Créer un site internet

Articles de ajigoku78

  • Solitaire [VO]/ L'année solitaire [VF]

    Lu en anglais !

    Autrice : Alice Oseman

    Genre : Contemporain/Romance

    Résumé :

    « On est censés vivre la plus belle période de notre vie. On est jeunes, on est en train de décider de notre avenir (c'est en tout cas ce qu'on nous répète), on a des amis. Mais en fait, tous, on attend que quelque chose change. Becky, ma meilleure amie avec qui je rigole de moins en moins. Lucas, qui réapparaît dans ma vie après toutes ces années. Mon frère Charlie, la plus belle personne que je connaisse. Michael Holden, avec son sourire trop grand. Et moi, la fille la plus misanthrope et pessimiste du lycée. On attend tous que quelque chose change. »

    ______________________________

    AVIS

    Ce livre m’a livré une expérience assez particulière. J’avoue que c’est en lisant Heartstopper que j’ai eu envie de lire Solitaire pour Tori parce qu’en toute honnêteté, Tori is glorious.

     

    Points positifs :

    Tout d’abord, le plus gros point positif de ce roman est la diversité des sujets abordés, surtout sur la santé mentale. Cela peut être dur à lire parfois parce que ça nous prend aux trippes mais j’apprécie que l’autrice en parle. Je ne prétends pas comprendre complétement ce que vivent les personnages mais ça m’a appris des choses et m’a sensibilisé sur certains aspects de ces sujets.

     

    Tori est un personnage qui m’avait déjà plu dans Heartstopper donc forcément, je me suis tournée vers Solitaire en espérant en apprendre davantage sur elle. Et pour le coup, je ne suis nullement déçue : dans ce livre, on peut découvrir une facette bien plus sombre et torturée de Tori qui reste malgré tout la reine du sarcasme.

     

    J’ai vraiment trouvé adorable la relation entre Tori et Michael, aussi tumultueuse qu’elle soit. Je trouve qu’ils se complètent mais surtout qu’ils s’apprécient mutuellement et respectueusement. Cette romance est passée crème.

     

    L’ambiance, surtout dans la seconde partie du livre est… particulière. Du coup, je ne sais pas si c’est bien fait (notamment pour représenter le trouble grandissant en Tori) ou si c’est juste moi et mon cerveau qui ont disjonctés (ce qui n’est pas impossible).

     

     

    Points négatifs :

    Comme mentionné juste avant, l’ambiance et l’intrigue dans la seconde partie du roman sont assez brouillons. Je ne sais pas si c’était l’intention de l’autrice mais en tout cas, les événements partaient tellement dans tous les sens que j’ai bien cru avoir pris sans le vouloir une substance illicite. Beaucoup de questionnements existentiels après ça…

     

    La plume d’Alice Oseman est certes fluide et plutôt simple à lire mais j’avoue que je n’ai pas forcément réussi à apprécier la touche de poésie qu’il y avait en elle. Après, pour ceux qui désirent des citations inspirantes, vous allez être servi.

     

    ______________________________

    En général, j’ai quand même eu cette impression où l’intrigue était sous forme d’esquisse et puis il faut dire que c’est très dramatique. Après, je me dis qu’avec tous les shootings dans les écoles américaines, le jeu Solitaire n’est peut-être pas si étrange que ça.

    Alex

  • Dead Time [Elvira Time #1]

    Auteur : Mathieu Guibé + Marze (illustrations)

    Genre : Fantastique

    Résumé :

    « L’existence des vampires n’est plus un secret pour personne. Alors que le tout Hollywood les décrit comme les amants du siècle, notre bon vieux gouvernement des États-Unis a tranché. Chaque rejeton aux dents longues se verra proposer un choix : se référencer auprès des autorités et survivre comme un animal en cage ou rester libre et se faire traquer par des chasseurs de primes rémunérés par l’état. Perso, je préfère la deuxième solution. C’est beaucoup plus lucratif pour mes finances depuis que j’ai hérité de l’entreprise familiale. Le problème, c’est qu’à 17 ans, je suis encore enchainée au lycée et je dois concilier cours de math et exécutions sommaires. D’aucuns diront que j’ai la fâcheuse tendance à ramener plus de boulot au bahut que je ne rapporte de devoirs à la maison. C'est pas faux.

    Alors voyez-vous, quand on doit gérer tous ces vampires attirés par le miasme hormonal émanant de mon école et qu'en plus, on s'appelle Elvira, la vie n’est pas simple.

    Une ado qui se plaint de son calvaire quotidien ? Rien de neuf à l’horizon, me direz-vous. Mais croyez-moi, je sais garder les pieds sur terre. Ma vie aurait pu être bien pire : j’aurais pu être un de ces monstres et me retrouver du mauvais côté de mon pieu. »

    _____________________________

    AVIS

    Que de recommandations et d’éloges pour cette saga par Julie et Lilly ! Forcément, j’ai acheté les 4 tomes disponibles dès que je suis entrée dans le salon du livre de Montreuil (100% la faute de celles mentionnées avant) et me voilà, un premier tome déjà terminé.

     

    Points positifs :

    Le sarcasme. Être dans la tête d’Elvira, c’est comme se prendre 1 heure de détente auprès d’une conversation entre deux cyniques. Vous vous demandez sûrement dans quel monde on peut bien associé « détente » avec « sarcasme » et « cynisme » : *ding-ding-ding* Correct ! Dans le mien.

     

    Plus sérieusement, j’ai adoré suivre Elvira qui est un personnage impulsif, violent qui change des protagonistes que je rencontre habituellement (non, je ne lis pas encore de dark fantasy sinon ma remarque ne marcherait pas). Malgré cela, elle reste une ado et ça se voit. J’ai aimé le constraste entre son côté chasseuse de vampires et son côté adolescente en pleine puberté au self-control inexistant.

     

    Outre Elvira, j’ai aussi apprécié les autres membres du Elvigang : c’est surtout le trio Elvira/Ludwig/Belinda qui m’a fait sourire. J’adore voir comment trois personnalités diamétralement opposées se clashent pour donner un trio épic.

     

    Mention honorable pour Jericho qui reste assez mystérieux : j’ai vraiment hâte de voir son rôle dans les prochains tomes. Et aussi : AAAAAAAAAH !!!! Spoiler→Pourquoi les meilleurs clamsent en premier ?!

     

    La réinterprétation du mythe du vampire dans Elvira Time est assez originale et surtout intrigante. J’ai apprécié que l’auteur ait essayé d’expliquer de manière scientifique le pourquoi du comment les vampires sont apparus au lieu de juste poser les règles sans explication. Bon après, dur de pouvoir totalement expliquer le phénomène quand on parle de fiction. Mais malgré le fait que cela reste vague, la théorie de la mutation n’est pas mal, surtout qu’en soi, on aime bien utiliser cette justification pour tous les trucs qu’on ne comprend pas.

     

    En tout cas, félicitations à Mathieu Guibé pour nous avoir pondu une intrigue intéressante au rythme soutenu et à la plume addictive ! Et les illustrations sont top!

     

     

    Points négatifs :

    Le sarcasme continuel. Quoi ?! Comment ça le sarcasme ?! Ce n’était pas justement un point positif ? Tu commences à divaguer ? Et bien non, pas encore fort heureusement. La différence se trouve dans l’adjectif « continuel ». D’un point de vue objectif (et quand je dis « point de vue objectif » c’est-à-dire celui d’une personne normale avec un seuil de tolérance à l’humour cinglant normal), le sarcasme sans interruption d’Elvira pourrait paraître… lourd. Et une surdose pourrait malheureusement arriver.

     

    Pour finir, je dirais que le rythme soutenu du roman est à double tranchant. Je m’explique : comme c’est le cas avec Percy Jackson de Rick Riordan, il se passe tellement de choses en un laps de temps si court que je pense ne retenir que deux-trois éléments au maximum. Et ce n’est pas exactement la faute du roman du coup, mais plutôt celle de mon cerveau déjà sénile.

     

    _____________________________

    En conclusion, un très bon début pour une saga qui s’annonce explosive et sanglante (littéralement) !

    Alex

  • Jade Fire Gold

    Lu en anglais !

    Autrice : June CL Tan

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “In an empire on the brink of war...

    Ahn is no one, with no past and no family.

    Altan is a lost heir, his future stolen away as a child.

    When they meet, Altan sees in Ahn a path to reclaiming the throne. Ahn sees a way to finally unlock her past and understand her arcane magical abilities.

    But they may have to pay a far deadlier price than either could have imagined.”

    _______________________________

    AVIS

    Points positifs :

    Ce livre avait vraiment tout pour être un coup de cœur : l’univers un peu wuxia, plusieurs couples qui avaient l’air trop mimi, une intrigue qui certes n’était pas des plus originales mais qui avait l’air d’être entraînante, un objet-livre d’une beauté incroyable (merci Fairyloot) et enfin, une plume fluide. Bon, effectivement, les éléments que j’ai cités plus tôt ne sont pas incorrects mais il m’a manqué quelque chose. Ce n'était pas une lecture qui ne m'a pas mis sur le bord de la chaise par exemple. 

     

    Ahn est une protagoniste qui est attachante par rapport aux liens qu’elle a avec sa famille. Que ce soit avec sa grand-mère (qui est adorable d’ailleurs) ou avec son père (Spoilerdécidément moins adorable). J’ai surtout apprécié lire l’évolution d’Ahn : d’une jeune fille du désert cachant ses pouvoirs et vivant dans la peur de se faire prendre à une femme qui a appris à être courageuse et confiante en elle. Je l’ai trouvée quand même un peu agaçante par moments mais c’est compréhensible par rapport aux circonstances (Spoilerforcément, quand on vient d’être réunie avec son papounet chéri qui est LE général de l’empire, t’as envie de le rendre fière et cela, à tout prix).

     

    Quant à Atlan, j’ai bien aimé son côté assez edgy mais il ne m’a marquée tant que ça. Je me souviens surtout qu’il est passé de « prince mystérieux et rebel en recherche de vengeance » à « un love interest lambda ». Déçue de son évolution en tant que personnage je l'avoue.

     

    Ce que j’ai surtout aimé dans ce roman, ce sont les relations entre les personnages. Je ne parle pas forcément de la romance (qui à une fin pas trop clichée, ce que j'apprécie) mais juste des interactions entre eux. J’ai vraiment adoré le trio Atlan, Ahn et Tang Wei avec Tang Wei la meilleur entremetteuse.

     

     

    Points négatifs :

    Les personnages surtout principaux sont sympathiques mais sans plus malheureusement. Je me suis quand même un peu attachée à eux ainsi qu’aux autres personnages plus secondaires (Je me désigne garde du corps de Tai Shun, cinnamon roll à protéger à tout prix!). J’ai apprécier que l’autrice ait essayé de nous donner des personnages diversifiés en terme de personnalités mais c’est vrai que c’est très cliché et pas forcément intriguants.

     

    Déjà, le rythme est assez lent au départ et il y a énormément d’informations à intérioriser en peu de temps, notamment pour poser les bases de la politique et de l’univers (en gros, chapitre 2, l’autrice a décidé de jeter le plus d’infos possibles). Le rythme reprend un tempo plus rapide dans la seconde partie du roman heureusement.

     

    L’intrigue n’était pas incroyable mais elle m’a au moins donné envie de continuer ma lecture mais je dois avouer que la fin est décevante. Le rythme est surtout mal dosé : une scène importante qui devrait émouvoir les lecteurs/lectrices prend moins de temps qu’une scène de shopping au marché du village : c'est mal équilibré. Donc on sentait le climax arriver mais il n’est en fait jamais arrivé.

     

    _______________________________

    En conclusion, une lecture qui aurait pu être un coup de cœur mais qui possède malheureusement des défauts qui m’ont empêchée d’apprécier totalement ma lecture.

    Alex

  • So this is ever after

    Lu en anglais !Coup de coeur 2

    Auteur(e) : F.T. Lukens

    Genre : Romance/Fantasy

    Résumé :

    “Arek hadn’t thought much about what would happen after he completed the prophecy that said he was destined to save the Kingdom of Ere from its evil ruler. So now that he’s finally managed to (somewhat clumsily) behead the evil king (turns out magical swords yanked from bogs don’t come pre-sharpened), he and his rag-tag group of quest companions are at a bit of a loss for what to do next.

    As a temporary safeguard, Arek’s best friend and mage, Matt, convinces him to assume the throne until the true heir can be rescued from her tower. Except that she’s dead. Now Arek is stuck as king, a role that comes with a magical catch: choose a spouse by your eighteenth birthday, or wither away into nothing.

    With his eighteenth birthday only three months away, and only Matt in on the secret, Arek embarks on a desperate bid to find a spouse to save his life—starting with his quest companions. But his attempts at wooing his friends go painfully and hilariously wrong…until he discovers that love might have been in front of him all along.”

    ___________________________________

    Avis : Je vais être honnête dès le départ : ce livre est loin d’être parfait. Mais qu’est-ce que ça m’a fait du bien de le lire !

     

    Points positifs :

    J’ai tout de suite su en lisant le résumé que j’allais adorer ce livre. Pourquoi ? Parce que mon humour est aussi bordélique que celui dans ce bouquin ! Je me suis vraiment amusée lors de cette lecture. Il y a eu d’innombrables moments où j’ai ri à cause de circonstances improbables. Et des circonstances improbables, il y en a son lot dans ce livre : faut dire que quand l’idée de départ c’est « tu dois draguer quelqu’un pour lier ton âme avec pour toujours sinon tu crèves », cela peut mener à des situations assez désespérées.

     

    Les personnages sont vraiment attachants, je trouve. Surtout Arek. J’ai vraiment apprécié tous les personnages de l’équipe (Arek, Matt, Lila, Rion, Sionna et Bethany) ainsi que leur dynamisme. Ils sont tous adorables et j’adore la relation qui s’est construite au sein de ce groupe, même si malheureusement on ne voit pas la construction en elle-même (je ne serais pas contre des mini-nouvelles qui racontent leurs aventures).

     

    Parlons maintenant romance (parce qu’en toute honnêteté, 80% du livre tourne autour de ça donc ne vous attendez pas à autre chose) :

    • Ce cher Arek est un peu du type « Percy Jackson » : le protagoniste qui cache sa détresse et son anxiété derrière des blagues et du sarcasme (ce qui les rend fortement attachants et me donne envie de les protéger à tout prix) et qui franchement, devrait lire beaucoup plus de shoujo parce que comment est-ce qu’ils font pour être aussi oblivious en amour?! Leurs âme-sœurs pourraient écrire sur leur front « je t’aime » qu’ils ne comprendraient rien.
    • Matt est choupi aussi. Il a tendance à se renfermer sur lui-même quand ça ne va pas, à garder cacher ses sentiments et malheureusement, il n’est pas non plus du genre à partager ses états d’âmes.

    Bon, vous comprenez que niveau communication, on peut faire beaucoup mieux que ces deux-là. Et comme le roman se base sur les quiproquos, je ne vous fais pas dire le nombre de malentendus entre eux. Je comprends que cela puisse frustrer certaines personnes. Mais heureusement, autre que leur communication désastreuse à en faire pleurer, il y a aussi des moments de tendresse et de plaisanteries (banter) que j’ai adoré lire ! On voit leur proximité en tant que meilleurs amis avant tout et ça fait plaisir.

     

    J’ai apprécié les nombreuses représentations dans ce livre au niveau de la sexualité et des genres : il y a beaucoup de diversité et c’est juste normal dans cet univers. Je tiens à le souligner parce que souvent, dans les contemporains/romances, quand quelqu’un fait partie de la communauté LGBTQIA+, ça devient une « caractéristique ».

     

    Au niveau de la plume, elle est fluide et simple à lire. Cela permet une lecture sans prise de tête.

     

    Points négatifs :

    Bon, je n’aime pas trop dire ça mais comme c’est une « romance dans de la fantasy », il ne faut pas s’attendre à un univers développé, à une politique recherchée ou à une intrigue complexe. Ce livre donne cette impression de surface dans sa globalité même s’il y a un peu d’approfondissement des personnages et des relations. En soit, il n’y a pas d’évolution apparente au niveau du caractère d’Arek & Co. En plus, il y a certaines incohérences au niveau du système de magie autour du trône et du droit de succession.

     

    Si on n’accroche pas à l’humour, je pense que ça peut vite devenir lourd. De même, il y a certaines descriptions qui sont répétitives donc un peu agaçantes (je parle plus précisément de comment Arek décrit Matt en utilisant quasiment toujours la même description avec quelques paraphrases).

     

    Mini-spoilerPour ceux qui ne sont pas habitués aux shoujo ou comédies romantiques, le gros malentendu peut exaspérer parce qu’il n’est résolu qu’à la toute fin, vous êtes avertis !

    ___________________________________

    En conclusion, pour les fans de comédies romantiques/shoujo, c’est parfait ! So this is ever after est autant hilarant que frustrant avec des personnages attachants et deux idiots en romance sur la couverture !

    Alex

  • Pour l'amour du pho (A phở love story)

    Lu en anglais !

    Autrice : Loan Le

    Genre : Romance

    Résumé :

    « Cela fait des années que les Mai et les Nguyen se livrent une compétition acharnée pour savoir qui détient le meilleur restaurant de pho. À cause de cela, Linh et Bao se sont toujours évités. Mais même sans se côtoyer, tous deux savent que ce conflit dépasse le cadre d'une simple rivalité entre familles et trouve ses origines dans des blessures plus profondes. Quand par chance, Linh et Bao se retrouvent à devoir travailler ensemble, ils se rendent immédiatement compte qu'ils peuvent devenir amis... et bien plus. Est-il possible pour eux de vivre leur amour malgré l'histoire et les conflits qui opposent leurs familles ? »

    _______________________________

    Avis : Un très bon moment passé au côté de Linh et Bảo. Étant enfant de parents vietnamiens aussi, ce roman m’a particulièrement touchée et c’est limite flippant à quel point j’ai pu me projeter dans cette histoire.

     

    Points positifs :

    Ça a été une lecture très feel-good, cosy et sans prise de tête. Le fait que ce soit sur une réécriture de Roméo et Juliette, ça m’a fait un peu peur au début mais au final, c’est passé crème. Ça se lit aussi super bien et c’est fluide (enfin… Je dis ça du point de vue de quelqu’un qui comprend le vietnamien).

     

    Je trouve que le plus gros point positif de ce livre, ce sont les sujets abordés. Des sujets qui vont parler à presque tout le monde : la pression, les attentes des parents, la peur de les décevoir, trouver sa voie, avoir le courage de l’annoncer. Et puis des sujets qui vont parler à un lectorat en particulier : l’immigration suite à la guerre du Vietnam, les membres de la famille qui sont restés là-bas, les enfants de ces immigrants qui ne sont jamais retournés au Vietnam, le racisme. Ce sont tous des thématiques que j’ai adoré retrouver dans cette lecture.

     

    Sinon, j’ai aussi apprécié les personnages. Je trouve Linh et Bảo très mignons. Sur le coup, je trouve que Linh est le personnage qui évolue le plus et qui reste la plus touchante. Mais je pense que si je devais choisir mon personnage préféré, ça serait Evie, la grande soeur de Linh, parce qu’elle est moi. Et du coup forcément, comme je m’aime XD et bien j’aime Evie ! Plus sérieusement, c'est un personnage à lequel je m'identifie énormément même si on ne la voit pas beaucoup.

     

    La romance aussi est vraiment plaisante à lire. Je ne le dirai jamais assez mais j’aime tellement lire des relations saines. Le soutien apporté par chacun pour l’autre, c’est beau.

     

    Je tiens à mentionner que ça m'a fait plaisir de voir des phrases vietnamiennes bien orthographiées. Je sais que toutes les langues n'ont pas le droit à ce traitement (*tousse* le coréen avec The Beautiful *tousse*) donc chapeau à l'autrice. 

     

    Points négatifs :

    L’histoire n’est pas innovante et les personnages secondaires sont peu approfondis mais ce n’est pas gênant. Je m’attendais de toute façon à ça.

     

    Les phrases en vietnamien : de mon point de vue, ce n’est que du positif parce que ça m’a fait réviser mon vocabulaire et améliorer ma compréhension écrite. Mais si je me mets à la place de la majorité des lecteurs/lectrices, je me dis que ça doit être bien frustrant de ne rien comprendre. Et mettre des notes en bas de page aurait été chaotique parce qu’il y a tellement de phrases en vietnamien/de références à la culture que les notes auraient pris ¼ de la page. Malgré ça, un petit lexique à la fin du livre n’aurait pas été plus mal, surtout pour des mots ou expressions hyper courants comme D = oui ou Không = non.

     

    _______________________________

    En conclusion, une histoire qui m’a touchée de par mes origines et de par mon âge (jeune adulte). Je me suis énormément projetée dans ce livre à cause de ça et ça rend mon avis, je pense, peu objectif.

    Alex

    Pour ceux/celles intéressé(e)s, je vais mettre dans le tableau suivant les traductions de quelques phrases/expressions non données dans le livre : (à noter, je ne suis pas une pro de la traduction)

    Trad viet

     

  • Heaven Official's Blessing #2 (Tian Guan Ci Fu)

    Tgcf 2Lu en anglais!

    Autrice : Mo Xiang Tong Xiu

    Genre : Xianxia (Fantasy chinoise)

    Résumé :

    “Xie Lian has confirmed that the bewitching youth San Lang is actually Hua Cheng, one of the Four Calamities and a supreme ghost despised by all heavenly officials. Still, he has trouble matching the terror of his companion’s reputation with the charming, clever, and protective young man he’s come to know.

    When a distress signal leads Xie Lian into Ghost City, a bustling metropolis containing all the horrors and delights of the dead, he sees Hua Cheng in his element—and his true form—for the first time. But despite their chemistry and care for one another, there are missions to fulfill and secrets to uncover, and Xie Lian’s centuries of troubled history are never far behind.”

    _______________________________

    Avis : Une suite que j’ai tout de suite lue après le tome précédent et je ne suis pas déçue !

     

    Points positifs :

    On continue de suivre Xie Lian dans ses péripéties et c’est à la fois hilarant et déprimant. En effet, dans ce tome, on se concentre davantage sur le passé de Xie Lian et je peux vous dire que ce n’était pas le monde des bisounours. En tout cas, cela approfondit la personnalité de ce dernier et on découvre une réelle évolution. Xie Lian étant Xie Lian, la bienveillance est une constante dans sa vie et son auto-dérision est toujours au rendez-vous. Malgré tout, on voit qu’il a pas mal changé : confiant et téméraire par le passé, Xie Lian montre une attitude bien plus défaitiste et fataliste désormais. Cela me rend triste à chaque fois que je vois à quel point il a perdu confiance en lui et en son jugement.

     

    Pour les personnes qui voulait voir plus de romance, vous allez être gâtés dans ce tome ! Mais pas trop quand même, évitons les caries. Mais c’est vrai que la relation entre Xie Lian et SpoilerHua Cheng ne cesse de s’épaissir et on ne peut s’empêcher de se demander ce qui a bien pu les lier.

     

    L’écriture est toujours aussi agréable à lire et l’intrigue est vraiment sympa : toujours en deux parties, chaque histoire se concentre sur des aspects différents du passé de Xie Lian tout en développant l’univers, notamment grâce à la petite visite dans la « cité des fantômes » ou encore au Royaume de Xianle.

     

    Petite mention pour les personnages secondaires qui prennent doucement de la profondeur. On en apprend aussi un peu plus sur les relations et leur passé. J’ai vraiment hâte d’en savoir plus sur eux.

     

    Points négatifs :

    Étant incapable de rédiger une chronique objective, je vous laisse deviner que cette section va être très courte (non non je n’essaye pas de coudre des phrases à rallonge pour essayer de remplir un peu cette espace… Bon… Peut-être que si ?) : le rythme n’est pas des plus rapides. Voilà !

     

    _______________________________

    En conclusion, une très bonne suite qui approfondit les personnages et l’intrigue. Qu’une hâte : mettre la main sur le 3ème tome et le dévorer !

    Alex

  • Heaven Official's Blessing #1 (Tian Guan Ci Fu)

    Tgcf 1Lu en anglais !

    Autrice : Mo Xiang Tong Xiu

    Genre : Xianxia (Fantasy chinoise)

    Résumé :

    “Born the crown prince of a prosperous kingdom, Xie Lian was renowned for his beauty, strength, and purity. His years of dedicated study and noble deeds allowed him to ascend to godhood. But those who rise may also fall, and fall he does--cast from the heavens and banished to the world below.

    Eight hundred years after his mortal life, Xie Lian has ascended to godhood for the third time, angering most of the gods in the process. To repay his debts, he is sent to the Mortal Realm to hunt down violent ghosts and troublemaking spirits who prey on the living. Along his travels, he meets the fascinating and brilliant San Lang, a young man with whom he feels an instant connection. Yet San Lang is clearly more than he appears... What mysteries lie behind that carefree smile?”

    ______________________________

    Avis : C’était trop bien ! Et puis quel bel objet-livre !

     

    Points positifs :

    La première chose que j’ai remarqué en lisant ce livre, c’est à quel point j’accroche au style d’écriture. Je ne sais pas si c’est dû à la traduction mais ça se sent que ça a été écrit/traduit avec plaisir. Limite, je me demandais parfois si ce n’était pas un(e) fan qui avait fait la traduction tellement ça transpire le fun ! Ce fut une surprise et une bonne. Disons que je m’attendais à une écriture un peu plus « classique » qu’on retrouve normalement dans les livres de fantasy. Enfin bref, concernant la plume, je dirais que soit on aime soit on déteste : moi, j’ai adoré !

     

    En ce qui concerne les personnages, nous suivons donc Xie Lian et il est tellement attachant ! Ayant déjà vu le donghua, je me suis déjà préalablement attachée à lui et autres personnages mais c’est vrai que pouvoir lire ses pensées est un bonheur sans aucun doute : c’est de l’auto-dérision et du sarcasme en permanence et je suis complétement fan !

     

    En ce qui concerne la romance, il ne faut pas s’attendre à en voir tout de suite. Ça prend bien son temps et c’est encore mieux. Malgré tout, on perçoit des petits indices parsemés dans les gestes et paroles : ça se savoure.

     

    L’intrigue est divisée en deux parties : la première concerne un fantôme voleur de mariées et la deuxième partie concerne une soi-disant ville hantée. Comme « ayant déjà vu le donghua » bis, on ne peut pas dire que j’ai été surprise par les retournements de situation mais ça ne change rien au fait que ces histoires sont plaisantes. La 1ère histoire met bien les bases de l’univers en place et la 2ème s’attarde davantage sur la notion de guerre, sur la notion de justice et de bien/mal en général.

     

    L’univers n’est pas des plus originals et repose sur la base du xianxia, un genre de fantasy chinoise. Mais cela reste néanmoins développé et malgré les très nombreux termes chinois qui peuvent porter à confusion, il y a à la fin du livre une sorte de dossier avec des explications sur les termes, les prononciations et autres. C’est un très bel objet livre et complet.

     

    Points négatifs :

    Le rythme est assez lent, surtout le début. Et comme dit précédemment, si on ne connaît pas un peu déjà l’univers du xianxia, les premiers chapitres peuvent être très lourds à lire et intérioriser toutes les informations peut s’avérer être assez difficile.

     

    ______________________________

    En conclusion, une très bonne lecture en compagnie de Xie Lian et un bon début qui annonce une suite palpitante !

    Alex

  • The Righteous [The Beautiful #3]

    Lu en anglais !

    Autrice : Renée Ahdieh

    Genre : Romance/Fantasy

    Résumé :

    “Pippa Montrose is tired of losing everything she loves. When her best friend Celine disappears under mysterious circumstances, Pippa resolves to find her, even if the journey takes her into the dangerous world of the fae, where she might find more than she bargained for in the charismatic Arjun Desai.”

    ____________________________

    Avis : Une meilleure lecture que le tome 2 (pas très difficile à ce stade) !

     

    Points positifs :

    J’ai aimé retrouver le personnage de Pippa en tant que protagoniste. Je l’aimais déjà plutôt bien dans le tome 1 (ma faiblesse pour les cinnamon rolls), et pouvoir apprendre davantage sur elle fut un plaisir. On découvre son passé, le pourquoi du comment elle agit d’une telle manière et on se rend compte que Pippa, à sa manière, essaye juste de survivre et de protéger ceux qu’elle aime dans une époque où les femmes ne sont que les propriétés des hommes. Et je trouve que le contraste entre elle et Céline est intéressant : on voit un peu l’héroïne typique YA en Celine qui ne veut pas respecter les règles et qui « n’est pas comme les autres femmes » alors qu’avec Pippa, je trouve qu’on a une version plus réaliste par rapport à la mentalité.

     

    Par rapport à Arjun, étant un personnage venant de Bombay, la question du racisme est traité avec lui. Son passé aussi est touchant mais c’est vrai qu’il m’a moins marquée.

     

    Au niveau de l’intrigue, ce n’est toujours pas incroyable mais c’est mieux que ce qu’on avait dans le tome précédent donc bon. Malgré tout, la fin annonce tout de même une suite explosive. À vérifier.

     

    Points négatifs :

    La romance ne m’a fait ni chaud ni froid. Elle est mignonne en vrai mais je trouve qu’elle manque d’une étincelle qui rendrait l’ensemble plus marquant et plus attachant.

     

    Les chapitres du point du vue de Sébastient et Celine sont, je pense, inutiles. Je trouve que l’autrice aurait pu enlever ces trentaines de pages et ça n’aurait pas changé grand-chose. Autant j’appréciais les chapitres du PDV de Sébastien dans le 1er tome, autant ici, je les trouve peu intéressantes. Et je ne parle même pas des chapitres du PDV de Michael ou même Emlilie.

     

    Le rythme est toujours lent. L’intrigue s’améliore mais dans sa construction, elle reste assez brouillonne sans même être complexe.

     

    ____________________________

    En conclusion, une lecture sans prise de tête avec un peu de fraîcheur grâce au nouveau duo Pippa et Arjun.

    Alex

  • The Damned [The Beautiful #2]

    Lu en anglais !

    Autrice : Renée Ahdieh

    Genre : Romance/Fantasy

    Résumé :

    “Following the events of The Beautiful, Sébastien Saint Germain is now cursed and forever changed. The treaty between the Fallen and the Brotherhood has been broken, and war between the immortals seems imminent. The price of loving Celine was costly. But Celine has also paid a high price for loving Bastien.

    Still recovering from injuries sustained during a night she can’t quite remember, her dreams are troubled. And she doesn’t know she has inadvertently set into motion a chain of events that could lead to her demise and unveil a truth about herself she’s not quite ready to learn.

    Forces hiding in the shadows have been patiently waiting for this moment for centuries. And just as Bastien and Celine begin to uncover the danger around them, they learn their love could tear them apart.”

    ________________________________

    Avis : Je préviens tout de suite, cette lecture fut une grosse déception.

     

    Points positifs :

    J’ai apprécié le développement au niveau du personnage de Sébastien, qu’on retrouve un peu en tant que « protagoniste » dans ce tome. De même, pour les relations entre les membres de la Cour des Lions qui sont approfondies dans ce 2ème tome.

     

    Le style d’écriture, bien qu’un mélange de franglais avec un peu d’italien et d’espagnol, reste fluide et permet une lecture rapide sans prise de tête.

     

    L’univers est un peu plus approfondi notamment par rapport à la structure « monde des humains » et « monde des Fae », où on apprend un peu plus sur l’histoire des vampires et loup-garous.

     

    Points négatifs :

    L’intrigue est décévante. Déjà que le rythme n’est pas super rapide, si en plus l’intrigue est plate, ça donne envie de fermer le livre plutôt que de l’ouvrir. Je ne dis pas qu’il ne se passe rien, je dis juste que quand ça commence enfin à bouger, l’action n’est pas des plus excitantes. Et ne parlons même pas de la fin que je trouve d’une incohérence incroyable : elle détruit autant le développement fait autour de la relation fraternelle entre Sébastien et la Cour qu’elle détruit les personnages en eux-mêmes (Spoilersi quelqu’un peut m’expliquer ce qui a bien pu se passer dans la tête de l’autrice pour que l’oncle meurt d’une façon aussi peu marquante, je suis preneuse).

     

    Le personnage du « méchant » qui est Spoilerdonc la sœur de Sébastien comme on l’apprend à la fin du 1er tome est semblable à l’intrigue… C’est-à-dire d’une fadeur excessive. Je trouve ce personnage inintéressant, voire stéréotypé et sans réel profondeur. Si seulement j’avais pu ne serait-ce que m’attacher, peut-être que j’aurais pu trouver des qualités.

     

    Au niveau de la romance, je trouve qu’elle perdu la petit étincelle qui m’avait autant plu dans le 1er tome. En plus, on ne voit pas beaucoup Céline et quand on la voit, elle ressemble plus à une demoiselle en détresse qu’autre chose.

     

    ________________________________

    En conclusion, un 2ème tome qui donne une impression de fadeur et un manque de profondeur dans sa globalité. Quelques éléments restent néanmoins appréciables.

    Alex

  • The Beautiful #1

    Lu en anglais !

    Autrice : Renée Ahdieh

    Genre : Romance/Fantasy

    Résumé :

    “In 1872, New Orleans is a city ruled by the dead. But to seventeen-year-old Celine Rousseau, New Orleans provides her a refuge after she's forced to flee her life as a dressmaker in Paris. Taken in by the sisters of the Ursuline convent along with six other girls, Celine quickly becomes enamored with the vibrant city from the music to the food to the soirées and—especially—to the danger. She soon becomes embroiled in the city's glitzy underworld, known as La Cour des Lions, after catching the eye of the group's leader, the enigmatic Sébastien Saint Germain. When the body of one of the girls from the convent is found in the lair of La Cour des Lions, Celine battles her attraction to him and suspicions about Sébastien's guilt along with the shame of her own horrible secret.

    When more bodies are discovered, each crime more gruesome than the last, Celine and New Orleans become gripped by the terror of a serial killer on the loose—one Celine is sure has set her in his sights . . . and who may even be the young man who has stolen her heart. As the murders continue to go unsolved, Celine takes matters into her own hands and soon uncovers something even more shocking: an age-old feud from the darkest creatures of the underworld reveals a truth about Celine she always suspected simmered just beneath the surface.”

    _____________________________________

    Avis : The Beautiful est une lecture mitigée avec peut-être un peu plus de choses à reprocher qu’à complimenter.

     

    Points positifs :

    J’ai aimé tout d’abord les messages véhiculés dans ce roman : le féminisme, la persévérance, l’acceptation, la bienveillance surtout entre les personnages féminins, et je pourrais faire une liste entière mais on va éviter.

     

    J’ai apprécié suivre la protagoniste Celine qui a du caractère, c’est certain. J’ai autant aimé la voir s’imposer que la voir se faire recadrer. Est-ce une relation haine/amour entre nous ? Possible. Et j’ai aussi aimé Pippa, l’amie de Celine (après tout, c’était certain vu ma faiblesse pour les cinnamon roll). Quant au reste des personnages ? Malheureusement, je ne peux pas dire que j’étais attachée à eux. Pour être honnête, je n’en avais pas grand-chose à faire. Même Odette que je pensais aimer davantage. Concernant Sebastien, c’est le love interest typique c’est-à-dire beau à tomber par terre, charismatique à se mouiller… les yeux et bien sûr un « homme pas comme les autres ». En gros, assez prévisible.

     

    Ce que j’ai le plus apprécié dans le livre je pense, ce sont les relations entre les personnages. Certes, ces derniers en grande majorité ne m’ont fait ni chaud ni froid mais j’avoue avoir aimé leurs interactions. J’ai même ri lors des sessions « clash/flirt » entre Celine et Sebastien. Disons que je ne m’attendais pas à ce que ces deux idiots commencent à se faire des blagues cochonnes et surtout, je ne voulais pas les comprendre (moi et mon innoncence, divorcées depuis 2016).

     

    Dernier point dans cette section, il faut savoir que le texte est un grand mix d’anglais et de français (avec un peu d’espagnol, de coréen et d’italien). Mais contrairement à d’autres livres qui ont aussi essayé de jouer avec ça *tousse* Grim lovelies *tousse*, j’ai été agréablement surprise de voir que pour le pourcentage assez important de français dans le texte, il n’y avait que 2-3 fautes. Et en plus, souvent, ce sont des questions d’accords ou de conjugaison dans des temps composés qui en toute honnêté, sont compliquées même pour des français. Il y a eu aussi quelques phrases grammaticalement correctes mais maladroites. Mais à part ça, rien à y redire.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Alors, sans vouloir vexer personne (sorry not sorry), The Beautiful est ce que j’appelle « une romance dans de la fantasy » : grosso modo, ça signifie que l’univers et l’intrigue allaient être m*rdiques… Et j’ai eu raison ! Le monde est peu développé, les seuls éléments qu’on a viennent des chapitres du point de vue du meurtrier (10 pauvres pages dans un roman de 400 pages). L’intrigue est soit super prévisible soit super aléatoire. Enfin bon, un beau bazar. Mais je reste malgré tout curieuse pour la suite parce que vers la fin, on sent que ça commence à monter en action et que les choses sérieuses débutent.

     

    Comme déjà dit auparavant, les personnages sont sympas mais pas WOW. Même Celine et Pippa ne me marqueront pas. En plus, je préviens mais le rythme du livre est assez lent. Et il ne se passe pas grand-chose pendant un bon tiers du bouquin.

     

    Le texte en lui-même est un gros brodel linguistique : c’est à double-tranchant. Étant française (je suppose que vous l’avez remarqué) et à l’aise à l’anglais, le mélange « franglais » du texte ne m’a pas gênée. Sauf que l’autrice a ajouté de l’espagnol, du coréen et de l’italien au bric-à-brac ! En toute honnêté, ça reste compréhensible mais c’est vrai que du point de vue de quelqu’un qui ne connaît que deux langues par exemple, ça peut être frustrant de ne pas tout comprendre (et je parle même pas pour ceux qui galère avec l’anglais au départ). Le texte devient alors moins fluide. Je pense que l’autrice a essayé d’illustrer la diversité des langues et ethnies au XIXe siècle en Nouvelle-Orléans mais ça ne marche pas super bien, surtout pour les américains (qui souvent ne parlent pas français !).

     

    _____________________________________

    En conclusion, je conseille aux gens qui veulent lire ce livre de le commencer avec comme mentalité que c’est vraiment une ROMANCE dans un monde de fantasy et que du coup, l’autrice se concentrera davantage sur les personnages et les relations que sur l’univers ou l’intrigue. Quant à moi, je reste curieuse pour la suite.

    Alex

  • Enchantment of ravens

    Lu en anglais !

    Autrice : Margaret Rogerson

    Genre : Fantasy/Romance YA

    Résumé :

    « Isobel est une jeune artiste peintre de grand talent, qui travaille pour des clients bien particuliers : les redoutables faés, des créatures immortelles capables de jeter de terribles sorts. Il y a néanmoins une chose que les faés envient terriblement aux humains : leur Art, car eux-mêmes sont incapables de tracer un trait de plume ou de faire cuire du pain sans tomber en poussière. Les tableaux d'Isobel sont très demandés, jusqu'à ce qu'elle reçoive la première commande exceptionnelle d'un membre de la famille royale, Corneille, le prince d'Automne.

    En peignant son portrait, la jeune femme fait une grave erreur : elle le représente avec dans le regard l'éclat d'un chagrin tel qu'en éprouvent seulement les mortels. En trahissant ainsi ce qui est considéré comme une faiblesse chez les Faés, elle a mis Corneille dans une position difficile, qui pourrait lui coûter la vie. Furieux, le prince l'oblige à le suivre jusque dans son royaume pour comparaître devant un tribunal - mais en chemin, ils vont tous deux se retrouver cernés d'ennemis, et contraints de s'en remettre l'un à l'autre pour survivre... »

    ___________________________

    Avis : Mon opinion sur ce livre sera sûrement très subjectif, vous êtes prévenu(e)s !

     

    Points positifs :

    Tout d’abord, j’ai aimé le livre dans sa globalité même si je sais pour autant qu’il possède des défauts, notamment au niveau de l’univers et de l’intrigue. Malgré tout, mon amour pour les personnages rattrape largement la donne.

    J’ai adoré Isobel mais surtout Rook. Je dois dire que pour le coup, si j’avais été dans la situation d’Isobel (ex : quand Rook était en face d’elle pour l’amener au royaume des Faes), mon cerveau serait parti en congé prolongé pour ne jamais revenir et j’aurais suivi Rook comme une idiote. Donc, tout ça pour dire que j’admire Isobel pour sa résolution à faire les choses à sa manière et à se battre jusqu’au bout. Sa détermination est admirable. Quant à Rook, ce mec est… adorable. Je ne vais pas non plus faire un essai mais c’est le genre de personnage que j’aime retrouver même s’il est cliché.

     

    La romance est trop mignonne. Je veux un amour comme ça, les meurtres et manipulations en moins.  J’ai adoré suivre ce couple avec leurs hauts et leurs bas.

     

    Pour un one-shot, je trouve que Margaret Rogerson a réussi à nous donner un univers avec des concepts plutôt intriguants qui auraient pu être très intéressants si développés davantage.

     

    L’écriture de Margaret Rogerson est tellement fluide et agréable à lire. Je l’avais déjà constaté lors de ma lecture de Sorcery of Thorns mais je tiens à le réaffirmer. J’ai lu le livre en une seule journée d’ailleurs.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Assez prévisible mais encore une fois, l’intrigue et l’univers sont malheureusement pas assez exploités. Cela aurait pu donner quelque chose de très bien mais face à la limite qu’impose un standalone, je suis déjà heureuse que ce livre nous ait offert un contenu divertissant. Malgré tout, trop de questions et de détails restent non-résolus et laissés à notre imagination.

    ___________________________

    En conclusion, un presque coup de cœur qui j’espère, aura un jour une suite.

    Alex

  • The bright and the pale #1

    Lu en anglais !

    Autrice : Jessica Rubinkowski

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “Seventeen-year-old Valeria is one of the only survivors of the freeze, a dark magical hold Knnot Mountain unleashed over her village. Everyone, including her family, is trapped in an unbreakable sheet of ice. Ever since, she’s been on the run from the Czar, who is determined to imprison any who managed to escape. Valeria finds refuge with the Thieves Guild, doing odd jobs with her best friend Alik, the only piece of home she has left.

    That is, until he is brutally murdered.

    A year later, she discovers Alik is alive and being held against his will. To buy his freedom, she must lead a group of cutthroats and thieves on a perilous expedition to the very mountain that claimed her family. Only something sinister slumbers in the heart of Knnot.

    And it has waited years for release.”

    ___________________________________

    Avis : Une lecture sympathique avec une bonne ambiance hivernale.

     

    Points positifs :

    L’atmosphère glaciale est bien mise en place. Le sentiment d’oppression et d’adrénaline se font ressentir constamment tout le long de la lecture.

     

    J’ai aussi apprécié l’amitié entre Valeria et Alik en général. Ça fait vraiment du bien de voir une relation où il y a de la communication, même si cela peut donner un sentiment de redondance. Certes, ils se disputent tout le temps mais au moins, ils règlent leurs discordances par le dialogue et progressivement. Disons que ça change des autres romances dans les Young Adult où les deux personnages font la tête pendant 80% du bouquin avant de miraculeusement résoudre tous leurs problèmes relationnels en une seule conversation de 10 lignes.

     

    Ce roman se lit bien et vite. Je l’ai fini en 2 jours (ce qui est pour moi, une lecture rapide). L’écriture est fluide et le rythme est assez soutenu. C’est vraiment une lecture sans prise de tête.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    L’univers est pas mal même si j’aurais apprécié un peu plus d’originalité. Je sais que c’est basé sur de la mythologie slave mais peut-être que je m’attendais à une touche spéciale donnée par l’autrice qui rendrait le tout plus marquant. Malgré tout, j’apprécie les efforts mis dans les recherches :

    “I did spend a lot of time embroiled in Russian mythology, specifically the myths surrounding the brother gods Chernobog and Belobog who the bright and the pale gods are loosely based off of in my novel.” - Jessica Rubinkowski

     

    L’intrigue est, à mon sens, très plate. Pendant 2/3 du livre, c’est juste nos personnages qui vont d’un point A à un point B. Et le dernier tiers, ils sont coincés dans des mines. J’ai l’impression que les réels enjeux ne commencent qu’à la fin du 1er tome et du coup, cette lecture me laisse un sentiment d’insatisfaction. J’espère juste que le 2nd tome sera plus intriguant et moins monotone.

     

    Toujours niveau intrigue, les retournements de situation se voient à 100 km. Et quand je dis que ça se voit de loin, je ne plaisante pas. J’ai pu deviner comment toute l’histoire allait se dérouler : et en toute honnêteté, ça gâche le plaisir de la surprise. Et ne parlons même pas de Valeria Spoilerressuscitant Alik à la fin (*flashback Grisha*).

     

    Au final, je n’ai pas pu m’attacher plus que ça aux personnages. Même Alik ou Chinua qui sont des personnages que j’aurais pu apprécier davantage en temps normal, et bien cela n'a rien donné. Je ne saurais pas dire exactement où est-ce que ça a foiré mais le résultat est là : je n’ai pas eu d’attachement émotionnel.

    ___________________________________

    En conclusion, c’était sympathique, rapide et simple à lire. Malheureusement, je n’étais sans doute pas dans le mood idéal pour apprécier ce roman au maximum de son potentiel.

    Alex

  • The prison healer #1

    The prison healerLu en anglais !

    Autrice : Lynette Noni

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “Seventeen-year-old Kiva Meridan has spent the last ten years fighting for survival in the notorious death prison, Zalindov, working as the prison healer.

    When the Rebel Queen is captured, Kiva is charged with keeping the terminally ill woman alive long enough for her to undergo the Trial by Ordeal: a series of elemental challenges against the torments of air, fire, water, and earth, assigned to only the most dangerous of criminals.

    Then a coded message from Kiva’s family arrives, containing a single order: “Don’t let her die. We are coming.” Aware that the Trials will kill the sickly queen, Kiva risks her own life to volunteer in her place. If she succeeds, both she and the queen will be granted their freedom.

    But no one has ever survived.

    With an incurable plague sweeping Zalindov, a mysterious new inmate fighting for Kiva’s heart, and a prison rebellion brewing, Kiva can’t escape the terrible feeling that her trials have only just begun.”

    _____________________________

    Avis : Une lecture divertissante mais qui a pas mal de défauts.

     

    Points positifs :

    J’ai apprécié suivre Kiva dans sa vie de soignante dans le milieu carcéral. C’est un personnage que je trouve attachant parce que sa vie n’est qu’une suite de dilemmes et de contradictions sans fin : elle doit s’occuper des gens mais doit aussi éviter à tout prix de s’attacher, elle n’est dans aucun camp tout en étant au service de tous et ainsi de suite… Et c’est d’autant plus triste quand tu découvres ce qui s’est passé avec son père et que tu te rends compte à quel point ça a dû être déchirant de savoir que tu peux sauver un être qui t’est cher sans pouvoir le faire.

     

    Y a également les autres personnages secondaires que j’ai aimé comme le love interest Jaren ou encore le cinnamon roll Tipp (j’étais en train de stresser tout le long de la lecture parce qu’on sait tous qu’il y 90% de chance que le cinnamon roll meurt à la fin). J’ai beaucoup aimé l’amitié entre Kiva et Naari ou encore l’amour fraternel voire maternel entre Kiva et Tipp.

     

    Quant à la romance, elle est mignonne bien que banale mais je préfère ça qu’une romance toxique ou avec du mélodrame tout le temps.

     

    L’ambiance et le style d’écriture étaient bien aussi. Je me sentais oppressée par l’atmosphère à certains moments (logique dans une prison) et la plume de l’autrice permet de faire une lecture fluide au rythme assez soutenu, sans prise de tête.

     

    Point bonus : le nouveau système d’alphabet que j’ai trouvé sympa à décrypter.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Il y a malheureusement des incohérences que je n’ai pas comprises. Exemples : 

    DEBUT SPOILERS!!!

    • À chaque nouvelle épreuve, la « team Kiva » (Kiva + Jaren + Tipp + Naari + Mot) se réunit et essaye de trouver en quoi consistera le challenge à venir. Pour celle de l’air, le jury a pris au sens littéral la chanson « I believe I can fly ». Pour celle du feu, le jury a cru que Kiva était une dinde à rôtir. À ce stade-là, je veux bien croire que les épreuves avaient une part d’originalité et que ce n’était pas forcément évident de savoir ce qui allait se passer. Mais pour l’épreuve de l’eau... Que Kiva pense que l’épreuve soit de nager sur une certaine distance, pourquoi pas ? Mais que PERSONNE ne pense que ça puisse être de l’apnée, ça, je comprends moins. Et puis pour la dernière épreuve, l’originalité a pris son congé payé en faisant un doigt d’honneur.
    • Chose que certains lecteurs ont remarqué aussi : les épreuves sont censées être divertissantes pour le public. Or va falloir expliquer pourquoi seule l’épreuve de l’air est visible par ce fameux public. Non mais parce que les 3 dernières épreuves sont aussi intéressantes que moi en train de lire un livre fermé.
    • De plus, la narration pourrait sembler normale au premier abord mais les retournements de situation de la fin remettent tout en cause. On est supposément dans la tête de Kiva. Et bim, le problème est là. Il est révélé à la fin que la reine des rebelles est en fait la mère de Kiva et que du coup, Kiva avait prévu depuis le début de suivre les traces de sa famille dans la rébellion. Certes, pourquoi pas ? Après tout, je n’ai rien vu venir. MAIS EN FAIT, c’est parce que Kiva s’auto-censure dans ses pensées. Fortiche la fille-fille hein ? Plus sérieusement, à quel moment tu désignes ta mère par « cette femme » ou encore « la femme » dans TA tête? À quel moment ?!

    FIN SPOILERS!!!

     

    L’intrigue est malheureusement aussi prévisible que de savoir que le Roquefort, ça pue. Que ce soit le coup de la vraie identité du prince, ou encore le truc avec l’épidémie : prévisible.

     

    Outre les incohérences et l’intrigue prévisible, j’ai trouvé qu’il y avait parfois des répétitions qui sont vraiment agaçantes. Répéter les trois mêmes lignes « Keep her alive. We are coming. Blablabla. » toutes les 5 pages : c’est abusé non ? Je veux bien comprendre que Kiva le répète dans sa tête pour s’accrocher à un espoir mais nous lecteurs, épargne-nous. Que l’autrice écrive juste que Kiva dit son mantra dans sa tête tous les dimanches et puis basta !

    _____________________________

    En conclusion, une lecture agréable mais qui ne restera pas marquante avec ses qualités et ses défauts qui s’équilibrent.

    Alex

  • Finale [Caraval #3]

    Lu en anglais !

    Autrice : Stephanie Garber

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “It’s been two months since the last Caraval concluded, two months since the Fates were freed from an enchanted deck of cards, two months since Tella saw Legend, and two months since Legend claimed the empire’s throne as his own. Now, Legend is preparing for his official coronation and Tella is determined to stop it. She believes her own mother, who still remains in an enchanted sleep, is the rightful heir to the throne.

    Meanwhile, Scarlett has started a game of her own. She’s challenged Julian and her former fiancé, Count Nicolas d’Arcy, to a competition where the winner will receive her hand in marriage. Finally, Scarlett feels as if she is in complete control over her life and future. She is unaware that her mother’s past has put her in the greatest danger of all.

    Caraval is over, but perhaps the greatest game of all has begun—with lives, empires, and hearts all at stake. There are no spectators this time: only those who will win...and those who will lose everything.”

    _____________________________

    Avis : Ce dernier tome de la trilogie Caraval finit en beauté cette aventure… Avec quelques petits défauts !

     

    Points positifs :

    Plus sérieusement, comme toujours avec Stephanie Garber, ses livres se lisent super bien : c’est fluide, le rythme est assez soutenu tout en ayant des moments de calme pour développer les personnages et leurs relations. Finale ne fera pas exception à cette règle. J’ai passé un agréable moment encore une fois avec nos deux protagonistes Donatella et sa grande-sœur, Scarlett.

     

    Nous avons donc deux points de vue que j’ai aimé de manière équitable au final. Au début, j’étais davantage intéressée par le PDV de Scarlett parce que celui de Donatella était plutôt centré sur la romance mais passé la moitié du roman, les deux PDV se valent et sont tous deux intriguants.

     

    J’aime toujours autant les personnages en général. J’ai aussi l’impression qu’on découvre davantage Legend, qui dans le tome précédent, était davantage montré sous le visage de Spoiler tome 2→Dante ce qui, je trouve, faussait un peu ma compréhension du personnage et de son évolution. Maintenant qu’on sait qui est vraiment Legend, l’autrice s’est plus concentrée sur ce personnage en englobant toutes ses facettes et j’ai vraiment bien aimé cette approche.

     

    La romance dans ce tome est, à mon avis (c’est totalement subjectif), plutôt cool en fait. J’avais peur de commencer ce dernier tome parce qu’une amie m’avait dit qu’il y aurait un triangle amoureux. Au grand dam de cette amie (salut Julie), je n’ai pas apprécié plus que ça un des prétendants ce qui fait que je ne voyais pas la romance comme étant un triangle amoureux mais plutôt une histoire d’amour passionnelle entre deux idiots qui se font sans cesse interrompre par un mangeur de pomme qui se la croit cool. En tout cas, que ce soit la relation entre Scarlett/Julian ou Donatella/Legend, j’ai beaucoup aimé (fort heureusement puisque ce bouquin se base sur la notion d’amour avec un grand A : imaginez ce que cet avis aurait donné si je n’avais pas aimé la romance).

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Sur le coup, au niveau de l’univers, ça n’a pas vraiment évolué par rapport au tome précédent. Après, ce n’est pas gênant du tout. Mais voilà, je fais la remarque que niveau approfondissement d’univers, ce ne sera pas ici.

     

    Revenant sinon à la romance entre Donatella et Legend. Je vais être honnête, si je n’avais pas été d’humeur, j’aurais trouvé cette romance imbuvable. Je tiens à dire que je sais que c’est une romance avec de la angst donc forcément, ça allait tourner en rond à un moment donné. Mais d’un point de vue objectif, c’est terriblement frustrant et puis surtout chiant à lire. Leur relation pourrait être visualiser comme une partie de ping-pong sauf qu’au lieu d’avoir une balle à renvoyer, ce sont des répliques niaises mélodramatiques qui sont échangées. C’était beaucoup de « je t’aime à la folie», «mais je ne peux pas retourner tes sentiments », « mais si tu peux », « mais non puisque je te le dis » et ainsi de suite.

     

    Pour l’intrigue, j’ai été un peu déçue. Certes, il y a eu des retournements de situations que je n’ai pas vu venir et l’intrigue dans sa globalité est divertissante. Cependant, ce qui n’a pas fonctionné avec moi, c’était la fin et plus précisément, la Spoiler→mort du « villain ». Pour moi, cette fin est de 1, d’une niaiserie totale (oui, je ne suis pas de ceux qui croit en « the power of love ») et de 2, aussi impactante que moi marchant dans une crotte de chien. Explications :

    Tu marches "tranquillement" sur le trottoir en direction de ta librairie du coin. Ça, c'est toi en train de lire tranquillement le livre et d'apprécier l'intrigue.
    Tu commences à marcher vite parce que tu as hâte d’aller acheter le nouveau roman sorti depuis hier. La pression augmente, tu approches de la fin!
    Et puis, BOUM ! Tu marches dans une crotte. La fin en question.
    Sur le moment, t’es bien dégoûté(e), tu jures (si t’es comme moi) et tu te dis que la prochaine fois, tu commanderas en ligne tiens ! Ah bah c'est bête, le méchant est Spoiler→mort de la façon la plus niaise possible.
    Mais au final, comme tu es déjà en route, tu ne vas pas faire demi-tour donc tu t’essuies la chaussure sur le trottoir ou dans l’herbe et tu continues ton chemin. Et ça, c'est toi en train déjà d'oublier cette fin parce qu'elle n'est pas si "WOW" que ça.

     

    Pour finir dans la joie et la bonne humeur : Jacks. Ah ce cher Jacks (qui commençait pourtant bien dans le tome 2) est malheureusement devenu aussi intrigant qu’une carte bancaire expirée. En soi, Jacks est un personnage qui de la classe et qui a du potentiel pour être captivant (d’ailleurs, je suis heureuse que Once upon a broken heart existe) mais comme son seul rôle dans toute l’intrigue, c’est de « pimenter » la romance, j’ai envie de dire qu’on aurait tout aussi bien pu se passer de lui. Je dirais même qu’il avait une importance bien plus grande dans le tome précédent. Et c’est dommage ! Limite, la pomme qui l’accompagne à chaque fois et qui change de couleur comme on change de slip est plus intéressante que lui (je me demande toujours quel goût elle a d’ailleurs. Et pourquoi elle est là tout simplement ?!). En plus, elle a l'avantage de ne faire chier personne, elle.

    _____________________________

    En conclusion, je suis quand même un peu triste de dire au revoir aux personnages de Caraval mais le fait de savoir qu’il y a Once upon a broken heart qui m’attend me remet du baume au cœur.

    Alex

  • Lore

    Lu en anglais !

    Autrice : Alexandra Bracken

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « De nos jours à New York, un jeu meurtrier est sur le point de commencer : l'Agôn. Tous les sept ans, pendant une semaine seulement, neuf dieux grecs sont forcés de parcourir la Terre en tant que mortels pour avoir osé défier le grand Zeus. Ils sont chassés par les descendants de lignées prestigieuses, tous désireux de tuer un dieu et de s'emparer de son pouvoir ainsi que de son immortalité.

    Après que sa famille a été brutalement assassinée par une lignée concurrente, Lore a fui ce monde brutal, tournant le dos aux promesses de gloire éternelle de la chasse. Pendant des années, elle a repoussé toute idée de vengeance envers l'homme, maintenant un dieu, responsable de la mort de ses proches.

    À l'aube de la nouvelle chasse, deux participants recherchent la jeune femme : Castor, un ami d'enfance que Lore croyait mort et Athéna, l'une des dernières divinités d'origine, qui est grièvement blessée. La déesse lui propose une alliance contre leur ennemi commun et un moyen de quitter l'Agôn pour toujours. La décision de Lore de lier son destin à celui d'Athéna aura un coût mortel et ne sera peut-être pas suffisante pour stopper l'essor d'un nouveau dieu dont le pouvoir pourrait détruire l'humanité. »

    _______________________________

    Avis : J’ai passé un moment de lecture très sympa en compagnie de ce roman !

     

    Points positifs :

    L’univers revisité de Lore est très sympathique. J’ai aimé l’originalité du monde qui reste malgré tout fortement inspiré de la mythologie grecque : un mélange du tonnerre !

     

    Les personnages sont attachants, chacun à leur manière. J’ai surtout adoré le personnage de Castor : il est tellement adorable, altruiste et gentil. J’avais envie de le mettre dans du papier bulle pendant toute ma lecture. Et puis, le paradaoxe qui entoure ce personnage est aussi intéressant : Castor est un dieu et malgré ça, c’est celui qui montre le plus de vulnérabilités et d’humanité. En tout cas, ça fait plaisir de retrouver un love interest qui n’est pas ténébreux, beau brun qui se fait pardonner son comportement d’enfoiré parce que voilà, il a du charme et il est hot. Et puis il y a Lore qui a été une protagoniste sympathique à suivre et franchement, elle n’a vraiment pas de chance : c’est une protagoniste, forcément il y avait 90% de chance que sa famille se fasse massacrer.

     

    L’écriture d’Alexandra Bracken est toujours aussi fluide. Le rythme est soutenu, pas le temps de respirer (ou à peine). Quant à l’intrigue, elle était prévisible par moments alors que pour certains retournements de situation, je n’avais rien vu venir (SpoilerGil/Hermès).

     

    Pour la romance (parce qu’il y en a, ne pensez même pas à y échapper), elle est mignonne que ce soit pour Lore et Castor ou Miles et SpoilerVan. Mais je ne pense pas qu’elle me marquera.

     

    La fin est satisfaisante et j’entends par là que c’est une fin fermée. Mais c’est vrai que je regrette un peu qu’elle soit aussi rapide.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Alors. Je pense que le plus gros défaut autour de ce roman, c’est qu’il faut préalablement avoir des bases en mythologie grecque pour pouvoir apprécier les références et la manière dont l’autrice a remanié les mythes. Notamment, celui de Méduse. Jolie réinterprétation mais en vérité, il y a pas vraiment de récapitulatif des mythes d’origine donc je n’imagine même pas la galère pour ceux qui n’y connaissent rien en mythologie grecque. Heureusement, il y a un glossaire à la fin (pour ceux que ça intéresse).

     

    Je suis déçue par la réinterprétation d’Athéna dans Lore. Pour ceux qui ne le savent pas, Athéna (grec) aka Minerve (romain) est la déesse de la guerre, de la stratégie guerrière, de la sagesse, de l’intelligence et ainsi de suite. Et puis il y a la « Athéna » dans Lore. Je crois que je n’ai jamais vu une régression pareille. C’est la déesse de la stratégie et elle possède juste deux neurones dysfonctionnants : Spoiler→elle dévoile son plan diabolique comme les méchants de Disney, elle décide de jeter sans aucune raison logique son avantage sur Lore et de dévoiler des informations gratuitement qui la désavantagent. Et après, elle « tue » Lore alors qu’elle peut toujours se servir d’elle et enfin, à la dernière minute de la bataille finale, elle gagne une conscience ce qui est tout bonnement inutile surtout dans un combat à mort !

    ____________________________

    En conclusion, une bonne lecture avec une réinterprétation assez originale de la mythologie grecque et puis, c’est un one-shot (normalement) donc pas besoin d’attendre une suite !

    Alex

  • Le monstrologue #1

    Le monstrologueAuteur : Rick Yancey

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « La peur est parfois notre seule amie.

    ‘‘Voici les secrets que j'ai gardés. La confiance que je n'ai jamais trahie. Mais cela fait aujourd'hui plus de quatre-vingt-dix ans qu'est mort celui qui m'a accordé sa confiance, celui dont j'ai conservé les secrets. Celui qui m'a sauvé... et aussi condamné.’’

    Ainsi commence le journal de Will Henry, jeune apprenti auprès d'un docteur à la spécialité des plus inhabituelles : la chasse aux monstres. Au fil des années passées à ses côtés, Will s'est accoutumé aux visites nocturnes et aux missions périlleuses. Mais lorsqu'une nuit, un pilleur de tombes leur apporte une trouvaille particulièrement macabre, Will et son maître se retrouvent embarqués dans une vertigineuse descente au coeur de l'horreur... »

    ____________________________

    Avis : Alors… C’était sympa. Sympa et quelque peu répugnant.

     

     Points positifs :

    J’ai bien apprécié les petites illustrations parsemées au fil des chapitres et entre les parties du roman.

     

    Parlons de Will Henry : ce petit garçon d’à peine 12 ans a sûrement plus de sang-froid que 10 moines réunis. Franchement, chapeau ! C’est en tout cas un personnage que j’ai trouvé agréable à suivre. Il m’a donné envie de lui faire un gros câlin et de lui dire que tout ira pour le mieux.

     

    Outre Henry Will, j’ai aussi apprécié le personnage du docteur Warthrope qui devient de plus en plus attachant au fur et à mesure des pages. Bien sûr, mon attachement à ce monsieur est assez particulier. En fait, j’avais autant envie de discuter monstrologie avec lui que de le gifler. Il faut dire que Dr Warthrope est quelqu’un d’antipathique, difficile à vivre et au caractère de cochon.

     

    Mais c’est surtout son duo avec Henry Will qui m’a le plus plu. Ils m’ont fait un peu penser au duo professeur Layton/Luke à l’exception que : Dr Warthrope est loin d’être un gentleman pédagogique et qu’Henry Will cherche surtout à garder ses quatres membres et sa tête rattachés à son tronc.

     

    Sinon, j’ai aimé l’univers en particulier les créatures qui y vivent. En ce qui concerne les Anthropophages, ces créatures qu’on découvre dans ce 1er tome, elles sont fascinantes (oui, je parle un peu comme le docteur Warthrope). Mais disons que ce qu’elles peuvent nous faire, ça… Ça l’est moins. Franchement, j’ai aimé comment l’auteur s’est approprié cette espèce pour nous donner une histoire à l’atmosphère spooky. Je ne me serais sans doute pas intéressée plus que ça à ces monstres si je n’avais pas lu Le Monstrologue. Allez chercher « anthropophagi » sur internet, les images sont chouettes.

     

    Je pense que les éléments qui m’ont le plus marquée ont été les descriptions dégoûtantes et morbides. J’ai même développé une petite phobie des larves et des insectes qui te pondent des œufs dans l’organisme.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Alors… J’ai eu « un peu » de mal à entrer dans l’intrigue. Disons qu’elle prend son temps. Cela a dû me prendre environ 2/3 du roman pour enfin être à fond dans l’histoire. 2/3, c’est beaucoup.

     

    Et cela s’explique en partie par la narration que je n’ai pas trouvé terrible. Elle m’a donné cette impression d’enlisement et ça devenait ennuyeux. Et puis, il y avait aussi ces phrases du type « malheureusement, je ne le sus qu’après… », ou « et s’il l’avait su, aurait-il… ? » ou encore « nous ne le savions pas encore mais… ». Ce genre de phrases a le chic de me faire lever les yeux en l’air. Il y a 100 autres manière d’attiser la curiosité du lecteur mais non, l’auteur a décidé de jouer des coudes et pour moi, c’est juste forcé. Niveau discrétion, on peut faire mieux.

     

    En plus, au niveau des liens entre les personnages, j’ai l’impression que l’auteur aime bien se répéter. Dans le récit, Henry Will répète au moins 6 fois que le docteur Warthrope est tout ce qui lui reste, qu’il l’a sauvé et blablabla. Oui, c’est bon. J’ai compris qu’Henry Will tenait au docteur.

     

    Sinon, niveau intrigue, ce n’est pas non plus très original. Il n’y a pas beaucoup d’action, surtout beaucoup de parlotte en fait. Et les personnages en général, à l’exception du duo HW/Warthrope et de Malachi (il est touchant ce gamin), m’ont laissé de marbre. 

    ____________________________

    En conclusion, je pense lire la suite même si je vais devoir me la procurer en VO vu qu’elle n’est pas encore traduite. Je vais donc pouvoir juger si c’est la traduction qui m’a gênée ou si c’était juste la plume de l’auteur.

    Alex

  • Legendary [Caraval #2]

    Lu en anglais !

    Autrice : Stephanie Garber

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « Après avoir sauvé sa soeur, Scarlett, d'un mariage désastreux, Donatella reçoit la lettre d'un mystérieux ami avec qui elle passe un marché. Si elle lui livre le vrai nom de Légende, le maître du jeu Caraval, il l'aidera à retrouver Paloma, leur mère, qu'elles n'ont pas vue depuis huit ans. Mais si elle ne respecte pas son engagement, la jeune fille perdra tout ce qui compte pour elle, peut-être même sa vie...

    Quand une nouvelle édition du jeu est organisée à Valenda pour les 70 ans de l'impératrice Élantine, Donatella doit y participer pour remplir sa mission. Dès son arrivée, les ennuis commencent.

    Elle devra faire preuve de ruse et de courage afin de gagner cette nouvelle partie... »

    ___________________________

    Avis : Legendary a été une très sympathique lecture et une suite à la hauteur du 1er tome.

     

    Points positifs :

    J’ai adoré le développement de l’univers de Caraval. Ce qui me manquait dans le 1er tome est présent dans ce tome-ci et ça fait plaisir. Notamment, je regrettais que l’univers et le système de magie ne soient pas assez approfondis dans Caraval et que du coup, ça donnait l’impression que des facilités scénaristiques avaient été prises. Là, dans Legendary, les règles autour de la magie sont bien posés ainsi que ses limites. L’univers s’élargit avec les Fates et le côté politique de Valenda.

     

    Donatella est le personnage qu’on suit dans ce tome et ça change de Scarlett. Pas forcément dans un bon ou mauvais sens. Ce que j’ai apprécié chez Donatella, c’est sa personnalité qui contraste avec celle de sa sœur : elle est fonceuse, déterminée, sûre d’elle. Donatella est attachante à sa manière et puis, j’ai aimé retrouvé l’amour inconditionnel entre les deux sœurs même si ce côté-là n’est pas aussi présent que dans le 1er tome.

     

    Dante est un personnage un peu stéréotypé : beau brun, mystérieux et flirt. J’avoue que je ne suis pas indifférente à son sarcasme. C’est certes un personnage que j’ai aimé mais dont je ne comprends pas vraiment l’évolution (je reviendrai dessus dans la section « points négatifs »).

     

    Jacks est quant à lui, pour l’instant, un personnage intriguant et qui possède une certaine classe mais c’est vrai qu’il n’est pas marquant.

       

    L’écriture de Stephanie Garber est toujours aussi agréable à lire. C’est fluide et permet une lecture rythmée.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Je regrette un peu l’ambiance qui était présent dans le tome 1. Certes, l’univers s’est étendu dans Legendary mais c’est au détriment de l’ambiance onirique. D’une certaine façon, c’est logique : le jeu devient plus réel qu’avant donc l’atmopshère devient plus sérieuse et l’intrigue se transforme davantage en « quête classique ». Il n’y a plus vraiment ce côté où on a du mal à voir la limite entre illusions et réalité.

     

    Alors sur le coup, je suis passée à côté de la romance. Elle est mignonne et j’ai aimé les moments de flirt et de clash entre les deux personnages mais je suis aussi confuse. Je comprends que le début de la relation entre Donatella et Dante a commencé par de l’attraction et puis évolue avec les moments de complicité mais soit j’ai dormi durant ma lecture (ce qui n’est pas totalement impossible) soit il y a des chapitres qui manquent. Comment est-on passé d’un statut de « crush » à un « amour puissance 1000 » ? Surtout du côté de Dante. Et je crois que cette impression d'évolution hâtive est surtout dû au fait qu'on n'a pas de point de vue du côté de Dante, ce qui fait que ça a l'air forcée.

     

    Le personnage de Legend m'a aussi un peu déçue (je chipote beaucoup là en vrai) parce que je m'attendais à un personnage qui a une utilité autre que pour la romance. Sur le coup, ça ne me gênait pas plus que ça pour Julian parce que ce n'est que le "love interest", c'est comme ça qu'il est présenté dans le tome 1. Alors que dès le début, Legend est montré comme un personnage important qui a une présence omniprésente qui complote et manipule. Mais là, dans ce tome 2, j'avais plus l'impression que son importance reposait sur sa relation avec Donatella. 

    ___________________________

    En conclusion, j’ai aimé cette lecture et la fin nous promet du lourd pour la suite. J’ai juste un peu (beaucoup) peur par rapport à la romance dans le tome suivant (on m’a dit qu’il y avait un triangle amoureux et ces trucs me donnent de l’urticaire).

    Alex

  • Caraval #1

    Lu en anglais !

    Autrice : Stephanie Garber

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « Bienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un jeu... Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n'est qu'illusions. Alors prenez garde à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l'on ne se réveille pas... »

    ______________________________

    Avis : Une relecture que j’ai beaucoup appréciée, notamment parce que je ne me souvenais que des gros points d’intrigue donc redécouvrir les détails a été très agréable.

     

    Points positifs :

    J’adore l’ambiance qui est présente autour de Caraval, entre réalité et illusions, entre rêves et désespoirs. Le concept du cirque fonctionnant avec de la magie est un concept que j’ai découvert pour la 1ère fois avec Caraval et le fait d’avoir été replongée dans cette atmosphère et de redécouvrir l’univers a été un réel plaisir.

     

    Les personnages sont attachants. J’ai apprécié Scarlett et Julian ainsi que leur relation. Mais j’ai surtout été touchée par l’amour que Scarlett porte à sa sœur, c’est vraiment beau à lire.

     

    L’écriture de Stephanie Garber est fluide, ça rend la lecture agréable et puis, les pages défilent à une vitesse folle. J’ai aussi aimé la mise en page avec les correspondances entre certains personnages où on pouvait voir les lettres. Ça donne un petit + à l’ambiance.

     

    L’intrigue est bien rythmée avec l’enquête de Scarlett pour retrouver sa sœur. C’était sympa d’essayer de suivre les indices avec elle. Après, je vous avoue que je me suis juste faite emporter par cette course contre la montre et que je n’ai même pas assez de deviner les indices.

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Je regrette que la magie dans Caraval soit aussi peu développée : d’un coup, elle fonctionne parce que « il y a un contrat blablabla », un autre coup ça marche parce que « pouvoir des sentiments ». Je sais que Caraval reste un premier tome. Malgré tout, je pense que ça doit bien arranger l’autrice que la magie soit aussi souple dans ce tome. Et puis quand Donatella Spoiler→ressuscite comme une fleur grâce à « the power of love », c’est comment dire : quelque peu tiré par les cheveux ? La prochaine fois ça sera « bibidi-babidi-bou » comme incantation ?

     

    La fin est, pour moi, trop facile. Scarlett apprend le pot aux roses, elle se scandalise 5 secondes et puis *pouf* c’est bon. C’est pardonné. Elle s’est quand même fait humiliée, manipulée, blessée et violentée pour retrouver sa sœur et en à peine 10 pages plus tard, tout est oublié.

    ______________________________

    En conclusion, un premier tome qui s’annonce toujours aussi prometteur pour une suite encore plus magique et rocambolesque !

    Alex

  • Vaisseau d'Arcane #1 - Les Hurleuses

    Auteur : Adrien Tomas

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Au Grimmark, la magie peut foudroyer en un éclair. Ses victimes, les Touchés, ne sont plus jamais les mêmes : ils possèdent une incroyable puissance, mais leurs esprits sont à jamais anéantis.

    Lorsque son frère Solal est frappé par l’Arcane, Sof, infirmière raisonnable et sans histoire, décide de tout risquer pour le sauver du destin de servitude qui l’attend. Dans leur fuite éperdue à travers les steppes infinies et les forêts boréales, ils découvriront un monde sublime et redoutable.

    Mais leur liberté est vue comme un affront, leur existence même comme un blasphème. Dans leur ombre, des factions s’affrontent, tissant autour d’eux un écheveau de machinations dont elles tirent les fils avec une virtuosité machiavélique.

    La magie n’est pourtant pas une puissance qui se dompte… »

    ___________________

    Avis : Ce premier tome fut une très bonne découverte pour moi !

     

    Points positifs :

    Ce roman possède du potentiel. C’est la première chose que j’ai remarqué au cours de ma lecture. Au niveau de l’univers, le concept de l’Arcane est assez original mais surtout intrigant. Les différents peuples qu’on découvre dans ce premier tome ne sont pas particulièrement innovateurs :  créatures de la nature, orcs, humains et hommes-poissons sont des idées que j’ai déjà vu dans d’autres livres. Malgré tout, je dois avouer que j’apprécie la manière dont l’ensemble s’unit dans un mélange harmonieux et cohérent. De plus, l’aspect fantasy équilibre bien le côté politique.

     

    Les personnages sont assez attachants. Solal est sûrement celui qui titille le plus ma curiosité et j’ai vraiment hâte de voir comment l’auteur va réussir à l’exploiter dans toute sa splendeur, de même pour l’Arcane. Sof et Nym sont tous deux des personnages qui m’ont plu grâce à leur complexité qui, je l’espère, se fera encore plus ressentir dans le prochain tome mais avec lesquels je garde malgré tout une certaine distance. Nym est un personnage gris que j’apprécie même s’il reste assez mystérieux jusqu’à la fin. Quant à Sof, elle a de la personnalité mais malheureusement, je trouve qu’elle tient trop un rôle de spectateur dans la seconde moitié du livre. Pour Gabba Do, c’est quelqu’un de plutôt naïf et manipulable mais je ne me suis pas vraiment attardée sur lui. 

     

    Les différents PDV nous permettent de découvrir l’univers avec toutes ces facettes : la partie fantasy avec Sof, Solal et Nym et la politique avec Gabba Do.

     

    L’intrigue est bien construite et le dernier tiers du livre est vraiment bien écrit. J’ai bien senti la pression monter doucement pour finalement éclater vers la fin avec des retournements de situation que je n’avais pas forcément devinés. J’ai eu en tout cas du mal à lâcher le livre passé les 275 pages.

     ♦

     

    Points négatifs :

    Même si le rythme est assez lent, en soit, cela ne m’a pas vraiment gênée. Ce qui m’a un peu frustrée par contre, c’est que le côté politique de l’histoire coupe le dynamisme de la partie aventure. Cette rupture de l’action à chaque fois qu’on retrouve Gabba Do est assez agaçante, je ne le cache pas. Bien que je comprenne qu’il faut bien placer la politique à un moment donné, je trouve cela malgré tout décevant d’être coupé ainsi dans l’élan.

     

    Comme déjà mentionné auparavant, j’aurais peut-être voulu que Sof ait un rôle un peu plus important dans l’histoire. Je sais bien que c’est grâce à elle que Solal a pu échapper aux autorités mais à part soigner, j’avais l’impression qu’elle faisait pas grand-chose. Ah si, peut-être pour Spoilerla petite pseudo romance avec Nym ?

    ________________________

    En conclusion, Vaisseau d’Arcane : les Hurleuses est, je trouve, un bon départ pour une suite qui m’a l’air vraiment prometteuse. C’est un livre qui peut même être totalement addictif pour certains. A vous de découvrir si vous faites partie de ce groupe ou non.

    Alex

  • Vampyria #1 - La cour des ténèbres

    Auteur : Victor Dixen

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « EN L’AN DE GRÂCE 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.

    TROIS SIÈCLES PLUS TARD, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ? »

    ___________________________

    Avis : Vampyria est un 1er tome prometteur rempli de vampires sanguinaires que j’ai vraiment bien aimé.

     

    Points positifs :

    La première chose qui ne changera sûrement jamais (ou peut-être que si) avec Victor Dixen est sa façon d’embarquer les lecteurs comme personne. Ce premier tome est bourré d’action, de petits retournements de situation qui transforment le livre en un véritable page-turner. C’est souvent très dur de s’arrêter tellement l’histoire nous emporte. Je me suis faite littéralement aspirée dans le flot de l’action. Prendre une pause et réfléchir sur l’intrigue a donc été plutôt compliqué mais je me suis beaucoup amusée. La plume de l’auteur permet de nous donner une intrigue rythmée et intéressante tout en étant relaxante (je vous laisse imaginer le chaos que ça donne).

     

    La protagoniste, Jeanne alias Diane, est un personnage assez atypique. Elle est à la fois attachante, rusée dans les moments critiques et très déterminée mais aussi agaçante (et exaspérante!) par certaines de ses décisions. En effet, elle possède une morale quelque peu discutable (et encore, j’ai pourtant eu un avant-goût avec Kaz Brekker cf. Six of Crows). Je dois dire que j’ai des sentiments partagés à son propos mais je dois malgré tout féliciter Dixen pour avoir créé une héroïne capable de me donner envie de la trucider autant qu’elle me donne envie de lui faire un gros câlin.

     

    J’ai beaucoup aimé l’univers dans lequel notre protagoniste évolue. L’idée de faire une uchronie avec des vampires est un concept avec beaucoup de potentiel et j’ai vraiment hâte de voir comment l’auteur compte l’exploiter. Mais déjà dans ce premier tome, on a une belle idée du monde incroyable que cela peut donner au final. J’ai notamment apprécié la logique dans cet univers figé dans le temps, à l’effigie de ses maîtres immortels. La mention du système des 4 humeurs comme celle du numerus clausus sont des petits clins d’œil à notre monde, vraiment sympathiques d’ailleurs.

     

    Le petit aperçu de la culture japonaise mais également de son folklore à travers Naoko me rend toute excitée et j’espère que cet aspect de l’univers sera bientôt traité.

     

    Vampyria est un récit sanglant avec son quota de morts. J’ai aimé le fait que les vampires soient de vrais vampires et non pas des « gentils-méchants » vampires qui finissent dans le lit de l’héroïne (*tousse* Twilight *tousse*). Les vampyres (c’est bien un « y », n’ayez crainte) sont véritablement des (excusez-moi mon langage) c*nnards dans ce roman et j’apprécie de pouvoir les détester à 100% !

     ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

     

    Points négatifs :

    Les personnages secondaires m’ont l’air assez stéréotypés mais j’ai cru comprendre que l’auteur aime jouer dessus. Malgré tout, cela n’empêche pas d’avoir, à cause de ça, des situations typiquement inintéressantes comme par exemple le coup de la « rivale-pét*sse » qui est plus chiante qu’un moucheron, le beau mec aux yeux bleus qui "tombe amoureux" de la protagoniste (étape obligatoire dans tout YA) ou encore la meilleure amie réservée et seule jusqu’à ce que l’héroïne déboule !

     

    Le passage avec la petit amourette entre Jeanne et Tristan était juste ennuyeuse et même cringy (joli petit mot pour dire que j’ai grincé des dents tellement c’était cucu). Et c’était juste tombé de nulle part. Un peu comme quand une mouette te crotte dessus. La romance était trop rapide et franchement inutile. Pour ce que ça donne au final, je pense que ça aurait été bien plus intéressant si ça avait été bien fait en prenant son temps pour avoir un réel impact sur la protagoniste.

     

    SPOILERS pour le dernier point :

    Vers la fin, Jeanne a une vision de sa famille qui lui dit en gros : « Arrête de faire l’imbécile à essayer de tuer tous les trucs qui bougent et réalise enfin ta destinée, qui est de buter l’empire mais de l’intérieur ! Les projets suicidaires, c’est recalé donc ma petite Jeanne, va falloir utiliser ce que tu as dans la caboche. Salut, bisou du paradis ! » Après ce joli moment « TGCM » (=Ta Gueule C’est Magique by Julie), Jeanne réalise enfin qu’avoir comme seul maître-mot « vengeance » était naze et décide donc de gagner de la maturité. Après 483 pages. Quatre cent quatre-vin… Bon, vous comprenez quoi. Je sais que c’est censé durer 12 tomes (3 trilogies) mais je vous avoue, ma patience risque de craquer avant si Jeanne n’utilise pas un peu mieux son cerveau prochainement.

    _________________________

    Je vous recommande à 200% Vampyria si vous avez aimé Phobos. Et même si c’est votre premier roman de l’auteur, foncez quand même parce que j’ai passé un très bon moment avec ce livre.

    D’ailleurs, pour ceux qui ont lu Phobos, la précédente saga de l’auteur, amusez-vous bien à chercher tous les clins d’œil !

    Alex