The Folk of the Air : the Cruel Prince

Ce livre n’est disponible qu’en anglais

Autrice: Holly Black

Genre: Fantasy

Résumé:

“Of course I want to be like them. They’re beautiful as blades forged in some divine fire. They will live forever.

And Cardan is even more beautiful than the rest. I hate him more than all the others. I hate him so much that sometimes when I look at him, I can hardly breathe.”

“Jude was seven when her parents were murdered and she and her two sisters were stolen away to live in the treacherous High Court of Faerie. Ten years later, Jude wants nothing more than to belong there, despite her mortality. But many of the fey despise humans. Especially Prince Cardan, the youngest and wickedest son of the High King.

To win a place at the Court, she must defy him–and face the consequences.

As Jude becomes more deeply embroiled in palace intrigues and deceptions, she discovers her own capacity for trickery and bloodshed. But as betrayal threatens to drown the Courts of Faerie in violence, Jude will need to risk her life in a dangerous alliance to save her sisters, and Faerie itself.” (Goodreads)

Avis: Ce livre est vraiment particulier. Mon cerveau a quelque peu arrêté de fonctionner pendant un moment après ma lecture, juste pour pouvoir organiser mes pensées. Je dis ça juste pour vous montrer que j’ai eu du mal à me remettre de The Cruel Prince.

En premier, je me dois de mentionner l’univers fantasy dans lequel nous plonge l’autrice. C’est merveilleux et les descriptions font rêver. Le monde dans lequel évoluent nos personnages est digne de celui des Faes !

La plume de l’autrice est fluide et facile à lire. J’avoue que je ne pourrai pas évaluer la dimension poétique d’un livre en anglais vu mon niveau dans cette langue (malheureusement) mais dans l’ensemble, son écriture m’a plu.

Quant au gros point fort de ce roman, c’est-à-dire les personnages, je suis agréablement surprise. Je ne pensais pas retrouver des protagonistes aussi complexes que plaisants. Ils ne sont pas tout noir ou tout blanc (même s’ils penchent plutôt pour le noir) et ils rendent le roman encore plus addictif. Je trouve que chaque personnage est caractérisé par une aura sombre qui les entoure et qui m’a tout simplement subjuguée. Vraiment, ce livre est loin d’être cosy, c’est 100% de la dark fantasy !

Je pense même vouer, un peu, un culte à Jude pour son ambition et sa force de caractère. C’est vraiment une héroïne pour laquelle je suis attachée. Elle est forte mais possède aussi des faiblesses et ça la rend authentique. Elle est cruelle et pourtant elle ressent tellement d’amour. J’adore juste ce genre de personnage contradictoire.

Quant à Cardan, je reste mitigée volontairement parce que disons-le, il n’est pas non plus un ange. Même le fait qu’il ait une vie dure (Spoiler→il se fait battre, il est rabaissé sans arrêt par sa famille et vit dans un milieu où il pourrait perdre la tête à tout moment) ne m’a pas vraiment rendue plus attachée à lui. Le fait qu’il ne soit pas totalement développé dans ce 1° tome joue aussi sur la perception que j’ai de lui. Il me semble que son personnage promet beaucoup de choses dans le tome suivant et à ce moment-là, peut-être pourrais-je l’apprécier autant que Jude.

Enfin, je considère que l’un des personnages les plus intéressants dans ce premier tome était Madoc. Je le trouve très intriguant. Je me demande s’il ne serait pas dans l’incapacité de Spoiler→différencier l’amour à la violence. Et c’est en grande partie  la raison pour laquelle je le trouve incroyable, dans le sens où il est imprévisible et qu’il peut toujours surprendre.  J’espère qu’on le reverra dans le 2° tome.

Après, il y a aussi un autre gros point du roman qui m’a plu mais pas que. Je m’explique. Les relations entre les différents personnages sont très ambigües et me semblent difficiles à cerner. Mais c’est ce qui rend ces liens vraiment fascinants. Par contre, la plupart voire presque toutes les relations sont toxiques. Seule la relation entre Vivi et Jude ne l’est pas et je trouve ça dérangeant. Mais je comprends, en même temps, que cela est une manière de représenter l’état d’esprit des individus, la cruauté des habitants et la politique du royaume. 

Franchement, ce livre frôle le coup de coeur mais quelque chose m'empêche de le considérer comme tel. Peut-être qu'avec le second tome j'aurai vraiment un coup de coeur!

Pour la fin, une petite touche un peu moins sinistre. Je veux écrire sur la beauté de ce livre. L’esthétique du livre est wow ! J’adore la couverture de la jacket, je suis fan des petites illustrations au début de chaque chapitre et ceux entre certains paragraphes et je suis gaga du dessin gravé en couleur or sur la couverture dure du livre. J’aurais réellement pu n’acheter le livre que pour ce dessin tellement je trouve ça magnifique. Tous les Young Adult devraient avoir des illustrations aussi belles sur leurs couvertures dures !

Alex

 

fantasy YA the cruel prince holly black fae

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire