dernière mise à jour : 12/01/2019

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire