Capturing the devil - Stalking Jack the Ripper #4

Lu en anglais!

Autrice : Kerri Maniscalco

Genre : Réécriture historique/Romance

Résumé :

“Audrey Rose Wadsworth and Thomas Cresswell have landed in America, a bold, brash land unlike the genteel streets of London. But like London, the city of Chicago hides its dark secrets well. When the two attend the spectacular World's Fair, they find the once-in-a-lifetime event tainted with reports of missing people and unsolved murders.

Determined to help, Audrey Rose and Thomas begin their investigations, only to find themselves facing a serial killer unlike any they've encountered before. Identifying him is one thing, but capturing him---and getting dangerously lost in the infamous Murder Hotel he constructed as a terrifying torture device---is another.

Will Audrey Rose and Thomas see their last mystery to the end---together and in love---or will their fortunes finally run out when their most depraved adversary makes one final, devastating kill?”

_____________________________

Avis :

Ah, que faire ? Je ressens déjà un vide après avoir terminé ma lecture. Cette saga de 4 tomes a été un réel plaisir à lire et ce dernier livre suit la lancée des précédents tomes.

 

Points positifs :

J’apprécie toujours autant le personnage de Thomas Cresswell qui reprend du poil de la bête comparé au tome précédent. Quant à Audrey-Rose, malgré sa puérilité dans Escaping from Houdini qui m’a fait perdre un peu d’estime pour elle, elle reste tout de même un personnage que j’aime suivre. On aperçoit notamment cet aspect glauque et un peu gore d’Audrey-Rose. Ce côté-là du personnage était quand même plus caché dans les tomes précédents et le fait de pouvoir le voir plus clairement dans ce tome-ci, ça m’a permis d’entrevoir une Audrey-Rose encore plus complexe.

Quant à la romance entre les deux tourtereaux, je ne cesserai de fangirler tellement j’aime leur relation qui n’est pas uniquement romantique. On y retrouve de l’amitié, de la confiance, du sarcasme et bien sûr, du flirt. J’ai vraiment adoré suivre le développement de leur romance ainsi que la manière qu’ils ont de s’entraider et de s’encourager mutuellement.

J’ai beaucoup aimé aussi l’introduction de certains nouveaux personnages. Nous avons par exemple Sir Isaac Newton, parfaite mascotte à mon avis. Et puis, on a surtout la grand-mère d’Audrey-Rose, que je surnomme affectueusement la meilleure mémé du monde. C’est un personnage que j’ai apprécié de par sa confiance, son charisme et sa bienveillance.

Le fait de revoir des personnages des tomes précédents est un joli bonus. J’aime assez bien la rivalité entre Thomas et Mephisto par exemple. Ou encore, le fait de pouvoir savoir ce qui s’est passé après le départ de notre duo de l’école dans Hunting Prince Dracula.

Capturing the devil est, sans conteste, un très beau objet-livre. J’adore la mise en page, la couverture, les petites illustrations présentes en début de chapitre ainsi que les photographies en noir et blanc qui nous plongent dans une bonne ambiance.

 

Points négatifs :

Le roman est séparé en deux parties. Je déplore malheureusement que la 1ère partie m’a semblée assez lente. Elle est très lourde en romance notamment. C’est beaucoup de angst aussi, même trop. L’enquête n’avançait que très lentement, voire pas du tout. Dans la 2nde partie, au contraire, on a davantage le côté enquête et policier que j’ai aimé suivre dans cette saga. Je pense que c’est assez mal équilibré. En général, il y a une part de romance bien plus grande dans ce tome-ci comparé aux autres. Et des fois, ça devenait juste lourd.

Je trouve qu’il y a trop de répétitions, que ce soit de répliques ou alors de phrases tout simplement. Par exemple, en moins de 2 pages, il y a 2 fois l’expression « I all but roled my eyes ». Autre exemple, Thomas ne cesse de répéter à Audrey-Rose qu’elle aura toujours le choix avec lui. Je n’ai rien à redire au message en lui-même. C’est juste que le répéter tout le temps… Et bien, ça gâche un peu l’effet et ça devient énervant surtout. Oui, on a bien compris qu’Audrey-Rose aimait rouler des yeux. Oui, on a aussi bien compris que Thomas est un féministe qui n’est pas macho.

Quant à l’intrigue, je suis peut-être un peu déçue d’avoir deviné qui était le « méchant » à peine 10 pages dans le livre. Oui, 10 pages. SpoilerDisons que le coup de la bousculade dans la foule, avec la description du bonhomme à l’appui ainsi que son prénom, c’était un peu gros. J’ai tout de même aimé suivre l’enquête et le raisonnement qui permettait de vérifier mon intuition.

__________________________

En conclusion, ce tome fut un plaisir à lire même si certains éléments m’ont déplu. Je le recommande de tout cœur, ne serait-ce que pour savoir le dénouement final de l’intrigue ainsi que pour savoir comment nos deux amants vont s’en sortir de leur galère.

Alex

 

Romance réécriture stalking jack the ripper capturing the devil kerri maniscalco

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire